Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 15:36

Bus-imperial.JPGDimanche 7 novembre 2010, jour d’un PSG/OM pas comme les autres. Pour la 1ère fois depuis 1985, ce match accueillait aucune association Ultras, qu’elle soit parisienne ou marseillaise. Les raisons ? Un plan drastique visant à supprimer toute revendication du côté parisien, et une LFP bien décidée à confirmer ce plan en évitant à M. Leproux une humiliation, en interdisant aux supporters marseillais de se déplacer. Alors quel bilan pouvons-nous tirer de match ? A lire les médias habituels, on avait l’impression que le Parc revivait, qu’il a été digne de ses plus belles heures, que désormais le plan est un succès, enfin bref, c’est la fête quoi ! Alors, encore une fois, ne tombez-pas dans le panneau, la vérité est tout autre, et même si le Parc a retrouvé quelques peu des couleurs, il n’y a rien d’exceptionnel dans tout ça.

 

Commençons par l’affluence, un Parc presque plein, meilleure affluence de la saison, et de loin, on a dépassé la barre des 40 000. Le seul problème, c’est que cela doit faire plus de 15ans que ce match ne s’est pas joué à guichet fermé dans un stade plein à craquer. On a l’impression en lisant les médias, que ces 41 000 spectateurs sonnent comme une victoire. Il serait plus judicieux et objectif de penser l’inverse? En précisant bien entendu le nombre d’invitations, ou de pack gagnés dans les médias pour assister à ce match. En temps normal, ce match est plein en même pas une semaine, et ce dès la mise en vente des billets. Cette fois, c’est une première, il restait des places en vente le jour même du match. Si il n’y a pas de quoi s’en offusquer, il ne s’agit pas là d’un avis objectif. Si le prix à payer d’un tel plan est un classico non rempli, dur sera l’avenir pour M. Leproux.

Continuons par l’ambiance, qui, à en lire les médias était exceptionnelle, merveilleuse, saine et bon enfant. Là encore, c’est un manque évident d’objectivité, et d’un minimum d’investigation. Car si, en effet du bruit émanait des tribunes, encore fallait il comprendre les mots prononcés. A côté des simples et efficaces « Paris » ou « Paris-SG » résonnaient trop souvent des insultes envers les adversaires. Si, il ne faut évidemment pas s’en offusquer, car cela fait parti du folklore, encore faut-il rester mesuré. Si auparavant au Parc résonnait ces mêmes insultes, la majorité des chants étaient orientés vers l’équipe Rouge et Bleu. Sauf que dimanche, lors du classico, c’était du 50-50 voire même du 40-60 en faveur des insultes, au vu des témoignages. Ceci n’est donc pas signe d’une bonne ambiance, ou même pire encore, d’une ambiance bon enfant. Les journalistes, trop aveuglés par M. Leproux, ont oublié de tendre l’oreille, le pire revenant au journal « Le Parisien », qui dédaigne faire un compte-rendu de l’ambiance (chose inédite), pour noter sans s’en offusquer d’une explosion de pétard après le 1er but, chose, strictement interdite par la LFP. Où est donc la cohérence ? C’est à se dire que ce qui se passe actuellement autour de cette atmosphère ne sonne pas comme une propagande. On veut à tout prix bonifier le plan Leproux, en lui trouvant toutes les meilleures intentions du monde, quitte à balancer des contre-vérités malsaines et fausses. A ce rythme là, rien d’étonnant quant au classement de la presse française dans le monde….

 

Voilà pour le match en lui-même. Parlons désormais de tout ce qui s’est passé autour de celui-ci, toute la journée, à l’initiative des anciens abonnés, ceux qui boycottent fermement le Parc, et qui ont retrouvé l’instant d’une journée, un semblant d’adrénaline et de ferveur autour d’un match de leur équipe favorite.

Tout devait commencer par le tour de Paris dans un bus impérial revisité à la sauce Rouge et Bleu. A cette occasion, un premier signe d’union entre différentes entités du Parc. Liberté pour les abonnés, anciens Lutece Falco, Kriek Paris, Brigade Paris. Une demande au préalable acceptée par la préfecture, un itinéraire validé par les Renseignements Généraux, tout est fait dans les règles. Sauf que voilà, encore et toujours, les bâtons sont mis dans les roues des anciens abonnés. On veut les museler de toute contestation possible. En effet, en arrivant sur les champs Elysées, première étape du parcours, le bus est bloqué. Raison, « trouble de l’ordre public », par conséquent, il doit immédiatement quitter la ville de Paris, sans avoir même pu débuter sa tournée. Voilà la deuxième décision, parce qu’en réalité, la 1ère aurait été bien plus violente. Sans la présence des médias, prévenus pour l’occasion, le bus aurait probablement terminé sa course au commissariat de Police, alors que tout avait été fait au préalable pour éviter ce genre de problème. Sauf qu’une fois encore, tout était prévu pour fausser la réalité, et ne pas hésiter à prendre des décisions disproportionnées. Ce bus ne faisait aucun mal, il circulait librement aux couleurs du Paris-Saint-Germain, et chantait à la gloire de ses couleurs, tout en revendiquant ses libertés d’abonnements NON aléatoires.

Cela se prouvera dans l’après-midi puisqu’il est ensuite décidé d’aller supporter l’équipe féminine qui joue au Camp des Loges. Après une demande préalable d’y assister, c’est M. Tahar qui délivrera l’autorisation, grâce à un dialogue constructif, dont certains devraient prendre exemple. Au final, une centaine de personne assiste et encourage l’équipe Rouge & Bleu, dans une bonne ambiance festive et cordiale. Comme quoi, les supporters du PSG, anciens abonnés, ne sont pas que des mangeurs d’enfants violents et assoiffés de sangs. Pour preuve, le salut des joueuses envers ce public inédit en fin de match, signe révélateur du climat reignant.

 

Mais pour terminer la soirée, quoi de plus que de se rassembler ? L’information a été transmise longtemps à l’avance, et c’est au niveau de la Rue Montmartre que le rassemblement a été décidé. Un appel à tous les amoureux du PSG, anciens abonnés et autres, qui boycottent plus que jamais leur antre. On ne savait pas trop à quoi s’attendre sur ce rassemblement, mais tout a démontré qu’on pouvait faire ça de très belle manière. Un bar surblindé, avec des personnes de toute tribune, venues simplement supporter le PSG avec des amis. Le but, se retrouver, après 4 mois d’intense boycott. Le résultat est là, et plus que jamais, le bar aura subit un tel vacarme. Un vacarme Rouge et Bleu principalement, entrecoupé de revendications et d’insultes envers la cité phocéenne et ses joueurs. Une ambiance de stade quoi. Mais au-delà de ça, c’est surtout le nombre de personnes présentes qui est impressionnant. Pas loin de 500 unités viendront garnir le bar et ses alentours, et sur chaque but c’est l’explosion. Les fumigènes sont de sortie. S’annonce une fin de match stressante, et au coup de sifflet final, c’est la délivrance, et spontanément, tout le monde se réunit dans la rue, pour fêter la victoire comme il se doit. Chants, fumigènes, le carrefour Montmartre est pris d’assaut, et les passants ne peuvent qu’admirer le spectacle, au grand dam des automobilistes. S’improvise alors un cortège le long de l’avenue principale pour célébrer cette victoire de façon originale et qui se fait généralement dans les grandes occasions. Cortège qui se finira en eau de boudin, avec l’intervention plus que musclé des forces de l’ordre, alors que le cortège était une nouvelle fois pacifique.

Un PSG/OM ne suffirait pas en temps normal à provoquer une telle émulation, mais ce dimanche soir, cette victoire célébrait bien plus de choses que 3 pts acquis sur le rectangle vert face au rival, elle marquait le départ d’une nouvelle aventure, marquée par des moments de ferveur et de liesse Rouge et Bleu.

 

Ce dimanche, l’ensemble des supporters présents dans les bars, ont pu revivre des émotions qu’ils connaissaient en temps normal au moins toutes les deux semaines. La joie de se retrouver, ensemble, avec des amis, mais aussi d’autres personnes qui partagent la même passion. Cette volonté de chanter ensemble, et de vivre les mêmes émotions au même moment. Cette volonté de partager une fierté somnolente depuis le début de la saison. Le besoin d’exprimer un ressenti sur cette situation, voir qu’on n’est loin d’être les seuls à partager le même opinion. Affirmer plus que tout au monde cette identité parisienne si particulière. Crier haut et fort son désaccord avec le plan Leproux, et lui signaler qu’ils ne lâcheront jamais l’affaire, et que même si, actuellement ils boycottent leur stade, et que cela leur fait mal plus qu’à n’importe qui d’autre, ils continuent de suivre leur équipe, à leur façon, avec leur mentalité, leur état d’esprit, et qu’ils ne se laisseront jamais brider par ce plan, en  affirmant autoritairement leur position quant à la situation actuelle.

 

Tout simplement vivre librement Rouge et Bleu !

Partager cet article

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de supporter.over-blog.com
  • Le blog de supporter.over-blog.com
  • : Vision différente du monde des tribunes françaises, qui font l'objet de nombreuses remarques autour des violences autour des stades de football. Volonté d'apporter une vérité, en apportant des éléments précis.
  • Contact