Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 20:58

la-photo-foot-paris-joue-avec-le-feu_42840_6321.jpgRobin Leproux vient d’annoncer à l’AFP qu’il souhaitait revenir sur l’évolution numéro 2 de son plan TousPSG, qui proposait alors un retour aux abonnements aléatoires. En effet, force est de constater que son plan est un échec, il a décidé de faire marche arrière et d’écouter enfin les propositions des supporters. Voici les nouvelles mesures adoptées par le président du Paris-SG.

 

Abonnements fixes en virages

 

C’est bel et bien la principale mesure de cette évolution. Les abonnés seront libres de choisir leur tribune, chose qui leur était impossible depuis le début de la saison en achat libre. Cette mesure sera la pierre angulaire du plan, qui se détaillera sous la forme suivante.

Des abonnements fixes en tribunes bleues, et le concept des places ou abonnements aléatoires gardé en tribune rouge. Pas d’indignation, les tribunes bleues, sont suffisamment grandes pour accueillir l’ensemble des anciens abonnés, au pro rata, des 30% annuels de désistements, plus d’autres variables.

De quoi obtenir un retour à la ferveur non négligeable, le tout dirigé par les anciens leaders du Parc, unanimes sur cette demande acceptée. Contrairement au plan annoncé début décembre, qui ne préconisait pas le choix de sa tribune au moment de l’abonnement.

Cette mesure phare non négligeable sera accompagnée d’une batterie d’éléments supplémentaires, afin de garder les éléments positifs du plan TousPSG numéro 1.

 

-       - Pour commencer, toutes les mesures seront à titre temporaire, et dans ce qu’on peut appeler une phase « test ». Sur 3 matches début 2011, ce plan sera mis en place, et permettra de garder ,en cas de problèmes, la possibilité d’un retour en arrière strict et intraitable. Cette notion de « test » est à garder dans toutes les têtes, avant d’en faire une stabilité, il faut avant tout prouver des avancées concrètes !

 

-       - A côté de cela, on retrouve une responsabilisation du supporter, à travers une charte, et des sanctions graduelles dès qu’il dérape de façon notable. En cas de récidive, le supporter peut se voir retirer son abonnement.

 

-       -  Autre chose, la découpe des Virages en 5 blocs, se verrait gérer de la sorte. Un petit groupe d’anciens abonnés, leaders et responsables auront à gérer ce bloc, en l’animant et en faisant en sorte que celui-ci soit le mieux contrôlé en interne, et puisse développer la meilleure ambiance possible.

 

-       - Ces mêmes leaders seront conviés mensuellement à des entretiens avec le département supporter du club, afin d’améliorer le quotidien des supporters et du Parc des Princes.

 

-       - Autre aspect important, les avantages familles et enfants au sein du Parc des Princes. La possibilité de tarifs avantageux, la possibilité de participer à des animations liés au monde des tribunes en avant match, et ainsi découvrir ce milieu si méconnu.

 

-       - Possibilité de créer des associations encadrées et liés par une charte avec le club.

 

- Libertés d’expression, de déplacement, de manifestation, de contestation, d’appartenance…

 

- Et si tout se passe bien sur la 2ème partie de saison, un retour à 100% en abonnements fixes pour la saison prochaine.


Voilà en quelques lignes le nouveau plan TousPSG évolution 3, annoncé par Robin Leproux, ce soir 28 décembre à l’AFP……

 

…Malheureusement, tout ceci n’est qu’un rêve, un rêve qu’on pourrait croire vrai, tant les mesures annoncées ici sont crédibles et fondées. Tout ceci, c’est en gros et en large, un résumé de tout ce que les anciens abonnés du Parc ont proposé à M. Cayzac et Borotra lors de la médiation. Tout ceci était une avancée plus que logique et immense envers M. Leproux. Des concessions non négligeables, et tout le monde espérait un geste du Président du PSG.

Sauf qu’on connait la suite, abonnements aléatoires, formulés d’une autre façon, afin de faire tomber dans le piège de la communication d’anciens abonnés pas forcément bien renseignés.

Une charte 12, qui bafoue la liberté de contestation, fait indéniable que M. Leproux ne supporte pas.

 

Bref, nous le savions, tout était joué d’avance. Sauf, que vous, vous méritiez de savoir qu’à aucun moment Robin Leproux n’a écouté les supporters. Il en a fait qu’à sa tête, et se fout une fois de plus de notre tête avec une communication de bisounours !

 

Alors, encore une fois, réveillez-vous, vous qui croyez que M. Leproux ne croit qu’en la sécurité ! Tout ce qu’il veut c’est bannir la contestation, pour la remplacer par la consommation ! Le Parc des Princes est le laboratoire géant du football français !

 

Ce plan virtuel temporaire, était, objectivement, une avancée immense vers un retour à la ferveur dans un climat plus serein. Robin Leproux en a décidé autrement…


La lutte continue !

 

LEPROUX DEMISSION !!!

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:42

public.jpgEt tout simplement la preuve, en quelques secondes que le plan Leproux est un grand mensonge. Non pas injustifié, mais tout simplement malhonnête et hypocrite. A travers un chant, « Paris est Magique », les anciens abonnés ont prouvé à Robin Leproux qu’une issue de secours était possible, une issue permettant d’allier à la fois sécurité et ferveur, une issue qui permettrait à Paris de pouvoir jouer le titre de champion dans de bonnes conditions.

 

Il y a des chants qui vous prennent au cœur, des chants qui vous marquent, des chants qui vous rappellent certains souvenirs, et quand samedi soir, la tribune H a répondu à l’appel de la tribune J, qui pourra dire qu’il n’a rien ressentit ?

Une fierté sans nom, une nostalgie frissonnante, une émotion palpable, une puissance vocale rageuse, bref, à travers ces quelques secondes, le Parc a vécu, vécu de passion, vécu de ferveur…tout simplement, vécu d’espoir et de joie, pour tous ceux ayant participé à ce chant historique et magique. Celui qui a fait par le passé, la fierté de tout un stade, la réputation de tout un public, la notoriété de tout un club !

 

Ce n’était pas prémédité, ce n’était pas planifié, c’était tout simplement spontané ! Et quand bien même, la puissance vocale n’avait rien à voir avec ce qui se faisait par le passé, la portée du chant aura tout de même était largement suffisante.

Une spontanéité sans arrières pensées, et même si personne ne peut oublier le passé, quand la tribune H a entendu ce son nostalgique, il était impossible pour elle de ne pas y répondre. Et même si ce ne fut que la moitié du chant entier, l’impact visuel et sonore  a suffit pour démontrer qu’une entente cordiale était possible, et que ce genre de chants, que l’on pensait appartenir au passé, a toujours sa place au sein du Parc des Princes.

Par le passé, l’absence de ce chant, lorsqu’il restait sans réponse de l’un des deux virages, signifiait la présence de discordes et/ou de désaccords entre les deux tribunes, et il faut le reconnaître, sur les dernières années, ce chant a eu ses périodes douloureuses, mais il a aussi exister dans les heures les plus sombres de l’histoire du PSG, en 2008, lors de l’Union Sacrée, sur laquelle, et nous le répéterons sans cesse, trop de gens oublient ce qu’il s’est passé à cette époque.

 

Alors quand samedi, la tribune J a répondu par des applaudissements à la réponse de la tribune  H, on se dit que tout n’est pas perdu, et que cette lutte mérite d’être menée pour voir ce qu’il y a au bout. Et quand, le combat s’annonce long et compliqué, voir même sans issues, ce chant permet de garder certains motifs d’espoirs.

 

Après 3 semaines d’actions consécutives, de la manifestation dans Paris, en passant par Valenciennes, pour finir au Parc des Princes, la fin 2010 aura été riche en émotions. Mais avec l’annonce, la semaine dernière de la reprise des abonnements de façon aléatoire, le doute s’est quelque peu installé, et ce qui est sur c’est qu’il faudra être encore plus fort pour pouvoir continuer cette lutte sans merci qui oppose d’un côté des fidèles touchés au plus profond d’eux-mêmes, et de l’autre un Président se faisant passer pour un ange en public, mais qui utilise tous les moyens malhonnête pour empêcher ses anciens abonnés de le déranger dans son plan marketing et financier.

Au point de faire passer, des propres supporters du PSG, venant au Parc des Princes, pour les ennemis de la soirée, et de leur accorder un dispostif ultra-sécuritaire digne d'un PSG/OM...M. Leproux et les pouvoirs publics, cet acte et cet affront de plus restera un fait supplémentaire à votre bêtise...

 

Pour information, je vous invite à lire l’article de PSGMAG ici, afin de vous rendre compte (si ce n’est déjà fait) que M. Leproux est prêt à tout !

 

Qu’il sache que, les anciens abonnés sont capable de lui répondre...

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 13:32

En tant normal, en lisant ce titre, on penserait tout de suite à des supporters adverses, et plus particulièrement des marseillais. Mais non, M. Leproux et les pouvoirs publics innovent de jours en jours.

Ce soir, pour le compte de PSG/Monaco, ce ne seront pas des supporters adverses qui seront considérés comme tel, mais bel et bien des supporters du PSG, qui ont appelé à la mobilisation en tribunes latérales.

Ce soir, être un ancien abonné et être présent en tribune H ou J sera le gage d'un oeil tout particulier de la part des dirigeants du PSG ainsi que des autorités publiques. Des autorités, qui sont sur les dents, et qui veulent à tout prix faire du chiffre.

 

Ce soir, de réels supporters du PSG, certes mécontents, seront considérés comme les ennemis du soir, qu'il faudra à tout prix stopper. Un dispositif digne d'un PSG/Marseille, des fouilles hyper-poussées sont prévues, comme si un attentat s'annoncait. Mais où les autorités et le PSG sont allés chercher ça?

Quelles violences récente sont elles à mettre sur le dos des contestatiares?

Encore une fois, tout est bon pour mettre de l'huile sur le feu, et c'est ce qu'ils recherchent plus que jamais! Que cela dégénère, pour pouvoir appuyer leur théorie de la sécurité, et ainsi faire les fanfarons en conférence de presse!

 

M. Leproux ne cesse de franchir les barrières, les unes après les autres, oser considérer ses propres supporters historiques comme des ennemis, dans leur propre stade n'est qu'une goutte de plus dans un vase qui déborde depuis plus de 6 mois.

 

PLUS DE RESPECT - PLUS DE PARDON

 

LEPROUX DEMISSION!!

 

Nous ferons le point à l'issue du match.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 23:10

Manifestation Paris3L’histoire fait bien les choses, et même si ce n’est qu’un détail, il reste néanmoins symbolique. Défiler dans la plus belle ville du monde, sur un parcours historique, ne doit en aucun cas laisser insensible tous ceux présents, ce dimanche 5 décembre, pour une lutte, que certains jugent futile, mais qui nous, nous tient à cœur.

Parce que nous sommes des supporters du PSG, mais surtout des amoureux de la ville de Paris, de ses monuments et de son histoire !

Alors, quand le cortège s’élance du pied de la statue Place de la République, un bastion du slogan « Liberté, Egalité, Fraternité », chacun doit avoir en mémoire ce que représente ce monument, et surtout comprendre le lien que l’on peut faire avec notre lutte.

 

Une lutte qui s’intensifie, et dont les résultats actuels du club de la Capitale ne facilitent pas, surtout vis-à-vis de ceux qui osent dire que notre absence y est pour quelque chose. On verra qui sera là une fois que le club tombera, et qui sera là, pour le relever, comme il y a deux ans.

 

Mais revenons sur cette manifestation, ou plutôt ce qu’il y a à en tirer. Pas de compte-rendu, mais la simple expression d’une nostalgie qui vous prend au cœur, et qui vous fait dire que tout ceci n’est que du gâchis…

De République à l’Hôtel de Ville, c’est 1h30 de chants, de revendications afin de montrer à M. Leproux et sa clique, qu’il reste des acharnés, qui sont prêts à ne rien lâcher et surtout à ne pas dire oui à tout en raison de la bonne passe actuelle. Et même si nous aurions du être 2 ou 3000 cet après-midi, avec un millier de mobilisé, le travail a été fait, et plutôt bien fait.

Un mélange de tribunes, un mélange de générations, le tout pour une seule et unique cause, le Paris Saint Germain Football Club. Leproux t'en rêvé, nous l'avons fait, alors réfléchis!

Drapeaux, deux-mâts, écharpes, fumigènes, tout est réunit pour un visuel digne des meilleurs cortèges Ultras parisiens.

Du début à la fin, il n’y aura pas de repos possible, et c’est tant mieux, après 4 mois de boycott volontaire, toute la rage contenue en chacun explose, pour un rendu frissonnant. Tout le répertoire parisien y passe, entrecoupé de chants revendicatifs, afin de ne pas faire oublier, que cette manifestation ne se fait pas de gaieté de cœur, mais parce qu’on l’estime nécessaire, afin de revivre un jour tout ce que notre passion du stade pouvait nous apporter.

 

Et quelle joie, quelle fierté, de pouvoir faire résonner des chants en plein cœur de la Capitale ! Et malgré le fait que les cordes vocales soient rouillées, on sent dans les chants, une rage, une haine, une frustration qui décuplent alors chaque chant, le rendant encore un peu plus « magique ».

En parlant de « magique », ce fameux chant, surement l’un de plus beau du championnat de France, le « cri du cœur » comme dirait une vidéo. Cela a du être la 1ère fois de la saison que celui-ci a été chanté aussi fort. A travers lui, il n’y a plus d’explications à donner, simplement écouter et se rappeler ce qu’a été un jour le Parc des Princes…tout simplement, le meilleur stade de France en termes d’ambiance pure et dure…

 

Et c’est ce rappel qui, ce soir, fait mal au cœur. Mal de se dire, que ce qu’on a vécu cet après-midi n’est qu’un aperçu de ce que nous sommes capables de faire, mal de se dire que normalement, ce genre de choses nous le vivons toutes les deux semaines, mal de se dire qu’il a fallu attendre 4 mois avant de pouvoir le faire, et surtout mal de se demander combien de temps avant de pouvoir le refaire ?

Alors, le caractère exceptionnel de cette action a tout rendu un peu plus fort qu’à l’accoutumée, et il faudra s’en servir d’exemple, afin de montrer à ceux, qui, aujourd’hui hésitent, qu’il reste des fidèles et des motivés, et que quoiqu’il arrive, ils resteront présents et suivront la même ligne de conduite.

 

En tout cas, chanter pour le Paris-Saint-Germain, chanter pour le Rouge & Bleu qui coulent dans nos veines est une chose qui n’a pas de prix, qui ne se perd pas, et ça nous savons le faire, mieux que n’importe qui, et dont le rendu reste toujours aussi émouvant. Surtout quand les plus beaux chants résonnent devant des passants médusés, étonnés et admiratifs. Des passants, qui nous font penser aux supporters des tribunes latérales, qui voyaient en nos virages des spectacles constants, digne du plus beau stade de France. Et même si, cet après-midi, certains messages se voulaient insultant, personne ne peut nier ce que cela fait de voir et d’entendre résonner les chants Rouge & Bleu, en plein cœur de la Capitale. Cela peut paraître surprenant pour une ville qui ne respire pas Rouge & Bleu, mais à travers cette manifestation revendicative, personne ne doit oublier que nous sommes avant tout des représentants de cette Ville Lumière et que nous en sommes ses serviteurs, et que c’est elle qui enrichit nos passions.

 

Ce qu’il y a retenir de cet après-midi est simple et limpide. Chanter pour les couleurs Rouge & Bleu n’a pas de prix, et même si cela nous remémore durement la nostalgie de nos plus belles années au stade, le message doit être emprunt d’espoir. Un espoir, qui va devenir de plus en plus vain, surtout si M. Leproux décide une nouvelle fois de jouer avec nous, dans quel cas il sera de plus en plus dur d’exister, et de représenter un idéal qui a fait la gloire de notre stade. Mais, en attendant, ce soir nous pourrons aller nous coucher l’esprit tranquille, le sentiment du devoir accompli, le sentiment de se dire que tout ceci n’est pas terminé, et qu’il reste encore un cœur Rouge & Bleu qui bat en nous.

 

La lutte ne fait que commencer, elle s’intensifiera prochainement, et tous ceux qui aujourd’hui sont perplexe ou qui doutent, gardez à l’esprit que cette lutte vaut le coup, et que ce n’est pas une demi-saison de bons résultats qui doit vous aveugler. Notre lutte est incomprise et méprisé, mais elle vaut la peine, pour nous, qui vivons avec un idéal depuis le jour où nous nous sommes abonnés au Parc des Princes. Cet idéal a été bafoué, il ne faut pas l’oublier. Vous avez eu l’exemple aujourd’hui, qu’il restait une poignée de résistants, qui entretiennent une vision, notre vision, votre vision du supporterisme, et que celle-ci est infinie. Alors, désormais, il faudra être encore plus fort, et surtout plus nombreux. Aujourd’hui nous étions 1000, demain soyons le double le triple, et ainsi de suite…

 

Merci à « Liberté pour les Abonnés » d’avoir pu rendre ceci possible ! Merci à tous ceux présents !

 

Le Paris-SG c’est en partie nous, ne l’oublions pas, pour que eux ne l’oublient pas ! Jamais ils ne nous prendront notre passion, notre fierté et notre identité.

Paris a dans le passé était un exemple de résistance, ne trahissons pas son histoire. Aujourd’hui nous avons écrit une page de notre histoire, une page fidèle à notre Ville, tâchons d’être à la hauteur de sa réputation….

 

« Ô Ville Lumière…. »

 

Manifestation_Paris8.jpg

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 15:13

1139954_feminines2.jpgTemps de se mobiliser ! L’attente fût longue, insoutenable, invivable, mais la patience finit un jour ou l’autre par payer. Au mois d’août, quand le championnat de L1 débutait, un bon nombre d’anciens abonnés était pressé de revendiquer, aux alentours du Parc des Princes, leur droit à l’abonnement. Un nombre qui aurait du augmenter encore un peu plus en septembre, une fois tout le monde revenu de vacances. Mais cet élan de motivation, a très vite été stoppé par des mesures drastiques, liberticides, interdisant au supporter du PSG de manifester contre le Plan Leproux. Depuis le 1er match, des centaines de supporters sont Interdits de Stade…pour rien. Face à ce dispositif hors du commun, il a fallu trouver d’autres armes pour faire valoir ce droit à l’abonnement, et dès le départ, l’appel au Boycott a été lancé, et plus que bien respecté, aujourd’hui encore. Mais le Boycott est une arme silencieuse, bien que redoutable et efficace, elle ne permet pas des retombées évidentes pour l’opinion publique, surtout quand celle-ci subit la propagande médiatique chaque jour. C’est pourquoi, et nous vous le disions ici même, dans l’ombre, œuvre depuis le début, des anciens abonnés, afin de se faire entendre et respecter, dans le but de récupérer au plus vite les abonnements.

 

Après toute cette attente, le retour aux actions « bling-bling » est de retour, et le mois de décembre va marquer le début de la lutte active, après 4 longs mois à attendre passivement du changement. Ces 4 longs mois doivent être ancrés dans la tête de chaque ancien abonné, afin de lui faire prendre conscience qu’après toute cette attente, l’occasion de se bouger fait enfin surface. « Enfin », non pas péjorativement, mais dans le sens où toute cette attente accumulée depuis si longtemps, doit se décupler au moment propice !


Ce moment propice, il aura lieu, ce dimanche, à 14h place de la République à Paris, avec une manifestation pacifique organisée par l’association « Liberté pour les Abonnés » qui depuis le début, ne cesse de gagner en légitimité. Cette manifestation est un geste fort et marquant, et doit mobiliser un maximum de personnes. Tous ceux qui boycottent aujourd’hui le Parc des Princes, doivent se sentir concernés. Après avoir été passifs, l’occasion de se rendre utile et actif est à la portée de tous, et il ne faut pas la négliger. Surtout, que ce genre d’action ne sera pas légion, et qu’il faudra à tout prix en faire un évènement intense, riche en émotions, tout en n’oubliant pas le pourquoi de ce rendez-vous.

 

Parce que le but de cette marche, est de se montrer. Montrer qu’il existe encore un paquet de mecs motivés de retrouver le stade, des mecs fervents qui ont fait la gloire du Parc des Princes. Des mecs pour qui un abonnement au Parc était une partie de leur vie, la plus belle de leur passion, des mecs pour qui Paris et le PSG représente une identité dont ils sont fiers…finalement montrer qu’avec ou sans eux, ce club n’est plus tout à fait le même. Beaucoup de personnes doivent se demander, où sont passés les anciens abonnés, pourquoi ne viennent ils plus au stade. Le temps de leur apporter la réponse est venu, et il faudra le faire de la plus belle des manières.

Et pourtant, des stéréotypes et des préjugés, l’ancien abonné du Parc en a beaucoup à porter, et notamment depuis l’instauration de ce plan, qui pénalise plus de 10 000 fidèles pour quelques centaines de fautifs. Les amalgames, les raccourcis, si ils sont le lot quotidien des supporters du PSG, l’ancien abonné doit en subir des nouveaux depuis 4 mois. L’incompréhension et l’ignorance des autres supporters du PSG, qui se demandent ce que peuvent bien « foutre » les anciens, et quand ils leur expliquent, trop peu répondent favorablement au discours, ou quand ils acquiescent, continuent d’aller au stade.

Tout ça ne doit que renforcer les anciens abonnés dans leur lutte. Ils sont seuls, seuls contre tout, et face à cela, il y a une chance unique de répondre, une chance magique de faire taire tous les détracteurs, Leproux en tête. Une chance de faire prendre conscience aux gens, que le PSG a besoin de ses fidèles, et surtout montrer ce que chanter pour les couleurs Rouge & Bleu signifie!

 

Parce que ceux qui suivent la lutte de loin, ne doivent pas oublier la base, et personne ne doit l’oublier. CHANTER pour le PARIS SAINT GERMAIN, est une passion qui anime chacun des anciens abonnés, et même le supporter du PSG en général. Face à ce constat unique, il est temps de donner une leçon, à ceux qui essaient de renouveler la population du Parc des Princes, à ceux qui se substituent, et qui bafouent le travail des anciens, leur montrer que l’ambiance Rouge & Bleu c’est comme ça et surtout pas autrement !

 

Lors de cette manifestation, il est question de beaucoup de choses. De lutte, de contestation, d’amour, de ferveur, de fidélité, de loyauté, de revendications, de fierté, d’identité. Ce sont désormais des responsabilités ! Boycotter semble facile, bien que cela soit un crève cœur, mais le mettre en œuvre ne demande pas d’effort physique. Manifester est une autre histoire, mais l’occasion est trop belle. Dans le froid, sous la pluie, il faut marquer le coup, montrer que rien n’arrête la ferveur Rouge & Bleu, et que rien n’y personne, ne pourra un jour empêcher les chants parisiens, de résonner dans la plus belle ville du monde.

 

Marcher dans Paris doit être une première, la Préfecture autorise la manifestation, il n’y a donc pas de craintes à avoir. La seule consigne sera le calme, ne pas répondre aux provocations, ne pas être un supporter de base, mais un supporter fervent, libre et intelligent. Il faudra montrer le plus beau visage des abonnés du Parc, et ce Visage n’est autre que 25 années de folie au Parc des Princes, le vrai Visage parisien, et non celui placardé sur les arrêts de bus!

 

Alors, si depuis le début de la saison vous restez chez vous, à boycotter ce plan « bidon » et faux, si vous aussi, vous voulez dire NON aux abonnements aléatoires que M. Leproux souhaite remettre en 2011, si vous aussi, vous avez tout simplement envie de chanter librement pour le Paris-SG, il n’y a plus à tergiverser, venez dimanche à 14h à République, afin de marcher, ENSEMBLE, contre Leproux & Colony et POUR le Paris-SG !!!!

 

Merci à « Liberté pour les Abonnés » de permettre un tel rassemblement, il n’y a plus que question à se poser, simplement il faut se mobiliser, dimanche à 14h !!!

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 16:28

julien2010.jpgIl nous semblait important, le temps d’un article, d’oublier la lutte des supporters parisiens (que nous reprendrons malheureusement très rapidement), mais surtout de ne pas oublier, qu’il y a 4 ans, Julien QUEMENER décédait à la sortie du Parc des Princes, tué par un policier.

Sans revenir sur les détails de cette tragédie, tâchons, une nouvelle fois, de mettre la puce à l’oreille des lecteurs non avisés, sur la mascarade nauséabonde qui tourne autour de ce drame. Pour nous, Julien Q. est une victime, et non un coupable, comme l’a toujours prétexté la presse depuis maintenant plus de quatre ans. Au même titre que Brice Taton, le supporter toulousain tué en Serbie par des brutes sanguinaires, nous voulons, ici, lui rendre hommage, et ainsi ne jamais oublier cette date, qui restera gravé dans la mémoire de tous les supporters parisiens, et dont nous célébrions, mardi, sa 4ème année.

 

Nous le répéterons jamais assez, mais mourir autour d’un match de football ne devrait jamais arriver. Tout comme, on ne devrait en aucun cas se permettre de souiller la mémoire d’un disparu sans ne savoir qui il était vraiment. Et cette dernière remarque, est malheureusement le cas pour Julien Q., qui n’a, à aucun moment, fait l’objet d’un soupçon d’enquête objective autour de son décès. Très vite, trop vite, il a été catalogué comme supporters dangereux, radicaux de la tribune Boulogne, le tout appuyé sur fonds de préjugés malsains, méthode habituelle de la part des médias. Dès lors, et suite à la récupération médiatique de cette affaire, le nom de Julien Quemener, n’a cessé d’être trainé dans la boue, l’accusant de tous les maux de cette soirée tragique. Il était le coupable de cette histoire, il ne pouvait en être autrement…pour eux. Malgré le nombre incalculable d’incohérences autour de ce drame, personne ne s’est un jour posé la question, d’une remise en cause des faits de ce soir là. Malgré pourtant le rapport ballistique, qui prouve que M. Granomort a bien tiré debout et de façon horizontale, et non en position assise et de façon verticale comme il l’a toujours dit, prétextant ainsi une légitime défense. Attention, nous ne voulons pas, ici nous substituer au rôle de la justice, qui a malheureusement classé ce dossier, mais simplement d’émettre des doutes quant aux conclusions prononcées.

 

Non Julien Quemener n’était pas un supporter assoiffé de sang, raciste et tout ce qui va avec. Ses proches l’ont confirmé, et pourtant, aujourd’hui encore quand certains repensent à ce soir là, ce sont les seules souvenirs qu’ils leur restent en tête. Alors oui, ce soir là des actes racistes ont eu lieus, mais pas que, et oser raccourcir cela avec la mort de Julien Q. est grave. Souiller la mémoire d’un disparu de la sorte est indigne et irrespectueux envers ses proches.

 

C’est pourquoi, tous les ans, à la même date, une marche est organisée, une marche commémorative, à la mémoire de ce supporter disparu. Afin de ne pas oublier, qu’il est mort à la sortie du stade, tué par un policier, et que trop de gens ont souillé sa mémoire.

 

Afin de ne pas oublier, qu’on n’a pas le droit de mourir pour un match de football, afin de réclamer tout simplement, « Justice & Vérité pour Julien »…

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 17:14

PSG_LOGO_STREAMING_FOOT_MAG.jpgPourquoi l’ensemble des personnalités qui s’expriment sur le plan Leproux, n’osent mettre en balance le bien fondé de telles mesures ? Pourquoi n’entend on jamais les bonnes questions posées ? Pourquoi des émissions de Télé ou Radio notamment réputées pour ne pas avoir leur langue dans leur poche deviennent totalement aveuglées par ce qui est en train de se passer au Parc des Princes ?

 

Est-ce parce que M. Leproux les a hypnotisé au cours de l’été 2010 ? Est-ce que le ministère fait pression ? Ou est-ce finalement un problème de compétence et compréhension ? Parce qu’il s’agit d’un problème de sécurité ? Suite au décès d’ un supporter, il faut tout accepter, sans broncher, ni oser remettre en cause certaines décisions ?

Pourquoi donc, à chaque fois que le sujet est abordé, nous n’entendons que le « pour » et jamais le « contre » ? Et pourtant, n’est-ce pas là le 1er but d’une dissertation, savoir le bon comme le mauvais et en tirer une conclusion objective ? N’est-ce donc pas, finalement, le travail de tout bon journaliste ?

 

Allez, comme bien souvent, tâchons de bousculer un peu la donne et d’avancer autre chose, d’un autre point de vue, et de façon un minimum réfléchie.

 

Alors, reconnaissons-le, de notre côté le travail n’est pas neutre, néanmoins, nous pensons connaître un minimum le sujet, bien plus que 90% des personnes qui traitent du sujet dans leurs articles. Ne serait-ce que recueillir la bonne information et surtout sa signification.

Nous le répétons sans cesse, mais le monde des tribunes est une micro-société qui fonctionne avec des règles établies et bien précises. Alors, pour  ne pas cacher la vérité et être franc, il faut l’assumer pour mieux l’appréhender, mais la violence fait partie de cette micro-société, qui fonctionne de façon raccourcie sur « la loi du plus fort ». Plus fort en terme de chants, d’animations, de tifos, de banderoles, mais aussi de combat physique. Sauf qu’au préalable, tous ces paramètres sont/étaient pris en compte et régulés par des codes, mais comme dans toutes sociétés, il existe des dérives, et des dérives qui conduisent parfois au drame, comme ce fut malheureusement le cas au Paris-Saint-Germain, ou plutôt dans son univers.

 

Voilà donc pour commencer cet article, une autocritique et les réalités dans lequel notre passion s’exprime. Il est important, que tous ceux qui lisent, supporters ou non, comprennent bien dans quel état d’esprit nous nous plaçons, et dont nous sommes conscients.

Malheureusement, cette réalité est trop souvent, si ce n’est tout le temps, reprise à défaut, et exploiter de manière néfaste…Connaissez-vous des personnes, capables aujourd’hui, quand on traite ce sujet, de faire la part des choses entre le bien et le mal dès qu’on parle des supporters du PSG ? Quasiment aucun, ou en tout cas, pas sur un média qui diffuse au niveau national voire international. Vivant actuellement dans une société globale emprunte de l’insécurité du matin au soir, il n’y a plus que les faits divers qui intéressent l’opinion publique. Alors, les stratégies de communication sont simples, on fait peur, on rappelle les faits à notre bienséance, et ensuite, une fois l’opinion choquée, on donne nos idées et mesures. Du coup, derrière, difficile de redire quelque chose, ou de se demander pourquoi. Cela devient logique…

 

Derrière ces lignes, vous avez, de façon raccourcie, la stratégie de communication de M. Leproux, à chaque fois qu’il traite du sujet sur les antennes médiatiques. C’est pourquoi, aujourd’hui, tout le monde lui dit « OUI » et personne n’ose lui dire non, ou alors, dès que la piste devient trop glissante, on peut compter sur la collaboration des médias pour évacuer ou passe sous silence, certaines questions…Si il ne les a pas choisies au préalable, bien évidemment….Vous demandez un débat en direct à M. Leproux ? Impossible, il ne sera pas disponible. Voilà en gros, le genre de réponses que sa secrétaire a du formuler lorsqu’on lui posait cette question, si bien qu’on le lui ait posé bien sur...

 

Mais pourquoi donc ?

Parce qu’il sait, qu’en minorité, seul contre tous, un ensemble lutte contre lui et sa politique. Cet ensemble ? Les victimes de son plan, qu’il a soigneusement remercié de leur fidélité en leur supprimant leurs abonnements. Combien sont-ils ? Environ 13 000 ! Bouah, ce n’est pas assez pour leur donner la parole…ou allez si, quand même, pour faire bien, mais que 30 secondes d’antenne pour un entretien d’une heure...

Le but ? Eviter les questions qui piquent, les questions qui feraient mal à son plan et à sa fierté. Pourtant on ne se demande pas, quelles sont ces questions ? Pourquoi sont elles posées ? Ne méritent-elle pas un minimum de recherches, et pourquoi ne pas se demander si finalement elles sont justifiées ?

Ah mais oui, comme il le dit, c’est le fameux « pris à payer ». Mais le problème de fond dans tout ça, c’est qu’il n’a toujours pas compris ce que représenter ce prix à payer pour ces anciens abonnés. Si il passe par là, je l’invite à lire l’article « ce qu’il faut comprendre… » pour la réponse.

Ce fameux prix à payer qui passe si bien, n’est qu’un artifice de sa panoplie communicative, qui se rapproche dans l’ombre à de la propagande. Couper toute contestation possible pour instaurer sa politique. Il vous dira, qu’il n’est pas maitre des décisions politiques, d’arrêtés ou autres interdictions liberticides, surement vraies, le problème reste qu’il n’est pas obliger de cautionner. Comment réagissez-vous quand on vous dit, preuve à l’appui, que les couleurs Rouge & Bleu parisiennes n’étaient pas acceptées au Stade du Moustoir par arrêté préfectoral, dimanche dernier, en dehors de la tribune visiteuse, remplie de….10 personnes. Si vous vous dites, « c’est normal » ou bien c’est le « prix à payer », c’est que vous êtes tombés dans le panneau, et qu’il vous a eu. Le pire dans tout ça, c’est qu’il fait dire oui, à des gens qui critiquent la politique de sécurité du gouvernement lors des manifestations…Allez comprendre !

Il a ses chances dans la politique c'est évident!

Forcément, quand on assiste ensuite aux « Entretiens du Parc », il ne faut pas s’attendre à ce que des choses tendancieuses soient prononcées, ni même que l’auditoire soit un minimum hostile et revendicateur. Dernière démonstration en date du pouvoir d’influence de M. Leproux.

 

Pour conclure, il n’y a plus de temps à perdre à s’offusquer devant telle ou telle déclaration, car elles sont désormais légions. M. Leproux, et nous le reconnaissons depuis le début, maitrise cet art de la communication, et il dispose surtout, de tous les moyens possibles de le mettre en application. Mais d’autres armes sont à la disposition des supporters, la patience dans un premier temps, qui a porté ses fruits. L’organisation ensuite, parce qu’après que M. Leproux ait complètement supprimé toute possibilité d’organisation, celle-ci a pu se mettre en place, et des premiers signes de rapprochements communs voient le jour. L’action ensuite, et les premières actions ont eu le mérite de faire bouger les choses, et de déclencher ensuite des discussions. Des discussions qu’il tend à valoriser et à promouvoir, afin de monter qu’il fait un geste, et ainsi s’assurer de la crédibilité en cas d’échec des négociations. Il dira « vous voyez, c’est pas moi qui refuse…. ».  Sauf que cette éventualité est déjà envisagée, et M. Leproux l’a bien compris, il a désormais à faire à une structure plus organisée, et qui se met en place, et il s’en est déjà aperçu. En effet, il espérait que son plan marcherait, force est de constater qu’il a fait plus de dégât qu’il ne le pensait et qu’il a du revoir ses plans initiaux.

Car il ne faut pas se leurrer, si le stade était plein à chaque match, ces discussions n'auraient jamais vu le jour. Le problème c'est qu'il n'avait pas envisagé le boycott, et surtout qu'il serait si efficace.

 

Sauf, que si vous êtes au préalable tombés dans le panneau de sa communication, vous ne vous en êtes même pas rendu compte, mais les faits ne trompent pas, et comme bien souvent, avec M. Leproux les faits sont aux antipodes de ses paroles, et pour ceux qui le savent ce n’est pas prêt d’être terminé !



Alors, s'il vous plait, désormais, faîtes attention!

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 11:53

Psg_Om1jpg-55bbc-a23f0.jpgVoilà une question qui devrait alerter bon nombre de journalistes un tant soit peu investigateur. Plutôt que de pondre des articles à tout va, avec un nombre de contre-vérités hallucinantes, certains devraient prendre un peu plus au sérieux ce travail de relayeur d’informations. Sauf, qu’évidemment, les supporters du PSG, sous-classe sociale, qui ne jouit pas des mêmes droits que tous, n’intéressent pas, ou sont tellement suivis de préjugés qu’on ne prend pas la peine d’enquêter, ne serait-ce que deux minutes.

Hormis le fait de dire, que les anciens abonnés boycottent le stade, ne serait-il pas judicieux de se demander que deviennent-ils ? Que font-ils les soirs de matches ? Voilà un reportage qui mériterait d’être publié. Sauf qu’on le sait tous, détailler la nouvelle vie de ses anciens abonnés, serait un coup de poignard terrible pour le Président du PSG, qui en plus de bien communiquer, se met tous les médias dans la poche.

Encore une fois, nous irons à contre-courant de cette pensée unique instaurée par M. Leproux, encore une fois nous nous placerons du côté des supporters, afin d’y apporter une toute autre réalité, une réalité qui prend petit à petit forme, et qui ne cesse de s’amplifier…

 

Dire que les anciens abonnés boycottent est évidemment vrai et relativement bien relayé, dire pourquoi ces abonnés boycottent est généralement mis sous silence, et dire ce qu’ils font le temps des matches est totalement occulté !

Alors, quand le début de saison est arrivé, l’espoir était tout autre. L’envie de ne pas laisser les alentours du Parc à n’importe qui bien présente, et donc le but était de venir, malgré le fait de ne pas rentrer dans le stade, de venir protester. Sauf que cette option, a très vite été bloquée par la Préfecture de Paris, bien aidé par le PSG, avec des arrestations massives dès le 1er match, pour une marche qui n’était que pacifique. Forcément, cela calme les ardeurs, bien que non violentes. Il a  donc fallu trouver d’autres solutions, et celles-ci ont mis du temps à se mettre en place. Chacun perdant légèrement pied face à ce déferlement d’arrêtés liberticides que ce soit à domicile comme à l’extérieur…

 

Du coup, le début est tâtonnant, et pendant un, deux et trois mois, l’optique est plus à la télévision ou sur Internet, voire dans des bars pour ceux ayant un repère habituel. Sauf, qu’en plus de regarder tranquillement les matches et de boycotter fermement l’entrée au stade, ils préparent l’avenir, et les futures actions à mettre en place. Car, sans faire de bruits, les anciens abonnés œuvrent en cachette, se faisant discret, afin de se faire oublier, le tout pour revenir encore plus fort.


Ce retour, il faudra attendre la fin octobre pour qu’il pointe le bout de son nez, doucement mais surement. Des actions de tractage de « Liberté pour les abonnés » au Stade de France ou au Parc, suivi de celui des « ex Lutece Falco ». Le 1er déplacement non officiel et remarquée d’une bonne cinquantaine de parisiens à Toulouse, toujours des « ex Lutece », suivi dans la foulée de l’invasion massive de près de 500 types en indépendant à Dortmund, qui restera le point d’orgue des anciens abonnés à l’extérieur depuis le mois d’Août. Ce match d’Europa League déterminera le retour officiel des supporters parisiens indésirables au stade. Une émulation se créée, et l’espoir reprend le dessus sur la fatalité.

Un match est noté depuis déjà longtemps, il s’agit du 7 novembre, et le classico PSG/OM ! En plus de rappeler à tous la nécessité primordiale de boycotter ce match, d’autres actions sont mises en place. Et c’est lors de cette journée, qu’une première Union semble pointée le bout de son nez. Un communiqué commun, d'entités de tribunes différentes, une action commune et le bus impérial, et une soirée au bar qui restera mémorable.,qui réunira pas loin de 500 supporters exilés. Et même si les autorités continuent de bloquer et de mettre des bâtons dans les roues des anciens abonnés, cela ne les empêche pas de se montrer et de faire parler d’eux. Ce même dimanche, une semaine après le déplacement des anciens « Atks-Supras-Grinta » pour le match des féminines, c’est au tour de ce bus impérial qui réunit "LPA-ex-LF-Kriek et Brigade Paris" de faire escale au camp des loges, pour voir cette équipe, l’une des mieux classée de son championnat. Un dialogue constructif, quelques consignes, et surtout des encouragements Rouge & Bleu, qui marqueront les filles, qui le rendront logiquement par des saluts en fin de match. Saluts repris également par les joueurs professionnels lors des déplacements improvisés de certains anciens abonnés. On se demande ce que M. Leproux pense de  ces déplacements indépendants, qui sont récompensés par les joueurs, qui oublient bizarrement la dizaine de supporters venus avec le convoi du Président. Et ce, pas plus tard que ce week-end et la présence d’une petite centaine de parisien derrière le but à Lorient, qui se seront une nouvelle fois fait entendre. Devant l’arrêt des arrêtés préfectoraux empêchant à ses anciens abonnés de se déplacer, c’est un pas important à emboîter et à suivre. Désormais, et même si les anciens abonnés restent "persona non grata" dans les mentalités, dans les textes ce n’est plus trop le cas, et il est temps d’en profiter.

 

La patience commence enfin à payer, le boycott qui lui reste toujours aussi efficace, il est temps pour les anciens abonnés de reprendre un rythme habituel, et des habitudes perdues. Se servir de cette patience, afin de taper fort et bien, là ou ça fait mal, tout en restant intelligent ! Montrer à M. Leproux, que malgré le fait qu’ils veuillent mettre de côté toute cette ferveur, que celle-ci est sans limite, et quoiqu’il fasse, elle ne s’arrêtera jamais ! Ce n’est que le début, et à l’heure où les discussions reprennent à travers la médiation, il faut montrer que désormais il faudra compter sur les anciens abonnés. Les choses se mettent en place, des exemples sont à suivre, les temps ont changé, on ne pensait pas le voir si rapidement ! Il faut en profiter, mettre en place des actions structurées et organisées, tout en incitant tout supporter parisien à suivre librement son équipe à l’extérieur.

 

Pour conclure, et vous avez pu vous rendre compte, les anciens abonnés ne sont pas détachés du PSG, bien au contraire. Leur stratégie commence à payer et à porter ses fruits, et même si l’inquiétude des résultats était présente au début de saison, désormais, elle n’inquiète même plus, tant le boycott a été efficace, et que le visage du Parc des Princes ressemble plus à un Parc d’attractions qu’à un stade de football.

Si, vous aussi, avez envie de vous rapprocher des différentes entités à l’origine de toutes ces actions, et du retour des anciens abonnés dans l’univers du PSG, n’hésitez pas, voici la liste des sites où vous trouverez tous les renseignements possibles.

 

Liberté pour les abonnés : http://www.liberte-abonnes.com/accueil.php /

Blog des anciens Lutece Falco : http://exlf.blogspot.com/

Tous Abonnés : http://www.tousabonnes.com/

 

Le boycott continue pendant que le renouveau arrive !!

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 15:36

Bus-imperial.JPGDimanche 7 novembre 2010, jour d’un PSG/OM pas comme les autres. Pour la 1ère fois depuis 1985, ce match accueillait aucune association Ultras, qu’elle soit parisienne ou marseillaise. Les raisons ? Un plan drastique visant à supprimer toute revendication du côté parisien, et une LFP bien décidée à confirmer ce plan en évitant à M. Leproux une humiliation, en interdisant aux supporters marseillais de se déplacer. Alors quel bilan pouvons-nous tirer de match ? A lire les médias habituels, on avait l’impression que le Parc revivait, qu’il a été digne de ses plus belles heures, que désormais le plan est un succès, enfin bref, c’est la fête quoi ! Alors, encore une fois, ne tombez-pas dans le panneau, la vérité est tout autre, et même si le Parc a retrouvé quelques peu des couleurs, il n’y a rien d’exceptionnel dans tout ça.

 

Commençons par l’affluence, un Parc presque plein, meilleure affluence de la saison, et de loin, on a dépassé la barre des 40 000. Le seul problème, c’est que cela doit faire plus de 15ans que ce match ne s’est pas joué à guichet fermé dans un stade plein à craquer. On a l’impression en lisant les médias, que ces 41 000 spectateurs sonnent comme une victoire. Il serait plus judicieux et objectif de penser l’inverse? En précisant bien entendu le nombre d’invitations, ou de pack gagnés dans les médias pour assister à ce match. En temps normal, ce match est plein en même pas une semaine, et ce dès la mise en vente des billets. Cette fois, c’est une première, il restait des places en vente le jour même du match. Si il n’y a pas de quoi s’en offusquer, il ne s’agit pas là d’un avis objectif. Si le prix à payer d’un tel plan est un classico non rempli, dur sera l’avenir pour M. Leproux.

Continuons par l’ambiance, qui, à en lire les médias était exceptionnelle, merveilleuse, saine et bon enfant. Là encore, c’est un manque évident d’objectivité, et d’un minimum d’investigation. Car si, en effet du bruit émanait des tribunes, encore fallait il comprendre les mots prononcés. A côté des simples et efficaces « Paris » ou « Paris-SG » résonnaient trop souvent des insultes envers les adversaires. Si, il ne faut évidemment pas s’en offusquer, car cela fait parti du folklore, encore faut-il rester mesuré. Si auparavant au Parc résonnait ces mêmes insultes, la majorité des chants étaient orientés vers l’équipe Rouge et Bleu. Sauf que dimanche, lors du classico, c’était du 50-50 voire même du 40-60 en faveur des insultes, au vu des témoignages. Ceci n’est donc pas signe d’une bonne ambiance, ou même pire encore, d’une ambiance bon enfant. Les journalistes, trop aveuglés par M. Leproux, ont oublié de tendre l’oreille, le pire revenant au journal « Le Parisien », qui dédaigne faire un compte-rendu de l’ambiance (chose inédite), pour noter sans s’en offusquer d’une explosion de pétard après le 1er but, chose, strictement interdite par la LFP. Où est donc la cohérence ? C’est à se dire que ce qui se passe actuellement autour de cette atmosphère ne sonne pas comme une propagande. On veut à tout prix bonifier le plan Leproux, en lui trouvant toutes les meilleures intentions du monde, quitte à balancer des contre-vérités malsaines et fausses. A ce rythme là, rien d’étonnant quant au classement de la presse française dans le monde….

 

Voilà pour le match en lui-même. Parlons désormais de tout ce qui s’est passé autour de celui-ci, toute la journée, à l’initiative des anciens abonnés, ceux qui boycottent fermement le Parc, et qui ont retrouvé l’instant d’une journée, un semblant d’adrénaline et de ferveur autour d’un match de leur équipe favorite.

Tout devait commencer par le tour de Paris dans un bus impérial revisité à la sauce Rouge et Bleu. A cette occasion, un premier signe d’union entre différentes entités du Parc. Liberté pour les abonnés, anciens Lutece Falco, Kriek Paris, Brigade Paris. Une demande au préalable acceptée par la préfecture, un itinéraire validé par les Renseignements Généraux, tout est fait dans les règles. Sauf que voilà, encore et toujours, les bâtons sont mis dans les roues des anciens abonnés. On veut les museler de toute contestation possible. En effet, en arrivant sur les champs Elysées, première étape du parcours, le bus est bloqué. Raison, « trouble de l’ordre public », par conséquent, il doit immédiatement quitter la ville de Paris, sans avoir même pu débuter sa tournée. Voilà la deuxième décision, parce qu’en réalité, la 1ère aurait été bien plus violente. Sans la présence des médias, prévenus pour l’occasion, le bus aurait probablement terminé sa course au commissariat de Police, alors que tout avait été fait au préalable pour éviter ce genre de problème. Sauf qu’une fois encore, tout était prévu pour fausser la réalité, et ne pas hésiter à prendre des décisions disproportionnées. Ce bus ne faisait aucun mal, il circulait librement aux couleurs du Paris-Saint-Germain, et chantait à la gloire de ses couleurs, tout en revendiquant ses libertés d’abonnements NON aléatoires.

Cela se prouvera dans l’après-midi puisqu’il est ensuite décidé d’aller supporter l’équipe féminine qui joue au Camp des Loges. Après une demande préalable d’y assister, c’est M. Tahar qui délivrera l’autorisation, grâce à un dialogue constructif, dont certains devraient prendre exemple. Au final, une centaine de personne assiste et encourage l’équipe Rouge & Bleu, dans une bonne ambiance festive et cordiale. Comme quoi, les supporters du PSG, anciens abonnés, ne sont pas que des mangeurs d’enfants violents et assoiffés de sangs. Pour preuve, le salut des joueuses envers ce public inédit en fin de match, signe révélateur du climat reignant.

 

Mais pour terminer la soirée, quoi de plus que de se rassembler ? L’information a été transmise longtemps à l’avance, et c’est au niveau de la Rue Montmartre que le rassemblement a été décidé. Un appel à tous les amoureux du PSG, anciens abonnés et autres, qui boycottent plus que jamais leur antre. On ne savait pas trop à quoi s’attendre sur ce rassemblement, mais tout a démontré qu’on pouvait faire ça de très belle manière. Un bar surblindé, avec des personnes de toute tribune, venues simplement supporter le PSG avec des amis. Le but, se retrouver, après 4 mois d’intense boycott. Le résultat est là, et plus que jamais, le bar aura subit un tel vacarme. Un vacarme Rouge et Bleu principalement, entrecoupé de revendications et d’insultes envers la cité phocéenne et ses joueurs. Une ambiance de stade quoi. Mais au-delà de ça, c’est surtout le nombre de personnes présentes qui est impressionnant. Pas loin de 500 unités viendront garnir le bar et ses alentours, et sur chaque but c’est l’explosion. Les fumigènes sont de sortie. S’annonce une fin de match stressante, et au coup de sifflet final, c’est la délivrance, et spontanément, tout le monde se réunit dans la rue, pour fêter la victoire comme il se doit. Chants, fumigènes, le carrefour Montmartre est pris d’assaut, et les passants ne peuvent qu’admirer le spectacle, au grand dam des automobilistes. S’improvise alors un cortège le long de l’avenue principale pour célébrer cette victoire de façon originale et qui se fait généralement dans les grandes occasions. Cortège qui se finira en eau de boudin, avec l’intervention plus que musclé des forces de l’ordre, alors que le cortège était une nouvelle fois pacifique.

Un PSG/OM ne suffirait pas en temps normal à provoquer une telle émulation, mais ce dimanche soir, cette victoire célébrait bien plus de choses que 3 pts acquis sur le rectangle vert face au rival, elle marquait le départ d’une nouvelle aventure, marquée par des moments de ferveur et de liesse Rouge et Bleu.

 

Ce dimanche, l’ensemble des supporters présents dans les bars, ont pu revivre des émotions qu’ils connaissaient en temps normal au moins toutes les deux semaines. La joie de se retrouver, ensemble, avec des amis, mais aussi d’autres personnes qui partagent la même passion. Cette volonté de chanter ensemble, et de vivre les mêmes émotions au même moment. Cette volonté de partager une fierté somnolente depuis le début de la saison. Le besoin d’exprimer un ressenti sur cette situation, voir qu’on n’est loin d’être les seuls à partager le même opinion. Affirmer plus que tout au monde cette identité parisienne si particulière. Crier haut et fort son désaccord avec le plan Leproux, et lui signaler qu’ils ne lâcheront jamais l’affaire, et que même si, actuellement ils boycottent leur stade, et que cela leur fait mal plus qu’à n’importe qui d’autre, ils continuent de suivre leur équipe, à leur façon, avec leur mentalité, leur état d’esprit, et qu’ils ne se laisseront jamais brider par ce plan, en  affirmant autoritairement leur position quant à la situation actuelle.

 

Tout simplement vivre librement Rouge et Bleu !

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 11:48

9782879009483.jpgPSG/Dortmund, et le remake de l’invasion allemande de 1940 sur les terres franciliennes. Heureusement il ne s’agissait cette fois que de football, mais tout de même ce petit parallèle historique ironique a été souligné par de nombreux médias ce matin du 05 novembre.

En effet, hier se jouait au Parc des Princes, un match d’Europa League opposant le PSG au Borussia Dortmund. En regardant le match, de la télé ou du stade, le constat est simple, le PSG joue à l’extérieur. Le Parc n’est alors plus Rouge & Bleu mais bel et bien Noir & Jaune et le contraste est saisissant !

Cela doit être une première au Parc des Princes, de voir autant de supporters adverses investir le stade de façon si marquée. Près de 8 000 si ce n’est 10 000 fans du Borussia ont fait le déplacement à Paris pour suivre leur équipe, dans ce qui, il n’y a même pas un an, aurait été un match exceptionnel et magique. Il fut simplement très bon.

Auparavant, tout au long de la journée, les allemands avaient investi les rues de la Capitale et de ses monuments, passant même au siège de la fédération pour chambrer l’équipe de France

 

 

21h05 Coup d’envoi, et là stupeur, les chants qui résonnent sont inconnues, d’une langue qui n’est pas habituelle. Pas de panique, il ne s’agit que des supporters allemands qui chantent à la gloire de leur équipe favorite. Mais du coup, on n’a plus l’impression que ce match se joue à Paris, mais en Allemagne. Fait inédit, pour un Parc des Princes réputé bastille imprenable. Sauf que cette année la donne a changée, nous le savons, et par ses décisions M. Leproux a décidé de manquer de respect à ses plus fidèles supporters, garants de l’ambiance au stade, qui boycottent fermement leur stade fétiche. Du coup celui-ci est abandonné à qui bon lui semble, de venir passer un match et encourager son équipe comme si elle jouait à domicile. Et c’est le cas depuis le début de la saison, St Etienne, Bordeaux, ou encore le Maccabi Tel Aviv, sauf que volontairement, le PSG bien aidé par ses collaborateurs médias, passait sous silence ces détails. Aussi difficile que d’obtenir l’affluence précise les soirs de matchs au Parc des Princes. Vous savez, dans la plupart des stades, s’affiche sur l’écran géant « Nous sommes X », bah au PSG cette option n’existe plus, trop peur de devoir assumer les pires affluences depuis 20 ans. Encore hier, RMC jouait avec les chiffres du classico. A 12h20 il annonçait seulement 27 000 places de vendues. A 18h, on était passé à 40 000 avec un tout autre discours, en ayant évidemment supprimé toute trace du 1er article. Alors où est la vérité ? Nous verrons dimanche, mais une chose est sûre, RMC subit la pression de quelqu’un, et pour une radio qui d’ordinaire est originale et ne fait pas comme tout le monde, on a l’impression qu’eux aussi sont tombés sous l’égide de M. Leproux et de tous ses collaborateurs. On savait que M. Leproux maitrisait la communication, mais au point d’en aseptiser tous les médias, il fait fort ! Remarque, comme il sait que son plan est un échec, et qu’il doit continuer de garder la tête haute et de protéger son plan au maximum, il n’hésite pas à utiliser tous les moyens pour parvenir à ses fins.

 

Ceci étant, face à un tel constat, une telle humiliation pour les joueurs, il faut en parler. A un moment, ces joueurs, ils vont en avoir marre de jouer à l’extérieur à chaque fois qu’ils sont censés jouer à domicile. Si encore il y avait du répondant, permettant de faire face à l’adversité, cela passerait, mais quand le Parc des Princes est totalement délaissé à l’adversaire, il y a un problème, et un problème qu’il va falloir régler. Parce que prôner la fabuleuse ambiance du Parc comme modalité de recrutement, autant ça passait en début de saison, autant maintenant, les joueurs quand on va leur parler du PSG, le Parc ne rentrera pas en ligne de compte….Et c’est bien là le futur problème qui va se présenter à M. Leproux. Si sa communication continue de cacher ce problème, cela ne pourra pas durer indéfiniment. PSG/Dortmund en était l’exemple flagrant. Comment n’importe quelle personne assistant ou regardant le match ne peut se dire. « Mais attendez, il y a un problème là ? Pourquoi le PSG joue à l’extérieur au Parc ? ». Cette image va au fil des matches continuer de s’amplifier, les gens vont petit à petit se dire que le Parc ne fait plus peur, et qu’on y va comme à la maison. Les joueurs adverses l’ont déjà compris, et viennent à Paris avec l’idée de jouer un match amical ou alors un match sans réelle pression. A vouloir trop changer l’aspect du Parc des Princes, M. Leproux lui dénature toute son identité, toute sa réputation, et si au premier abord, il nous bassine avec sa sécurité, ce qu’il ne prévoit pas, c’est que toute l’image du PSG va changer. Mais à Paris, l’image du PSG est tellement ancrée dans les mœurs, qu’il faudrait 5 années comme celle-ci pour tout changer, sauf qu’il n’a pas le temps, ce n’est tout simplement pas possible. Malgré tous ses efforts, d’ici là, beaucoup de choses auront changées, et la patience à Paris n’a jamais existée, c’est pourquoi, rapidement il va devoir trouver une autre solution. Car il ne pourra plus mentir aux joueurs qu’il souhaite recruter. Le pouvoir du Parc était le dernier point d’attraction du PSG, M. Leproux l’a détruit, et il risque tôt ou tard de le payer.

 

Comme en 1940, l’invasion allemande de PSG/Dortmund va laisser des traces dans les mémoires. On se souviendra un jour de cette invasion, sauf que pour le moment, elle donne des idées, des idées aux supporters adverses, qui ne vont désormais plus hésiter à investir le Parc comme leur stade domicile.

Et les conséquences d’ici là fin de saison seront plus importantes qu’on ne le pense…à moins que le PSG gagne le titre de champion…

Partager cet article
Repost0