Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 12:14

liberte

Comme le titre si bien So-foot, voilà un carton jaune limite orangée pour notre ministre de l’intérieur Brice Hortefeux. Le tacle ? Ses septs dissolutions d’associations de supporters au mois de mai dernier. Sauf que voilà, la commission de visionnage est revenue sur son acte malveillant, et propose à la commission de discipline de sanctionner ce joueur pour acte répréhensible.

Trèves de comparaisons et de métaphores, et revenons plus précisément au sujet. Suite à la mort de Yann Lorence (supporter du PSG) autour du Parc des Princes avant PSG/OM du 28 février 2010, le Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, prend le dossier à bras le corps, et décide 2 mois plus tard de dissoudre 7 associations de supporters, dont 5 au PSG.

 

Prenant de haut le système, et l’organisation de telles associations, notre Ministre avait sûrement sous-estimé le pouvoir juridique des Ultras. Car dans ces setp associations, figurent deux associations parisiennes du Virage Auteuil et de la tribune G, les « Supras Auteuil » et les « Authentiks » qui regroupent à elles deux plus de 1000 adhérents, et bien plus de 3000 sympathisants, à la louche.

Ce que Monsieur Hortefeux à omis de prendre en compte, c’est que ses associations pouvaient faire appel à des avocats, et contester ces dissolutions. A peine deux mois plus tard,  le rapporteur public propose au Conseil d’Etat d’annuler ses dissolutions pour « dossier vide », voici ses conclusions :

 

« Le rapporteur public a recommandé de « censurer » les décrets [de dissolution], les estimant juridiquement contestables sur la forme et sur le fond. Il a notamment très fermement critiqué la procédure ayant conduit à la décision du ministre de l’Intérieur, car elle n’aurait pas permis un débat contradictoire laissant aux deux [associations] de supporters la possibilité de s’expliquer sur les actes de violence qui leur étaient reprochés.

 

Ces faits eux-mêmes ne sont pas prouvés, a encore avancé le rapporteur public, parlant d’un «  dossier vide d’éléments matériels  ». Sur six épisodes violents imputés aux deux [associations] de supporters du PSG, seuls les affrontements du 28 février, en marge du match PSG-OM à Paris, comportent de nombreux éléments de présomption, a-t-il observé. Insuffisant pour parler de faits répétés et commis en réunion par plusieurs membres des associations mises en cause, selon la rapporteur public. »

 

En lisant cela, difficile de se dire, que la plus haute juridiction administrative, qui a mis sa décision en délibéré, et qui la prononcera d’ici deux semaines, puissent refuser une telle proposition, tant on dénote de nombreux manquements à la justice dans ce dossier.

 

Et c’est bien là le problème de fond. Les supporters de football ne sont pas des citoyens comme les autres, et leurs cas passent bien souvent au dessus des lois. Notre premier article le stipulait, mais face au déferlement médiatique, les politiques et les instances ne font que réagir au problème, alors qu’elles auront dû agir auparavant. Cela ne fait que confirmer, un constat déjà bien présent dans le monde des tribunes.

Face à tant de médiatisation, ne répondent que des mesures chocs, et les nombreuses dissolutions en sont la preuve. Sans jugement fondé, sans faits avérés, on condamne des gens ou des associations, sans respecter la loi française, tout cela parce qu’on prend les supporters de football pour des personnes à part, qui ne sont pas soumises aux lois.

 

Quel beau pied de nez à cette diabolisation des Ultras et des supporters de foot en général, qui doit faire rougir de colère notre Ministre.

Le risque désormais ? Que des pressions politiques, viennent saborder le travail du rapporteur public, et ne changent au final pas la décision initiale. Imaginez un peu, quel désaveu, pour un Ministre et les instances du football, que de se voir contredire une décision, sur un fond juridique, alors qu’elles doivent en être les garants. C’est bel et bien triste à voir, de voir comment sur ce sujet, nos dirigeants traitent ce problème, qui rappelons, est un problème de société…

Cette annonce ne peut que nous réjouir, et on se dit qu’un peu de justice pour les supporters ne feraient pas de mal…pour une fois !

 

Alors, nous nous enflammons sûrement un peu trop, mais permettez-nous de savourer ce léger espoir, qui pendant deux semaines nous alimente. On le sait plus que n’importe qui, que cette décision a provoqué une réaction dans le milieu, on ne l’a pas entendu notre ministre à ce sujet, mais vous vous douterez bien qu’il n’en pense pas moins, et comptez sur lui, ainsi que sur les dirigeants du football français, à commencer par Mr Thiriez pour travailler dans l’ombre, afin de ne pas se faire déjuger publiquement.

C’est bien là toute l’hypocrisie de ce problème. On entend parler les médias, les politiques et les instances, qu’à partir du moment où un événement dramatique survient, et on réagit pour montrer à l’opinion publique que l’ont fait quelque chose.

Mais 4 mois après, qu’est ce qu’il s’est passé depuis ? A part, le plan absurde du PSG, que s’est il réellement passé ? A-t-on entrepris des démarches convaincantes ? Non, nous prononçons les dissolutions, mesures chocs, l’opinion public est satisfait, c’est bon, passons à un autre sujet !

 

Voilà quel système, les supporters de football subissent depuis déjà trop longtemps, espérons qu’enfin, nous puissions montrer à tous, que nous sommes des citoyens comme les autres, avec des droits et des devoirs.

 

Passons désormais avec éventuels conséquences d’une réhabilitation de ses deux associations.

 

Et là, ce n’est plus notre ministre, mais bel et bien le PSG qui commence à suer à grosses gouttes. Le discours de façade, et la communication du tout beau tout gentil, ne nous affectent pas, et de même que pour le ministère, les hommes du PSG doivent œuvrer en cachette pour prévoir une contre-attaque.

 

Car cette décision les concernent directement ! En effet, après avoir attendu sagement que les garanties du ministère se confirment à travers la dissolution des 7 associations, le PSG a mis en place, un plan soit disant sécuritaire, appelé « Tous PSG ». Nous ne reviendrons pas sur les tenants et les aboutissants de ce plan, qui d’un point de vue communication est parfait, mais qui d’un point de vue officieux, ne tend qu’à écarter une population des tribunes pour en créer une nouvelle, moins revendicative et plus rentable…

 

Le PSG a donc supprimé tous ses abonnements en virage, soit environ 15 000 personnes. Le problème, c’est que les deux associations citées plus haut, prenaient place dans ces virages (Virage Auteuil + G), et que le club a signé en 2005 et 2008, deux conventions les liants avec ses associations.

Il y est stipulé des droits et des devoirs pour chacun, et à ce jeu, le PSG pensait être dans le vrai. En effet, sans associations, le voilà tranquille, plus de contestations, plus d’engagements, on peut faire ce que l’on veut.

Sûrement aveuglé par les garanties des instances, le PSG a œuvré dans l’ombre sans réellement prendre en compte ces conventions, pensant s’être débarrassés une bonne fois pour toutes de ses méchants Ultras contestataires…Bizarrement Mr Leproux nous dit ce matin, que les conventions sont actuellement à l’étude, pour que juridiquement parlant, elles puissent être résiliés, et ainsi retrouver cette sérénité.
Ce que Mr Leproux ne nous dit pas par contre, c’est qu’il tremble à l’idée de revoir ses associations en face de lui. Oui, nous faisons là du sensationnel, et nous avançons des choses sans preuves, on se le permettra.

Mr Leproux et Mr Bazin, ont bien conscience du pouvoir juridique des deux associations, et ce n’est pas le rapporteur public ni le Conseil d’Etat qui les diront le contraire.

 

Face à cela, le PSG se sait en difficulté, et la bataille s’annonce compliquer. Il n’espère qu’une chose, c’est que le Conseil d’Etat rejettera la proposition, qui rappelons le ne se fait que dans 10% des cas. En cas de 10%, on se doutera d’une pression extérieure…

 

Mais en cas de décision favorable, ce qui vit actuellement Mr Leproux et sa communication de « bisounours » n’est qu’un avant goût de ce qu’il l’attend ensuite, et ça on ne peut que s’en réjouir…

 

En espérant, obtenir un minimum de justice, pour enfin prouver, que les Ultras ne sont pas des criminels, mais bel et bien des citoyens comme les autres…

Partager cet article

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de supporter.over-blog.com
  • Le blog de supporter.over-blog.com
  • : Vision différente du monde des tribunes françaises, qui font l'objet de nombreuses remarques autour des violences autour des stades de football. Volonté d'apporter une vérité, en apportant des éléments précis.
  • Contact