Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 11:32

17956.jpgL’idée était simple et honorable, supporter à notre façon le Paris Saint Germain. Ces 3 initiales généralement associées à l’équipe de football de la Capitale, peuvent désormais se (re)conjuguer à la sauce handball, alors pourquoi ne pas en profiter ?

 

La motivation est là, tout le monde est content d’avoir à supporter le PSG librement, à domicile, en plein Paris, et on se dit que la soirée du vendredi 14 septembre risque d’être belle, alors qu’à 2 pas de là, se déroulera un match dans le sanctuaire du Parc des Princes.


C’était malheureusement sans compter sur l’intervention des dirigeants du PSG et des pouvoirs publics, pour gâcher (en partie) une si belle soirée…Les médias en parlaient, tout le monde voulait voir ce PSG Handball et ses stars, y compris même ces anciens abonnés du Parc, pour qui, ces 3 lettres représentent une identité forte, sauf que….

Places annulées le jour même, dispositif policier disproportionné, traque malsaine aux abords du stade, tout était fait pour vous dégoûter de cet évènement pourtant annoncé festif.

Ces personnes, RG, policiers, CRS, dirigeants du PSG, tous s’étaient donné le mot, « il est hors de question que ce type de supporters rentre et fasse sa loi au gymnase »…

Et à en voir le dispositif, nous avions l’impression d’aller assister à un match à hauts risques, dans une salle contenant 20 000 personnes…nous en étions à même pas 4000….

 

Ce climat loin d’être propice à la fête, avait déjà été plombé par l’annonce dans la journée que des places avaient été annulées…En quel honneur ? Jean-Claude Blanc, pensant à faire à un journaliste naïf, avance d’entrée que ces personnes à qui ils ont refusé les places, sont toutes interdites de stade, avant que le journaliste lui fasse très justement remarqués, que c’est impossible, puisqu’à 2 pas d’ici se déroule un match au Parc, et que ces IDS, sont forcément obligés d’aller pointer. Il se rattrapera alors, en disant que pour lui, « être interdit de stade ne veut pas dire automatiquement interdit de salle », sous-entendu, qu’il se réserve le droit d’interdire l’accès à qui bon lui semble. Il le dit lui-même, « on a pris nos responsabilités », sait-il que celles-ci sont à la limite de la légalité, si ce n’est pire…Nous imaginons quand même, qu’ils ont pris le soin de se renseigner avant d’annuler toutes ces places, ou sinon ils risqueraient d’être très vite surpris, espérons-le.

Nous avons donc la preuve, que la blackliste, annoncée fièrement par Jean-Louis Fiamenghi, est belle est bien en activité, et qu’elle a réalisé ce vendredi 14 septembre son premier coup de filet, dans le plus grand anonymat qu’il soit…

Mais comment, pouvez-vous rester de marbre, face à de telles mesures ? Constitution d’un fichier illégal, pour refuser le droit de vente à des personnes qui ne sont même pas sous le coup d’une sanction ? Pire encore, qui ne l’ont même jamais été ? Comment l’accepter ? Comment le comprendre ?

Les personnes qui figurent sur cette blackliste, sont pour la plupart, celles qui ont été contrôlées, lors du dernier match de la saison dernière à Lorient. Nous insistons sur le mot contrôler, car toute la bêtise y figure. Une simple personne contrôlée, figure sur cette blackliste, que le PSG s’est procurée, on ne sait sur quelle autorisation…

Ce qui veut clairement dire, que toutes ces personnes sont innocentes, car elles n’ont jamais écopées de sanctions. Alors pourquoi leur interdire la vente de billets du PSG ? Vous trouvez ça normal ?

 

Et si seulement c’était tout. Car une fois rentrée dans la salle pour une petite centaine d’entre eux, c’est un comité d’accueil et d’encadrement improbable qui surveille les supporters venus simplement chanter. La SIR (Section d’Intervention Rapide) de la DNLH (Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme) a tout simplement déserté le Parc des Princes, pour venir en nombre (20 ?), assister à ce match de handball et ainsi encadrer une 50aine de supporters…Le tout renforcé par une 15aine de stewards. On n’est pas loin d’une personne par supporter…Voyant que cette présence se voulait festive, ils ont du se demander ce qu’ils foutaient là, à se croiser les bras. A part, avoir réussi à sortir un des deux groupes présents à la mi-temps, ils n’auront rien fait de la soirée. A voir leurs têtes en fin de soirée, on pouvait ressentir la déception dans leurs yeux. Ils étaient venus pour autre chose. Leur chef avait du leur promettre l’enfer, ils ont découvert un peu de ferveur…


Et c’est là que le problème réside. Une diabolisation démesurée, de simples supporters venus chanter pour leurs couleurs. Et ça, ça fait deux ans que ça dure. Les hauts placés, laissent sous-entendre des risques importants, et mobilisent ainsi des effectifs disproportionnées, alors qu’au final tout se passe bien, et les forces en présence, vous l’avouent elles-mêmes, elles se demandent ce qu’elles font là…

Diabolisation d’un mode de supporterisme, qu’ils ne veulent plus voir, mais qu’ils ne pourront éradiquer, quand celui-ci n’aura rien à se reprocher, comme ce fut le cas ce vendredi à Coubertin. Tous les présents pourront vous le dire, l’ambiance était bonne, les joueurs, les journalistes (mêmes à demi-mots) vous le disent, alors pourquoi continuer de se prendre la tête, et de vouloir faire peur aux gens, alors qu’il n’y en a pas besoin ?

 

Les autorités, les dirigeants du PSG, ne peuvent comprendre ce que ces 3 initiales représentent pour nous, ce que nous sommes et serons capable de faire pour elles.

Ils veulent nous dégoûter, ils ne font que renforcer notre détermination d’action en action.

 

Les personnes à qui on a refusé l’accès à la salle en début de match, se sont mêmes vus « charger » par les CRS, après avoir entonné des chants à l’extérieur de la salle. Dans quel monde vit-on ? A quelles lois sommes-nous soumises ?

Pas les mêmes qu’un citoyen normal à priori…

 

Mais ce vendredi, même si des supporters ne sont pas rentrés, la victoire n’est pas pour la police ou les dirigeants du PSG, elle est bien du côté des supporters, qui ont pu montrer de quoi ils étaient capables, et que tout pouvait bien se passer, sans que la police n’intervienne.

Chanter pour le PSG n’a pas de prix, ni de limites, et ça, les amateurs et joueurs de handball s’en sont aperçus. Qu’ils ne pensent pas que nous étions là uniquement pour faire passer un message.

Nous étions aussi là pour ces 3 initiales, qui nous ont fait rêver, et pour qui nous continuerons de tout donner.

 

P S G, 3 initiales ancrées dans nos cœurs pour l’éternité…

 

Votre répression n’a d’égale que notre détermination !

 

SUPPORTER LE PARIS-SG N’EST PAS UN CRIME !

 

Lien vers l'article de PSGMag

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 20:11

09-10-psg-lyon-5078.jpgDepuis quelque temps, nous avons remarqué que les déclarations concernant l’ambiance du Parc des Princes changent quelque peu. Remise en cause du public, regret des supporters passés, critiques du modèle actuel, ils sont quelques uns à sortir de leur torpeur pour commencer à dénoncer les ravages du plan Leproux.

Sauf qu’à ces personnes, et avec tout le respect que l’on peut leur devoir (à certains), nous avons envie de leur dire que c’est bien beau, mais c’est trop tard ! Et quand bien même, leurs paroles font plaisir à entendre, car elles remettent publiquement en cause ce que nous dénonçons depuis deux ans, elles n’ont désormais plus l’impact suffisant pour changer quoique ce soit. C’est à se demander, si leurs sorties, ne sont pas dû à ce constat ?


Quoiqu’il en soit, tout ce qu’ils disent est vrai ! Le souci, c’est qu’on a l’impression qu’il tombe tous des nues seulement aujourd’hui de l’impact du plan « TousPSG » sur ce qu’est ou plutôt ce qu’a été le Parc des Princes. Le problème, c’est que nous, supporters du PSG, le disons depuis le début de l’instauration de ce plan. Eux avaient une démarche soi-disant sécuritaire, et vantaient alors les mérites (à tort) de Robin Leproux, d’avoir pris une telle décision. Sauf que nous savions pertinemment les répercussions catastrophiques que ce plan aurait sur l’ambiance de ce stade mythique.

Parce que là, nous ne parlons pas de n’importe quel stade. Nous parlons du Parc des Princes, jadis, le stade le plus chaud de France, à la renommée internationale ! Alors, quand on touche à ces 40 ans d’histoire, et qu’on oublie toute son histoire, il est évident que la différence serait immense, entre l’avant et l’après.

Reprécisons (une nouvelle fois) que nous sommes pleinement conscient de la responsabilité des supporters dans le conflit qui a pu amener au drame du 28 février 2010. Là n’est pas notre débat !

 

Ce que nous voulons dire, c’est qu’il est trop tard pour sortir de son silence, et oser espérer un changement. Car ce changement n’aura pas lieu ! Le Parc des Princes, le vrai, l’unique, est « mort », et nous ne le retrouverons probablement jamais dans l’état qui a fait sa gloire et sa renommée. Nous, supporters de ce club, et ex-pensionnaire de ses virages, le savons pertinemment, et nous n’espérons même plus nous battre pour retrouver nos abonnements.

Notre lutte n’est plus qu’une lutte d’idéal, de fierté, et d’honneur, par respect de ce qu’a été le Parc des Princes, et de ce qu’est la réputation des supporters parisiens partout dans le monde. Pour ça nous ne lâcherons jamais, pour ça, nous ne cesserons jamais d’être nostalgique de cette période glorieuse, pour ça, nous ne cesserons jamais de supporter à notre façon les « Rouge & Bleu », pour ça nous ne cesserons jamais de chanter pour le Paris Saint Germain Football Club !

Et ce malgré toutes les injustices dont nous faisons preuve !

 

Et des injustices, nous en vivons malheureusement trop souvent !

 

Nous sommes devenus depuis deux ans le dossier prioritaire de la Préfecture de Police de Paris, qui ne se cache même plus de créer des « black listes » d’anciens supporters du PSG, alors que l’illégalité d’une telle mesure est évidente. Ce dossier leur fait tellement peur, que pas plus tard que le week-end dernier, une manifestation surprise devant les sièges de l’Equipe et de BeInSport, a propulsé plus de 8 camions de CRS devant le siège du Parc des Princes, par peur que ce groupe d’une cinquantaine d’unités, viennent chanter devant le siège du club. Nous précisons, venir chanter, car c’est uniquement de ça dont il s’agissait. Imaginez pourtant si ces supporters étaient venus. Arrestations, motifs tordus, et autant d’interdictions de stade que de présents. Tout ça pour quoi ? Uniquement parce qu’ils ne veulent plus de nous, supporters Ultras du PSG, et qu’ils seront prêt à tout nous éradiquer. Ce fait, n’en est qu’un parmi tant d’autres, qui avec le match Lille/PSG et ses 30 000 tristes supporters, lancent la saison d’une manière plus qu’inquiétante. Sans compter sur les arrangements entre dirigeants du PSG et du Dinamo Zagreb, qui vont se mettre d’accord pour éviter que tout supporter adverse respectif ne puisse se déplacer…

 

Pour preuve, les discours affichés des décisionnaires de la LFP, qui font des fumigènes leur dossier priorité en matière de sécurité des stades de football. A tel point, qu’un jeune supporter stéphanois, vient d’écoper de 15 jours de prison ferme « via bracelet électronique », tout ça pour avoir soi-disant allumé un fumigène dans un stade de football !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Rendez-vous compte de la disproportion des mesures, récidiviste ou pas, c’est clairement du n’importe quoi ! Soutien à lui !

 

Il aura fallu attendre deux ans pour entendre « enfin » des critiques sur le plan « TousPSG », espérons qu’il n’en faudra pas autant pour qu’ils se rendent compte, que ce problème n’est que le début d’une machine en route, qui ne vise que la fin du mouvement Ultra en France.

Ils pourront toujours se plaindre, une fois la moissonneuse passée, que nos stades ne respirent pas le football, déjà qu’en France, on a du mal à s’en passionner, alors d’ici quelques années, on a de quoi craindre le pire.

 

La preuve en est, avec cette baisse de fréquentation des stades de L2, de près de 100 000 ( !!!!! ) spectateurs à la même époque. Nous ne sommes qu’au mois de septembre…Et pendant ce temps là, les décideurs, ne cessent de nous mentir en disant que c’est bon pour le football !

 

Mais le football ne se regarde pas, il se vit !

 

Alors cessez vos conneries, et redonnez-nous de vrais stades de football !

 

Liberté pour les Ultras !

 

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 23:36

6a00d8341c4e6153e-.33-800wi-1a48d00.jpgDécidemment, plus les saisons se suivent, plus les autorités publiques, en étroite collaboration avec les clubs de football, continuent leur lutte contre les supporters de football et plus précisément les Ultras. Lutte ? Que dis-je ? Quand un tel acharnement est prononcé, accompagné de tant d’injustice, il s’agit d’une guerre, ou toutes proportions gardées d’une extermination d’un certain type de population.

Alors, rassurez-vous, nous ne sommes pas là pour faire un triste parallèle avec l’histoire du 20ème siècle, mais en étant réalistes et objectifs, soyons cohérents, et dénonçons ce qui se passe aujourd’hui autour des stades de football.


Comme bien souvent, la plus belle vitrine des autorités pour montrer leur soi-disant pouvoir, reste le Paris Saint Germain Football Club et ses supporters. Pourtant, nous avons du mal à comprendre. Cela fait plus de deux ans que le fameux plan « TousPSG » censé endiguer la violence au Parc des Princes a été mis en place, qu’on apprend encore que de nouvelles mesures improbables voient le jour. Seraient-ils si inefficace que cela qu’il faille encore ajouter de nouvelles mesures ? Pourquoi donc, nous disent-ils que le problème est réglé ?

Pour nous, la surenchère de ces mesures de mois en mois ne prouve qu’une chose, ils sont en échec total sur la question des supporters, et ils sont obligés trop souvent de changer leur dispositif pour paraitre agir…

 

La saison n’avait pas encore commencé, que le match Lille/PSG du 2 septembre prochain faisait déjà débat au mois de juillet. Le soi-disant problème ? La traditionnelle braderie de Lille qui se déroule le même jour, mettant ainsi en difficulté les forces de l’ordre. C’est à se demander pourquoi…Que craignent-ils réellement? Ah oui des « affrontements entre bandes rivales Ultras » nous a dit la LFP. Sont-ils au courant qu’à Paris, le mot Ultras n’existe plus, puisqu’ils l’ont éradiqué…La DNLH serait-elle en contradiction avec ses propres décisions ? Cohérence quand tu nous tiens…

Et quand bien même, imaginons des risques réels, est-il si compliqué de gérer une cinquantaine de supporters, alors que le même jour, on en gère des millions ? A priori, oui…ça fait peur sur la compétence nationale à gérer des situations critiques….

Etant donné que le problème doit se situer à degré majeur au ministère de l’intérieur, il a été confié à notre bonne vielle la LFP et aux clubs, la responsabilité de mettre en place une billetterie appropriée, le tout forcément appuyer par un arrêté préfectoral que nous sommes impatient de lire.

C’est pourquoi, pour ce match de gala, seuls les abonnés du LOSC, ses invités et les supporters parisiens encadrés par le PSG pourront assister à ce match. Voilà comment les autorités fonctionnent. Pour pénaliser une poignée de supporters parisiens, ils ferment toute la boutique. Pour une comparaison, pour soigner une coupure sur le bout du doigt, ils vous coupent tout le bras…Et la proportion est réellement si grave que ça. Car là, on ne touche même plus « qu’aux » supporters parisiens si effrayants, mais également au supporter lambda lillois qui faisait de ce match une fête dans le nouveau stade. Malheureusement, il en sera privé. A quel prix ? Le risque en vaut-il la chandelle. Posez-vous les bonnes questions. Car ce jour là, tout supporter du PSG reconnu, et qui n’aura pas fait le déplacement officiel encadré par le PSG, sera un hors-la-loi et risquera, arrestation, interdictions de stades, amende, pointage au commissariat…tout ça pour ça ! Alors réfléchissez !

Enfin, quand nous disons, tous les supporters du PSG…vous pouvez être sur qu’en carré VIP, des supporters du PSG il y en aura, mais vous savez ces personnes sont au dessus des lois. Deux poids, deux mesures !


Mais ce n’est pas finit ! Ce fameux déplacement organisé par le PSG est une sacré blague. Soi-disant, le PSG fait un geste a va permettre à 500 personnes d’assister à ce match, au seul prix de 15€, le club prenant en charge le reste du budget. Détrompez-vous ! Si par le passé cette initiative aurait été vu d’un bon œil afin de permettre à un maximum de personnes de suivre le club de la Capitale à l’extérieur, cette année l’objectif est tout autre. S’acheter un public, contrôlable, façonnable, et ainsi montrer à l’opinion publique que l’on a réussi son pari. Voilà une bien belle hypocrisie de la part du club, qui de cette façon s’assure une main mise sur ses futurs nouveaux supporters. Et attention, pour pouvoir participer à ce soi-disant grand déplacement, il faut rentrer dans le moule, et pas n’importe lequel.


Ce moule, Jean-Louis Fiamenghi, directeur de la Préfecture de Police de Paris (PPP) nous l’a présenté, et le pire, c’est qu’il semblait en être fier. La principale mesure de ce début de saison, réside dans l’établissement d’une « blackliste », qui regroupe officiellement, tous les supporters parisiens, un jour Interdits de Stade. Officieusement, nous pouvons supposer qu’à cette liste y soit rajoutée, tous ceux depuis deux ans, qui mettent des bâtons dans les roues de la direction du PSG…

L’intérêt de cette liste n’est pas compliqué. Si l’une des personnes répondant aux critères établis, souhaite acheter un billet au Parc des Princes, ou via le PSG (déplacement), elle ne pourra tout simplement pas !

Et c’est là qu’on marche sur la tête ! Comment justifier une telle décision ? De quel droit, la PPP et le PSG peuvent se permettre de réaliser une chose pareille. C’est tout simplement inacceptable et surtout illégal que d’interdire à une personne qui aujourd’hui n’est sous le coup d’aucune interdiction, mais qui l’a été par malheur dans le passé, d’acheter une place pour un match du PSG ? Pire encore, lorsque l’on sait, que les Interdictions de Stades (IAS/IDS) sont désormais abusives, et concernent des faits totalement différents. Une personne ayant allumé un fumigène dans un stade est autant puni, si ce n’est plus, qu’une personne ayant participé à des violences. Sans parler de tout ce qui est consommation de stupéfiants ou autre broutille du genre. (Plus de détails sur PSGMag )

 

Certains répondront, que c’est normal toutes ces mesures, les supporters du PSG le méritent. Mais ces personnes, se rendent-elles réellement compte de la portée de telles décisions ? Quand celles-ci ne font que s’ajouter à une liste d’autres toutes aussi insupportables.

Cette chasse, cette traque, continue d’aller trop loin, sans que cela n’émeuve plus que ça l’opinion publique. Mais nous parlons ici de libertés, de droits, de démocratie et de citoyenneté, ce n’est même plus une question de football.

 

Cet article ne changera rien, mais il a au moins l’intérêt de nous défouler et de dénoncer cette nouvelle mascarade.

Ceci étant, nous espérons sincèrement que cette dernière mesure de « blackliste » soit très rapidement dénoncée par des représentants de la loi et de la justice, sans quoi on se dirige vers une fin très rapide du mouvement ultras français, bien que celle-ci soit prévue d’ici 2016.

 

Dans cette guerre, il est très difficile, pour nous supporters, de lutter à armes égales face à une machine politique et médiatique qui se croit tous permis, et qui n’hésite pas à déroger de la loi pour satisfaire son image publique.

Face à leurs armes, ils ne nous restent que notre idéal, notre identité, notre mentalité, et ça, ils auront beau nous punir de mesures en mesures, ils ne pourront jamais nous l’enlever.

 

Plutôt mourir que de leur donner raison !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 11:33

2012-07-04-Nantes-poiré-sur-vie-1

Ca y est, après une trêve de deux mois, les championnats de L1 & L2 ont repris leurs droits !

Nous ne sommes encore qu’au mois d’aout, que déjà plusieurs polémiques dans le monde des tribunes ont été constatées.

 

Retour sur les points principaux qui alimentent l’actualité des supporters de l’hexagone.

 

- Le plus gros dossier et le plus chaud est sans conteste, la situation de la Ligue 2 et ses horaires à 18h45 le vendredi soir…Une honte, un irrespect total envers l’ensemble des supporters de L2, qui du coup, sous l’impulsion des groupes Ultras, se sont regroupés derrière un collectif « SOS LIGUE 2 », que nous soutenons et encourageons dans cette lutte face aux prérogatives financières de la LFP et du groupe BeIn Sport. Ils demandent d’ailleurs le Boycott de cette chaine, qui met en péril les stades, bien couvert par le mercenaire Frédéric Thiriez, qui continue de dénigrer le mouvement supporter.

D’un côté, le Président de la LFP, nous assène d’explications financières, en précisant que sans « BeIn », les clubs de L2 seraient à la dérive dans leurs budgets, et de l’autre Charles Biétry, Directeur de la chaîne en question, affirme que cela permettra à un autre type de public de venir au stade, notamment les enfants…

On croit marcher sur la tête, devant de telles argumentations. Encore une fois, ils ne veulent assumer la démarche mercantile de leur action, et se cache derrière des explications insuffisantes, qui sont finalement irrespectueuses de ceux qui ne demandent qu’à supporter leur équipe au stade...

D’ailleurs, après deux premières journées jouées sur des horaires « classiques », la 3ème a bien eu lieu à 18h45. Les chiffres sont tombés, la fréquentation est en baisse. Mettons tout de même un bémol, nous sommes encore en période estivale, il faudra vérifier ces chiffres au mois de Septembre.

Nous vous invitons donc à soutenir le collectif « SOS Ligue 2 » dans sa lutte. Une lutte qui demande d’ailleurs très logiquement à ce que les matches de football soient joués le samedi, permettant ainsi à un maximum de personnes de pouvoir assister aux matches dans les stades.

 

Lien du site de « SOS Ligue 2 »

 

- L’autre actualité des tribunes concerne les « 4 objectifs prioritaires pour contrer les hooligans », présentés par « Le Parisien » (Lien)

Tolérance zéro pour les actes racistes, surveillance renforcée contre l’introduction de pétards et fumigènes, lutte accrue contre les « fights » et suivi soutenu des Interdits de Stade. Les voilà ces 4 objectifs prioritaires, définis par la Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme, dirigée par Antoine Boutonnet. Comme vous pouvez le voir, dans ces 4 objectifs, il n’est aucunement question de dialogue, de prévention et de responsabilisation, mais uniquement de répression…Comme toujours, les autorités publiques préfèrent punir que prévenir, rendant ainsi leur action plus médiatique permettant à l’opinion publique de croire qu’ils agissent. Mais ne serait-ce que dans l’intitulé de ces 4 objectifs, on parle de hooligans, alors que réellement, dans le texte, un seul des objectifs concerne réellement ce qu’on peut nous, appeler hooligans, à savoir ce qui concerne les « fights ». Mais non, le mot « hooliganisme » fait tellement peur et vendre, qu’on l’utilise à toutes les sauces. Ce pourquoi, toute personne raciste, qui fume des substances illicites, ou qui balancent des pétards, est assimilé par les autorités et la DNLH comme un hooligan, alors que la définition pure de ce terme dans le milieu des tribunes n’a rien à voir avec tout ça.

M. Boutonnet, n’a pas compris ! Il ne peut être crédible tant qu’il ne fera pas preuve de cohérence à ce niveau là. Il est quand même censé être le spécialiste de ces questions de problèmes dans les stades, ce qui fait relativement peur, quant à l’avenir de nos tribunes.

Rappelons quand même qu’en octobre 2010 a été réalisé un « livre vert du supporterisme », principalement rédigé par le sociologue, lui spécialiste, Nicolas Hourcade, et que depuis il n’en a jamais été question par les autorités, alors que ce livre vert, présente qu’il faut se baser également sur un dialogue pour pouvoir améliorer la situation dans les stades.

Il est donc clair, que leurs objectifs ne concernent aucunement le dialogue, mais que leur seul et unique but, c’est « zéro groupe ultras en 2016 ».

 

Et de semaines en semaines, ils font tout pour y arriver. Retour sur les récentes décisions prises pour empêcher le mouvement ultras de s’exprimer en France…

 

- Du jamais vu, à l’occasion du match Lille/PSG du 2 septembre prochain, qui tombe en même temps que la braderie de Lille, seuls les spectateurs qui sont, soit abonnés au nouveau stade de Lille, soit VIP, ou bien encadrés par le déplacement PSG, pourront assister à ce match. La raison ? Empêcher les supporters parisiens de faire le déplacement par leurs propres moyens, les autorités étant incapables de gérer 1 ou 2 centaine(s) de parisiens, alors que ce jour là des millions de personnes se rendront à Lille pour la braderie. Cette mesure pénalise une fois de plus des innocents, en premier lieu des lillois, qui n’ont rien demandé à personne. Nous y reviendrons plus en détail bientôt.

- Les supporters Montpelliérains ont été contraints de faire une grève des encouragements à l’occasion de leur premier match de la saison, en raison d’une interdiction par leur club, de réaliser un « Tifo » célébrant le titre passé récompensant ainsi leurs joueurs. La raison ? Des soi-disant craintes de fumigènes. Là encore, on croirait marcher sur la tête ! Sans rentrer dans le fantasme de l’impact des supporters sur les résultats, peut-on affirmer que Montpellier aurait été champion sans ses supporters ? Nous en doutons…

- Le naming du nouveau stade de Nice appelé « Allianz Riviera » qui ne semble pas faire l’unanimité auprès des supporters niçois, et qui l’ont d’ailleurs fait savoir lors du premier match ce samedi. Relançant ainsi la polémique autour des naming des stades de football, bien qu’il faille être réaliste, et qu’un juste milieu doit être trouvé. Ce que les supporters niçois ont semblé réclamer, sans être écoutés…une fois de plus. Supporter, acteur essentiel dans le monde du football, mais rarement écouté et entendu.

 

Et surement plein d’autres dossiers en attente ou en prévision qui vont continuer d’alimenter l’actualité répressive des stades de football. Les temps sont durs pour les supporters de football, qui risque d’en baver pour les saisons à venir.

 

Face à l’argent, il est difficile de lutter, mais notre motivation est sans limite !

 

Business et répression face à la ferveur populaire !

 

Liberté pour les Ultras !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 12:22

Le Parc des Princes c’était mieux avant ! Cette phrase devenu slogan depuis deux ans prend encore un peu plus son sens aujourd’hui, au lendemain de la diffusion du documentaire nommé « PARC », réalisé par deux anciens abonnés, William S. Touitou et Jérôme Benadiner, que nous remercions pour avoir produit un tel film, qui vous donne des frissons.

Nous pourrions être pointilleux sur certains points, mais l’intérêt n’est pas là, car ce qui ressort de cette vidéo, ce sont des témoignages forts, qui vous font regretter ce qu’a été le Parc des Princes avant 2010.

 

Les plus poignants étant ceux des leaders du jadis Parc des Princes, qui transpirent la passion et la lucidité face à la situation actuelle du Parc des Princes.

Car ce documentaire se veut avant tout informatif sur l’état de ce stade mythique, en expliquant ce qui a pu être fait depuis 2 ans, dénonçant par la même occasion des décisions arbitraires et injustes envers une catégorie sociale de la population française, à savoir, les supporters historiques du Paris Saint Germain Football Club !

 

Alors nous ne sommes pas là pour raconter tout le documentaire, nous vous invitons, si ce n’est déjà fait, à visionner le plus rapidement possible ce documentaire qui dure 1h10 tout de même !

 

Ce que nous pouvons dire après l’avoir visionné que c’est avec une immense fierté que nous avons eu la chance, l’opportunité, d’avoir pu connaître ce stade lorsqu’il fut jadis le plus beau et le plus chaud de France.

Aujourd’hui il ne nous reste plus grand-chose de ces temps passés, mais le simple fait de pouvoir dire à tous « nous, on y était », suffira à nous redonner le sourire.

 

Car ce Parc des Princes là, c’était quelque chose ! Quelque chose que très peu comprendront car cela dépasse de très loin le cadre du football.

 

Pas besoin d’en dire plus.


Et comme il est fréquent de dire dans le milieu….

 

Seuls les présents savent !

 

 

 

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 23:49

sochaux-psg-pauleta_full_diapos_large.jpgL’actualité parisienne nous oblige à reprendre la plume pour un article qui sera une bonne transition d’été, histoire de nous faire patienter en attendant le début de la saison en aout.

Vous le savez, c’est désormais officiel, Zlatan Ibrahimovitch va signer au PSG, d’ores et déjà précédé par Lavezzi, Verrati ou encore Thiago Silva. C’est désormais acté, et même si cela ne faisait plus aucun doute depuis des mois, le Paris Saint Germain Football Club est passé dans une autre galaxie, une galaxie sportive, avec des joueurs de renommée mondiale au niveau international, digne des plus grands clubs européens !

 

Et force est de constater que ce genre de recrutement attire la convoitise, la jalousie, mais aussi la popularité. Certains se (re)découvrent une passion de supporter pour le PSG, les médias qui en faisaient déjà des tonnes, ne cessent de parler du PSG futur champion de France et bientôt d’Europe, mettant ainsi une pression légitime sur le club de la Capitale !

Mais permettez nous, d’aller à contre courant de cette pensée qui se veut de plus en plus unique, en ayant une pensée à tous ceux qui étaient là en 2008 dans les plus tristes heures du club Rouge & Bleu !

 

Ceux-là, plus personne n’en parle, et pourtant, et pourtant, que serait-il arrivé s’ils n’avaient pas été là aux soirs des 10 et 17 mai 2008 ? Pour beaucoup ces dates ne signifient pas grand-chose, et surement rien d’ici quelques mois, mais pour d’autres, ces dates sont ancrées à jamais dans leur cœur de supporter.

Dates à laquelle ils se sont battus, seuls, contre la France entière, avec honneur, fierté et courage pour soutenir le club de la Capitale dans le malheur de la perspective d’une éventuelle descente en L2.

Quand un an auparavant, ils étaient déjà 2000 à Lens à quelques journées de la fin, alors que le PSG au coup d’envoi était tout bonnement dernier de L1, poussant les joueurs à aller chercher une victoire primordiale, ils ont été un an plus tard tout simplement à la hauteur de la tâche face à laquelle ils devaient faire face !

Alain Cayzac, alors Président du club, avait proclamé l’Union Sacrée pour sauver le club de la descente, mais y avait-il réellement besoin de le demander ? Honnêtement, connaissez-vous, l’un de vos amis présents à vos côtés à cette époque, qui auraient lâché l’affaire sur ces deux derniers matches de L1, et qui n’auraient pas bougé le petit doigt si personne ne lui avait demandé ?

Impensable ! Car cette mission était tout simplement un Devoir, le devoir de supporter le Paris Saint Germain Football Club, dans le malheur ou dans la gloire !

 

Et si en mai 2008, le PSG s’est sauvé d’une descente tant souhaitée, comment omettre l’impact, l’importance des supporters dans cette lutte ? Tout simplement impossible ! De l’aveu même des joueurs, sans le Parc, sans les groupes, sans les fidèles supporters, il est fort à parier qu’ils auraient lâché l’affaire depuis longtemps !

Mais le PSG, doyen de la L1, ne pouvait descendre de l’Elite, et face à ce constat l’Union Sacrée ne pouvait que réussir !

 

19 avril 2008, 3 semaines avant les deux dernières journées du championnat, le PSG se fait humilier à Caen provoquant d’abord la colère puis la tristesse des supporters présents ! Des larmes dans les coursives de bonhomme de 40 à 50 ans, ça vous marque, et ça vous fait mal !

3 mai 2008, Toulouse/PSG, un parcage monstrueux, aux couleurs bleu-blanc-rouge-blanc-bleu, qui passera pas loin d'une victoire symbolique au Stadium, permettant de voir la fin de saison différemment. Il n'en sera rien! Tout devra se jouer lors des deux dernières journées!

Alors quand vient ce 10 mai 2008, vous partez au combat ! Paris-SG/Saint-Etienne, une affiche pour le dernier match de Pauleta au Parc, dans une ambiance d’avant match pesante, un sentiment que ce soir là, quelque chose allait se passer, mais il était impensable pour les 45 000 supporters présents que cette chose serait négative ! Alors pour ce match de la peur, le Parc des Princes s’est sublimé pour devenir un volcan en ébullition ! Et pourtant, le scénario n’avait rien de favorable ! Sur le terrain, le PSG est mené dès la première mi-temps, mais cela n’altère en rien la sur-motivation des virages et du Parc tout entier ! Un bruit assourdissant, continu, dégagé par des « moines soldats » en quête d’un seul et unique but, l’égalisation ! Quand celle-ci intervient par Jérémy Clément, c’est un moment indescriptible qui se passe, une explosion rare, intense et magique pour une raison qui dépasse l’entendement et le rationnel ! Ce n’était qu’une égalisation, et le PSG était encore loin d’être sauvé, mais c’était un moment fort et intense gravé en chacun des présents ce soir là !

Quant à la sortie du Parc, vos oreilles bourdonnantes, vous rappellent que, sans savoir vraiment pourquoi, vous venez de vivre un moment à part dans l’histoire du Parc et du PSG.

Mais ce n’était qu’une bataille et la guerre était loin d'être terminée. L’histoire a fait que celle-ci devait prendre fin du côté de Sochaux une semaine plus tard.

Rendez-vous était déjà pris depuis longtemps pour les fidèles, le maintien se jouerait là bas quoiqu’il arrive ! Un exode se réalise alors dans le Doubs pour aller supporter le Paris-Saint-Germain Football Club, pour sa survie en L1.

Mais le stress est à son paroxysme ! L’ambiance pesante de la semaine, laisse place à la peur réelle et palpable de voir cette mission échouée ! Ce déplacement n’est pas comme les autres, et cela se ressent ! Les rigolades sont là, mais dès que le calme arrive, les pensées s’en vont tout de suite vers le stade Bonnal et la possible mésaventure de la soirée !

On le sait, toute la France du Football souhaite voir le PSG échouer ! Nous sommes seuls contre tous, à 1 500 contre tout un stade, contre toute une France derrière sa télé ! Cela ne fait que nous motiver, et c’est avec détermination et confusion que nous arrivons dans notre partie du stade, complètement fermée pour l’évènement, craignant des débordements en cas de relégation ! Tout était fait pour vous faire comprendre que ce soir là c’était « marche ou crève » ! L’ambiance n’aura pas été astronomique comme une semaine auparavant, mais largement suffisante pour l’occasion. Pour une fois, le PSG prend les devants en 1ère mi temps, mais est rejoint en 2ème par une équipe sochalienne ayant à cœur de faire tomber la Capitale ! C’est alors, que tout le stade reprend « Paris en Ligue 2 », et quand nous disons tout le stade, c’est bel et bien tout le stade. A ce moment là, vous n’êtes pas fier, vous n’en menez pas large, vous flippez clairement !

L’histoire aura finalement fait que ce ballon d’Amara Diané, qui roule, qui roule, qui roule, finira par franchir la ligne, dynamitant un parcage alors en train de se ronger les ongles et imaginant le pire. La fin du match n’en sera pas moins rassurante et apaisante, mais dès lors que le coup de sifflet final retentit, c’est une libération sans mesure qui vous atteint. Ca y est, le PSG est sauvé, et n’aura pas à subir les railleries de la France.

 

Mais au-delà de ça, c’est surtout le sentiment du devoir accompli qui hante le cœur des supporters ! Un devoir rempli avec fierté, courage et honneur, non pas pour des joueurs mercenaires et trop payés, mais pour 3 initiales, 3 couleurs, pour une ville, un stade, une région…

Car cette force exprimée ne pouvait fonctionner que sur la seule base sportive, et d’ailleurs comment s’appuyer sur un tel gâchis ? Non, la force il a fallu la chercher ailleurs, dans une identité unique, basée sur l’amour d’une ville, d’un club, d’un stade. « Seulement pour nos couleurs », nous répétions à l’époque, et sans ces couleurs, où en serions-nous aujourd’hui ?

 

Pour le supporter parisien, ce premier semestre de l’année 2008 aura été loin de tout repos ! Il aura même été éprouvant, tant la stigmatisation des fans parisiens était à son paroxysme depuis l’affaire de la banderole ! Pour ça, la France entière voulait voir le PSG échouer ! Mais c’était sans compter, sur l’amour, la fidélité, la ferveur d’une poignée de fidèles, décidés à se battre pour un idéal, pour une partie de leur vie ! Ils en ont fait l’une de leur plus belle mission, par loyauté au blason du Paris Saint Germain FC, ils ne l’ont pas abandonné, marchant envers et contre tous, à ses côtés, pour le sortir de la pénombre !

Ces fidèles, ces soirs de 10 et 17 mai 2008 sont allés chercher en eux, ce que beaucoup ne connaitront surement jamais dans un stade de football, à savoir le sentiment de devoir faire quelque chose !

 

Alors quand aujourd’hui, nous apprenons les signatures de stars mondiales du football, comment ne pas avoir une pensée pour tous ces mecs présents en 2008 et qui ont galéré aux côtés du Paris Saint Germain Football Club pour le maintenir en vie ? Comment ne pas avoir une pensée remplie de respect pour des mecs qui ont alors tout donné pour ce club ? Alors que club ne faisait rien en retour pour les y aider ! Des joueurs désintéressés et médiocres, des actionnaires complices, une presse mensongère, tout était fait pour les descendre !

Ils ont tenu bon et ils peuvent maintenant regarder cette époque avec fierté, la fierté d’avoir alors répondu présent à la mission qui leur été confiée ! Celle de sauver le Paris-SG !

 

« Une époque où aller au Parc des Princes n’était pas une mode mais tout simplement un devoir ! Celui de supporter les couleurs Bleu-Blanc-Rouge-Blanc-Bleu dans l’adversité, et ainsi représenter haut et fort le blason du club de la Capitale. »

 

Comment ne pas se dire également qu’après avoir tant lutté pour la survie du PSG, nous ne pouvons profiter pleinement de cette nouvelle dimension sportive qu’a prise notre club fétiche ?

Comment ne pas imaginer aussi, ce qu’aurait pu être le Parc des Princes en unissant joueurs actuels et supporters de 2008 ?

Nous ne souhaitons pas en parler, tant cette plaie est encore douloureuse et ne cicatrisera jamais !

 

Alors pour clôturer cet article qui est déjà très long, mais qui est écrit avec le cœur de passionnés fidèles, emprunt de nostalgie, alors que leur club brille sous les projecteurs de la France entière.

Une France qui, il n'y a pas si longtemps que ça, souhaitait sa chute, mais ça ils ne sont pas si nombreux à s’en rappeler.

Désormais, les flocages de Zlatan ou Thiago Silva effaceront la mémoire de ces futurs spectateurs.

 

Il n’en restera pas moins, que certains, une poignée surement, n’oublieront jamais de leur vie cette période de 2008 et ces deux derniers matches. Ceux là, ils sont reconnaissables ! Alors que tous, depuis des semaines ne cessent que de parler de Zlatan, d’autres repensent avec nostalgie et fierté, qu’il n’y a pas si longtemps que ça, c’était une toute autre histoire ! Une histoire qui ne demandait pas à s’amuser et fantasmer devant un transfert, mais qui demandait d’aller au front pour défendre l’honneur et la réputation de son club. Ceux là, en contemplant l’arrivée de Zlatan, peuvent se dire que quelque part, c’est grâce à eux, si le PSG en est là aujourd’hui !


Et pour ça, Merci !

 

Aujourd’hui il ne suffit que de récolter la gloire et contempler l’avenir…

Hier il fallait aller chercher la Victoire pour écrire l’Histoire…

 

Ne serait-ce que pour 2008….

 

NOTRE HISTOIRE EST DEVENUE LEGENDE !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 12:34

Capture-d-e-cran-2012-07-13-a--11.30.11.png

Photo prise sur canal historique

 

Il y a un an, le 13 juillet 2011, Robin Leproux, l’infâme, était débarqué du Paris Saint Germain Football Club, pour notre plus grand bonheur !

Et même si son départ n’a rien changé et que la situation du Parc des Princes est restée identique, le simple fait de le voir quitter les couleurs Bleu-Blanc-Rouge-Blanc-Bleu nous satisfait !

Pourquoi ?

Tout simplement parce que cette personne, malhonnête, malsaine, et imbus de sa personne, n’a pas arrêté de dénigrer, de critiquer, de trainer dans la boue, des passionnés qui avaient tant donné pour le club de la Capitale, et qui ont été ignoré comme des malpropres.

Robin Leproux n’est pourtant pas à l’origine du soi-disant « plan Leproux », il n’a fait que se l’approprier au travers d’une communication basée sur l’aspect sécuritaire, alors qu’en coulisses le but était tout autre…se débarrasser d’un certain type de supporters, au contre pouvoir trop gênant.

 

Déclarations mensongères, contre-vérités, toute sa palette de parfait communiquant dont il est professionnel y ait passé, et au vu des réactions de l’opinion public, il a parfaitement réussi son coup !

Bien aidé dans sa stratégie par son chien-chien Bruno Skropeta, lui aussi débarqué il y a peu et qui tentera de rebondir à Monaco, et à qui nous souhaitons tout le malheur possible dans le monde du football.

Beaucoup trop ont été ceux qui ont cru à leur discours, et trop nombreux ont été ceux qui leur ont donné raison !

 

Sans aller chercher plus loin, ces personnes n’ont fait qu’écouter, lire et retranscrire ce qu’il pouvait lire dans les médias. Médias qui étaient à la botte de cette direction, qui était prêtes à tout pour parvenir à son but, comme s’il ne s’agissait là que de son unique objectif !

Ils nous bassineront pendant des mois de sécurité, de mort probable du PSG etc etc, au point d’en faire une propagande douteuse et surtout indigne.

 

Comme exemple, cette première campagne, « Avec vous le PSG prend un nouveau virage », alors même que les virages du Parc des Princes ont été volontairement vidés de ses passionnés.

 

Ce n’est que pour leur communication que nous leur en voulons, car nous savons pertinemment qu’ils n’y sont pour rien dans l’élaboration du « plan TousPSG », et qu’ils n’ont fait que se l’approprier.

Mais ces deux hommes, bien aidé par Philippe Boindrieux, ou encore Jean-Philippe D’hallivillée, ont attiré une haine rare de la part des supporters historiques du Paris Saint Germain FC.

Ils ont été irrespectueux de l’histoire du Parc des Princes, indigne envers les supporters disparus, et malhonnête envers la France du football, vantant les mérites d’un plan qui comportait de nombreuses failles qui ont été exploitées et démontrées bien souvent…

 

A l’époque nous souhaitions, nous réclamions leur départ, et quand un an plus tard nous faisons le point sur les personnes qui restent au sein du club, nous nous disons que le chemin n’est pas loin d’être accompli. Et même si leur départ n’est pas de notre fait, le plaisir de ne plus les voir accoler aux 3 lettres du club de la Capitale suffit à notre bonheur dans cette période de tristesse récurrente !

 

Néanmoins nous n’oublierons jamais le mal qu’ils ont pu nous faire, et faire au Paris Saint Germain FC, et pour cela, nous leur en voudrons à jamais !

Ils ont fait partie de ceux qui ont tué à jamais l’âme du Parc des Princes, et si eux en sont fiers, ce n’est que parce qu’il s’agit pour eux d’une réussite « professionnelle », alors que pour nous il s’agit d’un coup de poignard en plein cœur de notre passion, et ça ils ne pourront jamais le comprendre, car ils ne savent pas ce qu’est le football !

 

C’est pourquoi un an après, nous célébrons le départ de Robin Leproux à la tête du PSG !

 

Nous terminerons la saison sur cet article, et nous reviendrons dès la rentrée avec toute l’actualité des tribunes qui il est sur sera encore riche de rebondissements.

 

L’avenir de la Ligue 2, l’avenir du mouvement-ultra français, et l’avenir des tribunes du Parc des Princes seront au centre des débats !

 

Bonnes vacances à tous, et stickez bien les stations balnéaires !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 00:11

parc_des_princes_panoramic.jpg

 

Musique à écouter...

 

Deux ans déjà que notre route ne prend plus la direction du Parc des Princes. Deux ans déjà qu’ils nous ont enlevé une partie de nous. Deux ans déjà que nous ne sommes tout simplement plus les mêmes…

 

Le Parc des Princes était notre seconde maison. Il était le temple où nous venions pratiquer notre religion, celle de supporter le Paris-Saint-Germain Football Club, dans le malheur ou dans la gloire.

Notre vie était rythmée au calendrier de notre club fétiche, à toujours savoir une fois que nous quittions le stade à la fin d’un match, dans combien de jour nous y reviendrons. La période des vacances d’été n’avait rien de plus cruel, que celle de devoir nous priver de notre antre. Un sentiment d’abandon, de manque, qu’il était dur de combler pendant de longues semaines, tant ce stade nous caractérisait, nous rendait fier et faisait partie intégrante de notre âme…


Il était un temps ou faire partie des abonnés du Parc des Princes était un honneur, un privilège, une fierté, une lutte, un idéal…La chance et la reconnaissance d’avoir le droit de prendre part ou de contempler un tel spectacle. Une telle expression d’amour, de ferveur et de fidélité, d’une intensité rare, à vous donner des frissons, ne serait-ce même que pour le match le plus inattendu.

C’était également un rituel. Celui de se préparer pour l’évènement, et se dire au réveil le matin, « aujourd’hui c’est jour de match », et ce jour n’avait rien à voir avec tous les autres. Il était inconcevable de déroger à ce rituel, à cette routine, qui faisait de nous des passionnés.

L’heure de départ, les couleurs à revêtir, le chemin à prendre, non définitivement ce jour n’avait aucun  égal, celui que l’on a attendu toute la semaine.

 

Plus l’heure approchait, plus l’excitation montait, plus nous nous sentions « bizarre ». Le sentiment que quelque chose d’important allait se passer, sans savoir réellement quoi. Le football a sa part d’indécision qui faisait de notre venue au stade quelque chose d’imprévisible, mais tellement à part.

Le chemin nous menant au stade était aussi quelque chose de particulier, la vision au loin de cette merveille d’architecture, qui petit à petit ne faisait que se grossir avant de finalement nous submerger devant sa splendeur et son charisme. La foule à ses pieds contemple et respecte alors inconsciemment ce qui a pu se passer en son sein.

Les grilles passées, c’est une attente qui parait interminable devant l’escalade des marches en béton devant donner lieu à une vue imprenable. L’attente impatiente de rentrer pleinement dans la tribune, débouchant ainsi sur une vue qui reste gravée en vous à tout jamais. La prise de position est tout simplement magique, vous avez le panorama du stade tout entier, décortiquant ainsi les moindres changements par rapport aux semaines précédentes.

 

Vous prenez alors place, généralement au même endroit que d’habitude, car il ne vous vient pas à l’idée d’aller voir ailleurs. Votre place vous caractérise en quelque sorte. Vous ne la donneriez pour rien au monde. Elle vous rend fier, et vous vous sentez alors comme un privilégié. Privilégier d’être ici, et de pouvoir représenter avec honneur et dignité votre identité parisienne que ce stade vous a permis de construire.

Que dire également du réveil de nos deux virages mythiques, Auteuil & Boulogne ? Le réveil ne sonnait peut-être pas toujours à la même heure, mais s’il y a bien une chose qui ne changeait pas, c’était toute l’intensité qui pouvait s’en dégager. Un chant, deux chants, le Parc contemple, les visiteurs admirent, les flashs crépitent, les enfants s’émerveillent du spectacle. Mais ce n’est que le début.

Le coup d’envoi arrive, et le tifo s’étend alors sur les virages. Les joueurs peuvent contempler ces deux tribunes, avec la certitude qu’ils seront derrière eux. Le coup de sifflet retentit, c’est partit pour 90 minutes de spectacle, à la fois sur le terrain et dans les tribunes.

Le capo somme les troupes de lever les bras, des milliers d’un côté, des milliers de l’autre, tous en l’air pour un seul but, se montrer uni pour pousser le Paris-Saint-Germain Football club à la victoire.

Une discipline à toute épreuve, qui fait la base d’une mentalité à part, certes incomprise, mais tellement belle et intense. Et cela dure au fil des minutes, et rien ne peut altérer leur ferveur.

Des chants historiques, au rythme parfois déroutant, parfois mélodieux, mais toujours puissants. De l’échange unique, en passant par ceux à la gestuelle rigoureuse, pour finir par le très émouvant « Ô Ville lumière », c’est tout une panoplie, une partition rodée et expérimentée, menés par des hommes charismatiques qui ont fait la gloire et l’histoire des deux tribunes.

Que dire alors, de la folie qui nous prenait quand les Rouge & Bleu marquaient un but ? Nous sautions, crions, prenions dans nos bras notre voisin inconnu, tombions sans douleurs toujours prêt à nous relever. Peu importe si notre tibia venait de percuter avec force la barre du siège de devant, nous n’en avions que faire, le Paris Saint Germain FC venait de marquer, et rien ne pouvait nous empêcher de célébrer ce but comme il se devait.

 

La folie de l’inattendu, et l’explosion de joie est quelque chose qui vous prend aux tripes, et qui ne vous lâche plus. Une fois que vous y avez gouté, vous ne pouvez plus vous en séparer, et vous ne vivez pratiquement plus que pour la retrouver.

C’est pourquoi à peine ce stade quitté, vous ne voulez qu’y revenir le plus vite possible, pour y revivre de telles émotions. Et quand vous partiez, vous aviez au dessus-de vous, derrière votre épaule ce stade qui quelque part veillait sur vous.

 

Nous étions des enfants du Parc des Princes et du Paris-Saint-Germain FC ! Oui nous nous exprimons au passé, car nous ne sommes plus les mêmes. Une partie de nous s’en est allé au soir du 15 mai 2010, et vous ne pouvez pas savoir à quel point cela a pu nous faire mal.

L’heure n’est pas à savoir que le Parc des Princes pouvait également gronder et faire mal, l’heure est à la nostalgie d’une époque révolue.

 

Une époque où aller au Parc des Princes n’était pas une mode mais tout simplement un devoir ! Celui de supporter les couleurs Bleu-Blanc-Rouge-Blanc-Bleu dans l’adversité, et ainsi représenter haut et fort le blason du club de la Capitale.

 

Oui nous sommes aigris et en colère devant ce qu’ils ont fait de notre stade, jadis le plus beau et chaud de France. Oui nous avons surement perdu tout recul par rapport à une situation pourrie depuis le début. Mais cela n’enlèvera jamais ce que nous avons pu vivre au sein du Parc des Princes.

 

Vous ne vous rendez pas compte à quel point il était important pour nous. C’était un besoin, une part entière de notre âme qui résonnait en nous chaque jour que la Terre pouvait connaître.

Aujourd’hui nous avons perdu cet idéal et nous en sommes profondément attristés. Car derrière toute notre colère, c’est avant tout une déception, une trahison qui nous a été faite, alors que nous aimions par-dessus-tout ce stade !

 

Nous avons du nous adapter, changer pour combler ce manque qui nous avait été imposé, et force est de constater que même si le temps fait bien les choses, en y repensant, nous ne sommes plus les mêmes. Et même si nous avons toujours la fierté d’avoir connu ce Parc des Princes, le vrai, au fond de nous, il manque quelque chose, quelque chose d’irremplaçable…

 

Vous nous avez volé notre passion, et nous ne vous le pardonnerons jamais.

 

Le Paris-Saint-Germain Football Club est notre religion, le Parc des Princes en était son Temple…

 

Regardez ce que vous en avez fait, ce que vous avez fait de nous…

 

Un Parc des Princes devenu sanctuaire où végètent les fantômes de fidèles passionnés…

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 20:15

logo-lfp-barre.gifC’est bien l’incompétence de la Ligue de Football Professionnel.

Car en plus d’avoir géré de façon désastreuse les droits TV de la L2 (dont elle risque de très vite se mordre les doigts), elle continue de prononcer des sanctions totalement disproportionnées à l’encontre des clubs et des supporters pour des faits de soi-disant violences de ces derniers.

Matches à huit clos à Auxerre, suspension de terrain à Bastia, retrait de points à Ajaccio, voilà les dernières sanctions de la Commission de Discipline qui ne juge aucunement sur le contexte, mais uniquement sur les faits.

 

Alors, nous n’allons pas nous répéter, puisque de telles sanctions résultent simplement du fait que les règlements sont mal faits, mais il est important de souligner une fois de plus que ce type de sanctions ne font que traduire toute l’incompétence dont les instances françaises accompagnées des pouvoirs publics, font preuve sur le dossier des supporters.

Répression ! Ils n’ont que ce mot à la bouche depuis maintenant deux ans, et il sera dur de leur faire entendre raison, tant ils pensent que les supporters sont un fléau pour le football.

Nous leur répondons, plutôt que de réprimander il serait temps de sublimer ce dossier pour en obtenir d’autres résultats. Sauf que ne rêvons pas, la guerre est déclarée et elle n’est pas prête de s’arrêter.

 

Ils sont déterminés à éradiquer une façon de supporter, sauf que toute leur détermination ne fait que nous renforcer dans l’idée que nous lutterons corps et âmes pour préserver le droit d’exister d’une mentalité à part, incomprise mais tellement intense !

 

Pourtant, début et fin 2010 a vu le jour ce qui a été initié puis appelé « le livre vert du supportérisme ». Une étude de 144 pages (sur laquelle nous allons nous pencher très prochainement), censée établir un point sur la situation des tribunes et les perspectives que l’on pouvait y apporter. Sauf, que depuis deux ans, silence radio, il n’y est jamais fait référence, alors que des paroles censées et pleines de bon sens y sont écrites. Force est de constater que ce chemin du compromis ne les intéresse pas, et qu’au lieu de rentrer dans un dialogue constructif, qui au final ne leur rapporterait rien de façon financière mais qui leur ferait gagner en crédibilité, ils ont préféré aller au bras de fer et deux ans après les dernières sanctions prononcées prouvent qu’ils se sont trompés.

 

Car, qui dit sanctions, dit forcément pour eux problèmes, et si au bout de deux ans nous constatons toujours des problèmes (selon leurs mots), c’est bel et bien qu’un souci persiste et qu’ils n’arrivent pas à le régler. Ce constat, chaque personne lambda devrait l’avoir plutôt que de se contenter et de se satisfaire des sanctions annoncées en répondant : « bien fait pour eux ».

De notre côté, nous le voyons tout simplement d’un autre œil. Puisque pour nous, les soi-disant problèmes, n’en sont certainement pas, et que ce n’est qu’un prétexte médiatique et politique pour aveugler la population d’un « vous voyez, on agit avec fermeté ! ».

 

Heureusement, leur incompétence les amène à commettre bon nombre d’erreurs ! La dernière en date est évidemment celle des droits TV de la L2, avec 8 matches sur 10 programmés le vendredi soir à 18h45….

Pas besoin d’être un savant qu’en termes d’affluence au stade, avec un tel horaire, il va être très difficile de remplir les stades de L2, ce qui va engendrer un désamour complet pour ce qui reste le 2ème championnat national !! Pire encore, c’est la marque d’un abandon total, et surtout d’un irrespect acté des supporters de football.

Alors face à cette décision, la révolte s’est organisée et continue de s’organiser, et pour une fois, les supporters de football à tendance Ultras en minorité sont soutenus par la population lambda majoritaire, et dans certains cas, également par leurs présidents de club, pour une alliance détonante espérons le !

Suffisamment rare pour le souligner, mais il est évident que la décision de la LPF, uniquement motivée par l’argent ne peut être comprise par l’opinion publique, et pour l’une des premières fois, ils vont devoir faire face et espérons-le plier devant la grogne des supporters.

Si pour vous, c’est une première, sachez que ce n’est qu’une de plus pour nous supporters, et cela traduit toute l’incompétence dont fait preuve le Président de la LFP, Monsieur Thiriez, qui va devoir assumer tout son processus d’acquisition des droits TV de la L2.

 

Cette histoire ne fait que commencer, et comptons sur les têtes pensantes du « Collectif SOS-Ligue 2 » pour mettre en place une révolte censée et cohérente, qui permettra de faire douter et chuter cette Ligue qui se croit tout puissante !

 

Le football français ne lui appartient pas ! Il appartient à tous ceux qui se déplacent au stade et qui supportent leurs équipes aux 4 coins de la France !


Le Football n’est pas une marchandise !

 

THIRIEZ DEMISSION !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 11:45

Peine-Capitale-Colony.jpgLe pire actionnaire du l’histoire du Paris Saint Germain Football Club doit l’avoir mauvaise ! Colony Capital, le fond d’investissement américain, ancien actionnaire du club parisien, vient de se voir mis de côté dans le projet de rénovation du Parc des Princes.

L’info est tombée cette semaine, le Parc des Princes subira un léger lifting en vu de l’Euro 2016, avant de subir (très certainement) un sérieux coup de neuf une fois cette compétition internationale achevée.

En d’autres termes, Sébastien Bazin et Colony Capital viennent d’être mis de côté dans le projet qu’ils étaient venus chercher, à savoir la rénovation du Parc et de ses alentours, seul et unique but de leurs investissements au sein du club Rouge & Bleu.

 

Cet échec, cet affront ne peut que nous réjouir tant Colony Capital a mis à mal l’histoire du Paris Saint Germain. Pire actionnaire de l’histoire du club, son bilan n’est autre que, 2 années de maintien, 2 supporters décédés aux alentours du Parc et 2 coupes nationales. En à peine 6 ans d’actionnariat, ce sont quasiment 4 années de crise que ce PSG a connu, au grand dam de supporters qui ne réclamaient que le statut et le respect digne d’un club Capital !

Supporters, que Colony Capital s’est empressé de se débarrasser, voyant en eux un contre-pouvoir trop important, susceptibles de les gêner dans leurs plans financiers initiaux.

Ils s’étaient félicités d’avoir « pacifié » le Parc avec leur fer de lance Robin Leproux, pour pouvoir effectuer une belle revente aux investisseurs QSI. Même pas un an après, ce sont eux qui subissent une nouvelle « carotte », impuissant face à la surpuissance Qatarienne, qui a fait de Colony Capital le dindon de la farce !

 

Il y a vraisemblablement une justice dans le football ! Afficher un tel mépris, un tel irrespect de l’histoire d’un club se paye cher, la preuve aujourd’hui. Et même si cet échec ne change rien pour ceux qui ont pu les critiquer, cela ne peut faire que plaisir de les voir s’effondrer dans un projet auquel il tenait tant.

 

Ceux qui ont provoqué la mort clinique du Parc des Princes sont aujourd’hui punis de leurs actes et vont surement définitivement s’éloigner du club qu’ils ont saccagé, et qui ne s’en remettra probablement jamais, malgré les milliards injectés par QSI.

Car, qu’on le veuille ou non, Colony Capital est en parti responsable de toute la situation des tribunes parisienne, en laissant tout d’abord trainer une situation qui ne faisait qu’empirer, sans avoir pris la moindre décision de prévention, puis en détruisant définitivement toute ferveur du Parc des Princes, au travers d’un plan dont ils sont surement loin d’être à l’origine, mais qu’ils ont défendu corps et âme en se l’appropriant…

De cette décision découlera un tournant sombre dans l’histoire du club, et si aujourd’hui le PSG redore son blason sur le terrain, dans les tribunes la situation est catastrophique, et ça, ils en sont évidemment responsables.


Alors aujourd’hui, de les voir échouer, comme nous avons pu voir Robin Leproux disparaitre des radars du football ne peut que nous faire sourire. Mais cela nous fait aussi dire qu’il suffit de peu dans le football pour détruire un club, et deux anonymes aujourd’hui concentrés sur les objectifs personnels, et qui n’auront plus jamais aucun lien avec lui, sont capables de faire le plus grand mal en si peu de temps…

 

Il y a peu nous souhaitions coûte que coûte leur échec, c’est désormais chose faite, et nous nous en réjouissons.

 

Nous l’avons répété si souvent ici, le Paris Saint Germain Football Club, ça ne pouvait être eux, et la justice du football vient de nous le prouver.

En espérant que celle-ci juge avec cohérence la situation du Parc des Princes.

 

Parc des Princes qui restera la maison du PSG au moins jusqu’en 2016 comme l’a annoncé le PSG et la Mairie de Paris. Néanmoins restons méfiant, la 2ème phase annoncée reste floue, et nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise.

 

En attendant d’en savoir plus, Colony Capital, fossoyeur du PSG vient d’être mis au pilori, devant les vivats de la foule !


HOURRA !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de supporter.over-blog.com
  • Le blog de supporter.over-blog.com
  • : Vision différente du monde des tribunes françaises, qui font l'objet de nombreuses remarques autour des violences autour des stades de football. Volonté d'apporter une vérité, en apportant des éléments précis.
  • Contact