Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 22:29

sos-ligue-2.jpgCela fait plusieurs semaines que nous sommes au courant, mais nous attendions qu’un mouvement national voit le jour pour pouvoir appuyer, ensemble, là où le problème réside.

Ce mouvement initié par des associations de supporters Havraises, et soutenues par l'ensemble des supporters français, est à un tournant important de sa lutte. Ce sujet est en parfaite adéquation avec ce que nous pouvons dénoncer ici fréquemment, à savoir l'attaque d'un football populaire, en passe de mourir définitivement en Ligue 2...

Pour rappel ou information, la Ligue de Football Professionnel, présidé par Frédéric Thiriez envisage de mettre les matches de Ligue 2 le vendredi soir à 18h00, tout ça pour ne pas interférer sur la rencontre de Ligue 1 programmée le même soir et diffusée par la nouvelle chaine du football français, « Be In Sports »…

 

Encore une honte sans nom, qui prouve tout le mépris que ce Président peut avoir pour les supporters de football ! Il n’y a pas de mots pour qualifier une telle proposition, tant elle tue le football populaire en Ligue 2.

Déjà que d’avoir déplacé les matches aux vendredis et lundis soir, la Ligue avait mis un coup dur à tous les clubs de L2, cette fois elle signerait définitivement la « mort » de tous les stades de chacun des clubs engagés…

Comment oser proposer une telle chose quand on sait les répercutions drastiques qu’elle imposerait pour tous les amoureux du ballon rond, et qui n’ont malheureusement pas la chance de voir leur club évoluer en Ligue 1.

Question d’argent tout simplement, les droits TV sont devenus tellement important dans le monde du football que plus personne n’ose se mettre en travers du moindre centime.


Face à l’immobilisme des Présidents de Ligue 2, et ceux de Ligue 1 qui n’en ont à vrai dire pas grand-chose à faire, les supporters de football, véritable garants d’un football populaire désormais bafoué, ont décidé se battre et de s’unir dans une lutte qui s’annonce compliquée, voire même perdue d’avance.

Nous ne pouvons que les féliciter d’une telle action, qui montre encore que, malgré un contexte répressif toujours plus dur, il reste des passionnés, et pas seulement des Ultras qui désirent défendre un football aux valeurs populaires. Le Vrai Football !

 

Nous souhaitons donc de tout cœur que cette initiative soit relayée mais surtout écoutée par les instances dirigeantes du football qui ne semblent pas se soucier de ce « petit monde ».

Sauf qu’ils n’avaient surement pas envisagé une telle mobilisation, pour une cause, qui pour une fois, aux yeux de l’opinion publique peut avoir son effet. L’effet du petit « Ligue 2 » pour privilégier la prioritaire « Ligue 1 » risque de déplaire à notre société, friande de ce genre de déséquilibre, et ils pourraient avoir à faire face à quelque chose dont ils n’ont pas pris la mesure.

 

Surtout que cette lutte pourrait être le déclic d’une autre bien plus grande…Les associations de supporters de Ligue 2 sont prêtes à marcher ensemble, soutenues par celles de Ligue 1, pour qui sait, une manifestation nationale pour défendre la cause d’un football populaire dont ils sont désormais les seuls garants.

 

Une pétition est en ligne, nous invitons tous ceux qui se battent pour défendre ce football que nous aimons à la signer et à la diffuser à un maximum.

 

http://www.sos-ligue2.com/


Face à votre incompétence et soif d’argent nous nous battrons !

 

SUPPORTERS EN LUTTE POUR UN FOOTBALL POPULAIRE !

 

Rejoignez la Page Facebook 

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 20:55

BBRBBTitre bateau pour malheureusement une habitude au Paris-Saint-Germain…

Vous le savez comme tous, le nouveau maillot du PSG est sorti et force est de constater qu’il est la raison de nombreuses réactions dans le monde du football.

Pour les médias, ce maillot fait office de « sublime » d’après Pierre Ménès, d’autres n’ont pas non plus hésité pour vanter la nouvelle tunique des parisiens, et l’opinion générale qui l’entoure est à priori positive…et c’est bien là le fond du problème…

Alors oui ce maillot est beau (en fonction des goûts), esthétique et à priori novateur, mais dommage que ce ne soit pas celui du PSG…

 

Certains diront que nous sommes « rabat-joie », cherchant le moindre prétexte pour critiquer la nouvelle direction que prend le Paris Saint Germain, sauf que le problème des maillots, il ne date pas d’aujourd’hui.

A ceux là, nous demandons de répondre à ces quelques questions.

Croyez-vous sincèrement que ce type de maillot contribue à l’évolution de la marque « PSG » si chère à nos dirigeants ? Le maillot n’est il pas le meilleur vecteur publicitaire d’un club de football ? Ne permet-il pas d’être reconnu aux 4 coins du globe par n’importe quel amateur de football ? N’est-ce pas là le but d’un maillot n°1 d’un club qui prétend vouloir faire parti des grands ?

Alors comment expliquer qu’à plus de 10 mètres (que dire dans un stade), on peut se rendre à coup sûr que c’est bien celui du Paris Saint Germain Football Club ? Et nous ne parlons même pas de le voir de dos, où là à moins de deux mètres, hormis deviner qu’il s’agit là d’un maillot de foot, il est quasiment impossible pour une personne lambda de deviner qu’il s’agit d’un maillot du PSG.

Cette tunique bleue et uniquement bleue, a beau être esthétique, il n’en demeure pas moins qu’elle ne peut être qualifiée de vecteur à la promotion de la marque « PSG ».


Et quand on lit le courrier de promotion de la part du club, nous sommes en droit de nous poser des questions. Fidèle à son histoire ? « Son design et ses inspirations sont un travail sur le bleu hérité du badge du club. Cette silhouette authentique rappelle ainsi les origines du PSG [...] Les designers de Nike ont travaillé sur la bande centrale du maillot en conservant les codes du club mais en apportant une évolution graphique moderne et épurée»

 

« Rappelle les origines du PSG » « conservant les codes du club », mais quel club ? Ce type de déclaration s’inscrit dans la lignée de celles que l’ont peut entendre depuis désormais deux ans, avec la volonté de faire sorte de table rase du passé pour rebâtir par-dessus. Maladresse ou réelle volonté d’inculquer une nouvelle façon de voir le PSG ? Un peu des deux surement, mais comment ne pas s’indigner de tels propos, faisant notamment référence à l’histoire du club.

Certes, même entre supporters historiques les origines du maillot font débat, mais oser prétendre que le bleu omniprésent rappelle les origines du club c’est tout de même prendre les gens pour des cons.

Doit-on rappeler à Nike et aux dirigeants que sur le blason de la ville de Paris, la couleur rouge est omniprésente ? Alors comment faire un maillot du club de la Capitale sans afficher clairement une répartition équitable des couleurs principales de la ville et du nom du club ?

 

Et quoi de mieux pour une répartition équitable que ce traditionnel Bleu-Blanc-Rouge-Blanc-Bleu ?


Quant à l’aspect écologique du maillot, il a beau être fait à partir du recyclage de bouteilles plastiques, il n’en demeure pas moins que ce maillot a été fait au Bangladesh, et qu’il ne coute pas moins de 85€…

Nous ne sommes pas là pour faire les moralisateurs sur la misère dans le monde, mais force est de constater que l’hypocrisie est de mise.

Comme le disait si bien une banderole de l’époque : « Avec Nike pas de racisme, tous les enfants à l’usine »….

 

Certains diront que ce maillot est le dernier souvenir de Robin (ou Romain pour l’Equipe) Leproux, puisque les maillots sont logiquement choisis un an à l’avance, ça n’en serait pas étonnant. Mais ce problème récurrent au PSG doit malheureusement résider ailleurs, surement dans la compréhension de l’importance du maillot en termes de publicité.

Rappelons que le Paris-SG a gagné la Coupe des Coupes en 1996, avec le maillot BBRBB, et qu’il a fait trembler l’Europe la majeure partie du temps avec cette tunique devenue historique. Du maillot « RTL » des années 80 au maillot « Opel » de la fin des années 90, autant de saisons qui ont marqué l’histoire du club, avec une tunique domicile authentique et unique.

Ce bleu-blanc-rouge-blanc-bleu c’est ce qui fait que le PSG peut être reconnu dans le monde entier, et espérons que les actionnaires Qatari le comprennent rapidement et sur le long terme, sinon ce serait un nouveau pied de nez à l’histoire du club, même si rappelons-le que le premier maillot du PSG était tout rouge. Même le maillot rouge des 40 ans qui, certes moins esthétique, était plus en adéquation avec le club que l’est cette nouvelle tunique.

 

Mais leur entreprise de destruction d’une façon de voir le PSG commence petit à petit à faire effet au vu des réactions naïves que la majorité des amateurs de football et malheureusement même supporters du PSG ont fait en découvrant ce maillot.

C’est petit à petit la perte d’une histoire, d’une reconnaissance et d’un vécu qui est en train de disparaitre. Le maillot n’en est qu’une partie, mais il est également le symbole d’une mutation complète de l’univers PSG…et ce n’est que le début.

 

Il sera surement trop tard pour pouvoir s’en offusquer ou plutôt agir. Nous ne pouvons que nous plaindre (comme toujours diront certains), car ils ont coupé tout contre-pouvoir depuis maintenant deux ans, et cela les conforte dans l’idée de faire ce qu’ils veulent du club parisien.

 

Nous n’aurons pas manqué de le dénoncer ici, et nous ne cesserons de le faire, car nous ne pouvons accepter qu’un tel maillot soit plébiscité et félicité uniquement pour son esthétisme, quand on sait qu’un maillot de football c’est bien plus que de la beauté et de la qualité, c’est toute une histoire.


Donc oui nous ne cesserons de critiquer ce maillot qui se fond dans la masse et qui est i reconnaissable dans un stade de foot.

Alors que le PSG revient (enfin) en Ligue des Champions, il arborera une tunique anodine, qui ne pourra faire le lien avec le passé glorieux de ce que le club a connu.

 

Quelle tristesse ! Quelle honte !

 

UN CLUB, UNE HISTOIRE, UN MAILLOT !

 

Rejoignez la page facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 10:26

Lorient.jpgIl y a une semaine, la Ligue 1 donnait son verdict ! Montpellier champion, Paris deuxième. Mais au-delà des articles sportifs félicitant le parcours de l’équipe de Loulou Nicollin, nombreux ont été ceux qui n’ont cessé de mettre en avant les « débordements » des supporters d’Auxerre, mais aussi à un degré moindre, ceux du PSG à Lorient.

Ce fut surement une première, et le multiplex du plus gros fournisseur d’argent du championnat s’en est vu pâtir…car bien imprévu !

 

Encore une fois, les retombées médiatiques sont énormes et disproportionnées, tout comme les réponses des clubs qui n’hésitent pas à porter plainte pour se dédouaner de toutes responsabilités.

Quand on voit le communiqué du FC Lorient qui dit avoir tout fait pour assurer la sécurité à l’intérieur de ce stade, et quand on sait à quel point ce déplacement fut chaotique et bordélique, notamment de part sa grande facilité à faire le tour du stade sans pouvoir être embêté, ou bien même changer de tribune comme bon nous semble, il faut arrêter de faire les hypocrites. De même à Auxerre, le club se plaint, mais comment ne peut il pas se rendre compte que des kiwis, des tomates, des balles de tennis etc, ont été introduit dans son stade ?

C’est bien évidemment de la communication pour éviter toutes conséquences, mais le constat est malheureusement tout autre. De part ces dépôts de plaintes, la preuve en est que les clubs et les autorités sont clairement incompétentes sur le sujet, et qu’elles ont beau mettre en place des services d’ordre renforcés, ils sont incapables de gérer la situation des supporters. Leur seule solution reste la réaction, en déclarant, en protestant et en portant plainte pour que derrière, l’arsenal juridique leur permette de faire pointer leurs supporters pendant des mois….

 

On vient d’apprendre que les leaders des deux groupes de supporters auxerrois ont été mis en garde à vue…garde à vue pour avoir lancer des kiwis et des balles de tennis ? Prenez-vous conscience de la disproportion à laquelle nous devons faire face ?

Tout le monde s’est plaint d’actes de violences, mais peut-on réellement considérer un lancer de kiwis et de tomates comme un acte de violence ? Logiquement non, malheureusement, la très compétente LFP soutenu par la DNLH, dans ses règlements vous dit que si, et c’est bien là le fond du problème…Un amalgame complet entre contestation et violences…

A-t-on dénoté des blessés ? A-t-on dénoté ne serait-ce même qu’une bagarre ? Que ce soit à Lorient ou à Auxerre, aucune violence dans le vrai sens du terme n’a été constatée, alors à quoi bon s’enflammer pour des faits qui ne sont pas si grave, hormis le fait d’avoir dérangé le programme de Canal+ ?

La nouveau Ministère de l’Intérieur, présent à Auxerre, a donc pu constater tout le travail qu’il y à faire sur ce sujet et que la situation est loin d’être celle que l’on veut nous présenter dans les médias, clairement, la situation est catastrophique !

Pour les médias ou clubs, ils vous diront que les supporters sont indisciplinés et inintelligent, nous nous dirons qu’ils ne font que récolter ce qu’ils ont semé. A réprimer, à sanctionner, ils n’ont fait que radicaliser une situation qui ne pourra s’arranger que par du bon sens et un dialogue constructif. Sauf que leur décision est tout autre, ils ont voulu rentrer en guerre, pensant que la répression suffirait, force est de constater qu’ils se sont trompés, et qu’ils sont loin d’arriver à leurs fins…

Et pourtant, nombreux ont été les supporters à avoir été touché de plein fouet par la jurisprudence PSG, qui donne un (mauvais) exemple à tous les clubs de L1…Saint-Etienne, Bordeaux, Lyon, Montpellier succèdent aujourd’hui aux parisiens et niçois dans le viseur des autorités qui tenteront tout pour éradiquer la mouvance-ultras de ces clubs…

 

Sauf que l’hypocrisie continue, et ceux qui la majeure partie du temps le passent à mettre en avant de soi-disant violences, sont aussi ceux qui vont relever des choses positives sans faire le lien avec la mouvance Ultras…

L’hommage de Battles à Geoffroy-Guichard doit la grande partie de son émotion aux deux kops « Ultras », la victoire de la Gambardella par le club de l’OGC Nice doit forcément son tribu à la Brigade Sud de Nice et au peuple Niçois pour avoir accompagné ses jeunes joueurs jusqu’au bout, ou bien encore l’impact des supporters montpelliérains et bordelais dans leur résultat final de L1…etc etc, on pourrait faire des liens et des exemples à n’en plus finir. Ce que nous voulons dire ici c’est, lorsqu’il s’agit de dénoncer des soi-disant violences ou autres débordements, force est de constater que le mot Ultras revient à chaque fois…Par contre quand il s’agit de louer une action, il faut se battre pour faire dire et avouer que son origine émane d’un groupe Ultras, à croire que ce n’est pas compatible…Evidemment c’est ce qu’ils veulent nous faire croire !

Tout ça pour dire que la saison s’est terminée d’une façon qu’ils ne souhaitaient pas, et qui rappelle à tous que la situation est loin de s’arranger. Ils voudront dès la saison prochaine se montrer encore plus strict, encore plus durs, pour pouvoir se targuer d’être efficace. Des dissolutions sont à prévoir, des arrestations, des interdictions…mais ils auront beau tout tenté de façon répressive, ils n’enlèveront jamais à ces passionnés la volonté de se battre pour un idéal, pour une fierté et un honneur qu’ils ne peuvent atteindre.

 

Ce qu’ils craignent fait notre force.

Ils veulent nous éradiquer, ils savent d’ores et déjà que le combat est perdue d’avance !

Ils veulent être tranquilles, dérangeons les !

 

Ne voyez pas chaque soi-disant débordement comme un acte de stupidité, mais comme la réaction d’une situation nécrosée…

Ne voyez pas chaque déclaration comme une solution, mais comme la preuve d’un malaise général sur la question supporters….

Ne voyez pas chaque décision comme une prévention, mais comme un acte de désespoir des autorités….

Ne voyez pas chaque arrestation comme un soulagement, mais comme la preuve d’une justice à deux vitesses…

 

Tout simplement, ne voyez pas les supporters comme des voyous, mais comme des passionnés !

 

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 00:01

4611896597_6d5a56a267.jpgDeux ans que le Parc des Princes a poussé son dernier souffle….

Nous sommes le 15 mai 2010 à l’occasion de la dernière journée de L1, et les fidèles supporters des virages savent que leur avenir aux côtés du club de la Capitale s’écrit en pointillés…

Réaction d’orgueil, réaction d’honneur et de fierté, ce dernier match ne peut se dérouler comme un match normal. Après 75 minutes de tensions, de pression, de tristesse, de colère, le Parc emmené par le Virage Auteuil explose. Les flashes crépitent, le Parc applaudit, toute la frustration accumulée durant les derniers mots explose au grand jour, dans un incendie de fumigènes du plus bel effet. Logique contestataire, il ne faut pas interpréter ces allumages comme dangereux, mais comme un ras-le-bol général d’une situation pourrie depuis des mois, mais aussi comme le baroud d’honneur d’une mouvance parisienne, dont la France des supporters se souvient encore et se souviendra toujours…

 

A ce moment, même si les Virages ne sont pas encore sûrs de leur destin, ils savent que quelque chose se trame en coulisses, et qu’ils sont la première cible des autorités et des dirigeants du PSG. A leur façon, ils vont faire de ces 15 dernières minutes, les plus intenses, les plus émouvantes que le Parc des Princes ait connu depuis des mois. Une sorte d’au revoir, rempli de passion, de tristesse et de colère, le tout pour un cocktail détonnant à vous donner des frissons, des larmes même quand l’historique « Ô ville lumière » se met à résonner…

Certains ont interprété ces 15 dernières minutes, ainsi que le sitting improvisé jusqu’à 2h du matin dans les travées, comme le symbole d’un mouvement à éradiquer. Et ça nous ne pouvons l’accepter, le tolérer ou même le pardonner, tant ces 15 minutes ont été d’une puissance rare, une puissance qui n’est même plus imaginable de retrouver un jour dans ce stade mythique.

 

Alors deux ans après, hormis se remémorer ce 15 mai 2010, que nous reste t’il ? Pas grand-chose en dehors de nos valeurs de fierté, d’honneur et de dignité, face à une situation dont nous ne pouvons plus rien espérer.

La campagne de réabonnement est déjà lancé, avec des tarifs atteignant 312€ l’intégral en virage, la délocalisation au Stade de France pour deux ans semble acté, et le dossier du Parc des Princes est encore repoussé à la rentrée, de quoi s’inquiéter de son avenir.

 

Après deux ans, il est désormais évident que remettre les pieds dans ce stade de façon normale est toujours inconcevable, tant il fait honte à son histoire…Remettre les pieds en virage sans voir dans leurs coursives les fresques ou les plaques commémoratives, s’asseoir dans des virages aseptisés qui n’ont plus aucun sens, entendre de jeunes fougueux s’approprier une histoire au travers de chants qu’ils bafouent, non tout ceci n’est pas possible et ne le sera probablement jamais, qui plus est tant que le système aléatoire sera toujours en place…A se demander pourquoi avoir autant anticiper la campagne de réabonnement ? Quand avant celle-ci se faisait en juin, cette année c’est en avril qu’elle a commencé.

Alors non, quand on a connu le Parc des Princes d’avant, le Grand, l’Unique, l’Historique, quand on a ne serait-ce que vécu ce 15 mai 2010, la question ne se pose même pas, et il est désormais évident que la plus grande majorité des anciens ont lâché l’affaire et ont trouvé un autre moyen de compenser ce manque de Parc des Princes.

Il y a bien évidemment les déplacements, qui même quand ils sont le moment pour la DNLH et le Ministère de l’Intérieur de se sentir utile, n’empêchent pas les fans parisiens de se déplacer, partout, toujours, avec toutes les contraintes possibles et imaginables…Et ça ils le voient très bien, et savent qu’ils auront bon interdire toute vente en ligne, ou entraver les libertés des supporters parisiens, il y en aura toujours qui entendront supporter le Paris-SG à leur façon, c'est-à-dire librement.

 

Au jour d’aujourd’hui, à moins d’un miracle, le Paris Saint Germain Football Club ne sera pas champion, et quand on voit la différence d’ambiance entre le Stade de la Mosson hier et le Parc des Princes, c’est à se poser des questions sur l’impact des tribunes sur un résultat. Et même si « La Mosson » stressé, n’a pas forcément fournit sa meilleure prestation, comment ne pas faire un lien. Car un club c’est un tout, du jardinier à l’actionnaire en passant par les joueurs et les supporters. Négligez une seule composante, et vous risquez un retour de bâton. Mais, soyons réalistes, l’impact des supporters sur les joueurs n’est pas mesurable, et cette forme de fantasme d’avoir une réelle utilité sera toujours présente, car elle fait l’essence même du supporter. Néanmoins, nous ne pouvons dire si les supporters jouent un rôle ou non sur une saison, mais ils sont à coup sur une composante du football à ne pas négliger.  

Et dire qu’il y a deux ans, le match du soir n’était autre qu’un certain PSG….Montpellier, signe du destin ou simple coïncidence, allez savoir, une chose est sûre, deux ans après, la situation a radicalement changé, et ce qui restera à jamais gravé de cette soirée, ce sont bel et bien ces 15 dernières minutes de folie…les 15 dernières d’un Parc encore vivant…comme une onde de choc avant de rentrer dans une longue période de coma….S’en remettra t’il un jour ?

 

Ce Parc des Princes n’est plus le notre…et c’est surement leur souhait le plus cher que de réaliser un tel constat, mais une chose est sûre, il est préférable de vivre d’une gloire passée, que d’un désastre présent…

Qu’adviendra t’il de l’espoir futur ?

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 14:16

des-supporteurs-de-saint-etienne-utilisent-des-fumigenes-lo.jpgLa Commission d’Appel de la Fédération Française de Football, dans son Procès-Verbal du 3 mai 2012 s’autorise à dire que :

 

« Que la Commission entend attirer l’attention du club sur le fait qu’il se devra d’exécuter cette sanction sans en détourner le dispositif et en respectant le caractère pédagogique de celle-ci, notamment en ne permettant pas aux associations de supporters habituellement « logées » dans la tribune fermée de participer à la rencontre en installant sur le parking du stade un écran géant ou en raccordant les haut-parleurs utilisés par ces supporters aux micros du stade, et en demandant 7 / 12 joueurs du club de ne pas se rendre sur le parking où se trouveraient ces supporters pour les saluer (comme cela été constaté pour le match du 29 avril 2012) »

 

Mais aussi…

 

« Considérant que le club estime que la sanction du match à huis clos partiel avec la fermeture de la
tribune concernée est une sanction efficace et que de son aveu même, le commencement
d’exécution de la sanction ici querellée, lors du match AS SAINT ETIENNE – DIJON FC du 29 avril
dernier, avait porté ses premiers fruits, le stade « commençant à se retourner » contre ses Ultras. »

 

PV du 3 mai

 

Ne rêvons-nous pas debout ? Ne sommes nous pas à un niveau de requêtes et d’affirmations grotesques touchant à la simple liberté ?

Que certes les décisions initiales de huit-clos partiel ou total sont déjà totalement absurdes et inefficaces, tant elles démontrent l’incapacité des autorités à traiter du soi-disant problème des supporters de football, préférant ainsi sanctionner et réprimander plutôt que de prévenir et de dialoguer, nous sommes face à de tels propos face un problème majeur, qui dépasse de très loin le simple cadre du football.


Comment une Commission, censée juger des faits en relation avec une atteint au règlement peut-elle se permettre de prodiguer de telles recommandations ? Que les règlements ne se concentrent pas sur le fond du problème est déjà une chose absurde dont nous ne cesserons jamais de nous plaindre, mais que la Commission se permette de demander aux clubs, et de ne pas mettre à disposition d’écran géant, et de retirer les haut-parleurs, et surtout de dire aux joueurs de ne pas venir saluer leurs supporters, sur le simple fait qu’elle considère que la sanction annoncée se qualifie de pédagogique, et donc que ces recommandations sont en quelque sorte une punition qui ferait du bien à ces supporters, est tout simplement inacceptable, et dépasse de très loin le champ de compétence de ladite Commission.

Si le club de Saint-Etienne est amené à céder à de telles recommandations c’est que nous berçons en plein délire, et que le monde tourne à l’envers. Nous demandons au club de Saint-Etienne de contre-attaquer devant de tels propos, tant ils sont inacceptables !

 

De plus, dans la 2ème citation, comment peut-elle se permettre de juger d’un fait soi-disant de retournement de l’ensemble du public contre « ses Ultras » ? En prononçant le mot « Ultras », la Commission vient de prouver que la cible identifié de toutes leurs mesures est bel et bien le mouvement Ultras français, et qu’ils (les autorités) seront prêt à tout pour éradiquer ce mouvement qui dérange, car, ne rentrant pas dans leur moule prédéfini du bon petit supporter.

En jugeant ce soi-disant retournement, en le mettant en avant comme justifiant la mesure préalablement décidée par la Commission de Discipline de la LFP, la Commission prouve tout son empressement de pouvoir cracher dès que possible sur une association reconnue Ultras, et ce, en prônant la division du public plutôt que le rassemblement.

Une nouvelle fois, nous avons la preuve qu’ils seront prêt à tout pour décrédibiliser un mouvement, en se basant sur la même tactique qu’ils ont utilisé au Parc des Princes, « diviser pour mieux régner », voilà leur crédo, et nous en avons la preuve avec une telle citation.

Et pourtant, tout cela, nous cessons de le critiquer ici, en avançant très souvent des affirmations qui ne cessent de se confirmer un temps après.

 

La question est donc de savoir…quand est-ce que l’opinion publique cessera de boire les paroles des dirigeants du football français et des autorités publiques jouant sur la crainte et la peur de la population, permettant de justifier des mesures si absurdes et dénuées de sens.

Quand l’opinion publique comprendra que l’usage festif de fumigènes n’est nullement dangereux quand il est encadré et responsabilisé, chose proposé à la LFP par des groupes Ultras il fut un temps, mais rapidement refusé par des personnes qui ne peuvent assumer que ce type de supporter peut avoir raison ?

Quand l’opinion publique comprendra qu’à force de répression, les autorités et les instances, plutôt que de solutionner le problème, l’empire face à la radicalisation des personnes qu’elles stigmatisent, et qu’aujourd’hui l’usage des fumigènes qui se voulait festif avant, se fait désormais à titre contestataire, contre des mesures absurdes ?

 

Autant de questions, face auxquelles nous ne pouvons-rien, tant la lobotomisation des cerveaux a commencé depuis longtemps, dans une société qui est incapable de faire la différence entre la réalité et ce qu’on leur raconte aux informations. L’opinion publique est pré-formatée, et est incapable de porter un jugement cohérent sur une telle situation.

 

Une fois de plus, nous avons la preuve d’un débordement notable de la part de ceux qui sont censés diriger le football, ce dérapage ne débouchera très probablement de rien de bon pour nous supporters, de le dénoncer encore moins, mais nous ne pouvons nous en empêcher, tant les propos tenus sont incommensurables d’absurdité et d’incompétence.

 

Nous espérons que le club de l’AS St Etienne ne laissera pas de tels propos sans conséquence, et nous demandons désormais aux Commissions censées juger les soi-disant problèmes de supporters, de convoquer les responsables d’association qu’elles ne cessent de dénigrer et d’accuser dans leurs procès-verbaux, pour obtenir une réelle confrontation, et qu’ainsi la voix des supporters accusés puissent être défendue par des personnes reconnues et crédibles, plutôt que par les responsables de sécurité de club qui n’ont plus aucun charisme et qui passent leur temps à dire « oui ».

Nous tenons également à souligner, que le soi-disant Président de la Ligue de Football Professionnel censé remettre le trophée de champion au club lauréat de L2, en l'occurrence Bastia, a esquivé de se rendre en Corse, préférant se balader en Bretagne. C'est tout simplement la preuve du courage dont cette personne bénéficie, mais aussi une honte!

 

Vous voulez la mort du mouvement-Ultras français ? Vous ne l’aurez pas !

Question de mentalité, question de volonté…

 

A forcer de jouer sur la corde raide, un jour vous tomberez, et nous serons là pour le constater !

 

LIBERTE POUR LES ULTRAS !

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:27

Furiani_lebouquin_cover.jpg5 mai 1992, le football français connait sa plus grande tragédie, avec l’écroulement d’une des tribunes du stade de Furiani à Bastia. 18 morts, 2300 blessés sont le triste bilan d’une telle catastrophe.

20 ans après, nous rendons aujourd’hui hommage à toutes les victimes de ce drame, tout en leur rappelant que nous n’oublierons jamais !

 

Ce 5 mai 2012 a longtemps fait polémique, en raison d’une journée complète de championnat prévu à cette date, chose qui n’avait jamais existé depuis le 5 mai 1992. L’année des 20 ans, cela est forcément vécu comme un affront, et il a fallu attendre de nombreuses déclarations, une pétition et des réunions pour réussir enfin à déplacer la journée du samedi au dimanche ou au lundi. Cela a pris du temps, et même s’il est regrettable que les instances n’y aient pas pensé au moment d’élaborer le calendrier, notons au moins le mérite qu’elles l’aient modifié en conséquence, certes sous  pression et un peu obligé, mais elles l’ont fait.

 

Aujourd’hui est donc une journée hommage, unanime, ce qui est assez rare pour le souligner, de la part de tout le peuple français. Tous ceux qui ont vécu ce drame, de la télé ou bien des tribunes seront marqués à jamais de cette catastrophe, au même titre des drames anglais du Heysel ou de Hillsboroug.

 

Il n’y a pas de longs messages à faire, simplement donner tout notre soutien possible aux familles et proches des victimes, qui en ce jour se remémoreront leur être cher disparu.

Le monde des tribunes leur a déjà rendu hommage, que ce soit à Bastia mercredi ou un peu partout en France, et encore demain ou lundi sur les différents stades de L1….

 

Car on ne devrait pas mourir pour un match de football. Un match de football est censé vous produire des émotions fortes, de stress, de ferveur, de joie et de tristesse, mais en aucun cas il ne doit être associé à un drame mortel. Ces personnes y allaient pour voir un match de bon niveau, ce devait être une fête, malheureusement ce fut l’inverse, et même si de cet erreur certains ont surement appris, nous ne pouvons que souhaiter qu’un tel drame ne se reproduise pas un jour…

 

Une pensée à tous ceux touchés de près ou de loin par cette catastrophe.

Hommage aux disparus.

Pour ceux qui auraient envie de voir comment un stade de football et des supporters sont capables de rendre hommage, cliquez ici.

 

5 mai 1992 – 5 mai 2012 : on n’oublie pas !

 

RIP

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 22:23

Stick.png

 

Parce qu'ils pensent que le football n'est qu'un spectacle,

Parce que répression rime avec destruction,

Parce qu'interdictions ne sont que leur solution,

Parce que leurs mensonges n'ont pas de limites,

Parce que leurs décisions sont la marque de leur incompétence,

Parce que, pour eux, football rime avec pognon,

Parce que leurs médias ne sont que propagande,

Parce que leurs dirigeants ne sont que des toutous,

Parce que leurs valeurs ne sont que b€n€fic€s,

Parce qu'ils ne voient que par la consommation,

 

Pour toutes ses raisons, ils pensent pouvoir atteindre notre passion,

 

A tous ces biens pensants, nous leur répondons que, 

 

NOUS SUPPORTERS ON SERA TOUJOURS LA!

 

Avec passion, avec ferveur, avec fidélité, avec loyauté, avec honneur, avec fierté, avec solidarité, avec volonté, avec détermination, avec abnégation, avec ambition, avec respect et avec dignité.


Toutes ces valeurs, vous n'en connaissez que les mots, mais en aucun cas leur signification et la portée qu'elles peuvent avoir.

C'est pourquoi, vous ne nous comprendrez jamais, et par conséquent, jamais vous ne pourrez nous arrêter...

 

Nous défendons un idéal quand vous ne pensez que business,

Vous rêvez football business, quand nous luttons pour un football populaire.

 

Le football ne vous appartient pas, comme il ne nous appartient pas, il appartient à tous, et tous devraient être capables de pouvoir le supporter librement!

 

Le football n'est pas une marchandise!

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 11:44

57439Plus d’âme, plus de ferveur, plus de rivalité, plus d’électricité, définitivement, le classico PSG/OM n’est plus !

A quoi bon s’enthousiasmer d’un tel choc, de créer une telle ambiance de rivalité et d’importance, quand, pendant des années, ceux qui ont entretenu de la plus belle des manières cette rivalité, ne sont plus là ?

D’un côté, les supporters parisiens, qui ne peuvent en aucun cas remettre les pieds au Parc dans un tel contexte, de l’autre les supporters marseillais interdits de monter à Paris, voilà à quoi se résume cette rivalité…

Une rivalité sportive ? Cela fait 15 ans que la rivalité sportive n’existe plus entre ces deux équipes, et si pendant 15 ans, Canal + et autres profiteurs ont gardé en haleine toute la population française autour de ces deux clubs, ils le doivent uniquement aux supporters les plus fervents, supporters qu’ils ne veulent plus voir aujourd’hui…

 

La rivalité PSG/OM c’est avant tout une question d’identité plus que de sport, et force est de constater que sans ce point primordial, difficile de s’emballer devant un tel match. Un match devenu banal ? Chacun à son avis, et les médias y cherchent à chaque fois de quoi relancer la polémique et l’incertitude.

L’Equipe du jour titre « DRAMATICO », c’est qu’ils n’auraient pas tort, mais pas pour les mêmes raisons que nous le pensons.

 

Non, ce classico, comme pour tout le reste n’existe que par son histoire et non par son présent et éventuel futur. Comment se projeter sur une rivalité future quand le présent prédit un avenir sombre pour la passion, la ferveur et la rivalité.

Certains y voient surement de bon ton que ces 3 choses susceptibles d’excès ne viennent encore « pourrir » ces matches à enjeux nationaux. Sauf qu’ils oublient que sans ces 3 choses, à termes, leur « classico » ne sera plus, puisque les garants de son existence sont petit à petit mis de côté volontairement.

 

Rappelons, que tout supporter marseillais est interdit de circuler entre les Bouches du Rhône et l’Ile de France, ce dimanche 8 avril 2012. Cette mesure semble être passé comme une lettre à la poste, alors qu’elle constitue clairement une nouvelle atteinte aux libertés, tout le comme le fait d’interdire les stéphanois en Corse…Au passage, le Préfet de Corse, renseigné par la DNLH craignait des débordements des supporters stéphanois, que peut-il nous répondre de l’explosion qui a eu lieu cette nuit dans la même ville d’Ajaccio ? N’y a-t-il pas de préoccupations plus importantes que les supporters de football ? Nous souhaiterions la réponse de M. Boutonnet à ce sujet.

 

Le football français est en train de perdre une part essentielle de son identité, et l’opinion publique ne semble pas s’en émouvoir…Trop aveuglé par la soi-disant sécurité de la traditionnelle période électorale, ils ne font que voir et acquiescer sans se poser les bonnes questions.

 

Mais revenons à notre classico. Canal + prévoit un dispositif exceptionnel, appelé « le Jour le + long », à quoi bon ? Marseille est en crise, Paris n’en est pas loin, ce match est il si important ? Marseille joue sa saison dans une semaine à Saint Denis, certes Paris joue le titre, mais pour obtenir un vrai classico, n’a-t-on pas besoin de toutes les composantes ? Depuis des mois déjà, ce « Classico » fait peau neuve, et force est de constater que la mue est clairement « dégueulasse »…

Les présents au stade ce soir semblent être tout excité d’assister à ce match, on se demande bien pourquoi ? Oui la rivalité passée fait que ces matches seront toujours attendu, mais à vrai dire, assister à ce match et espérer du souffre et de la magie, autant descendre dès maintenant de son nuage. Suite aux épisodes de non déplacement des marseillais en raison du trop peu de places attribuées, nous avons déjà eu ce genre de situation et force est de constater que c’est définitivement par pareil sans supporters adverses. Autant dire, arriver à 20h50 suffira amplement, à moins d’être fan de l’ambiance hollywoodienne qui attend les spectateurs présents…Nous sommes d’ailleurs curieux de voir, quelles inventions « show-bizz » va nous réserver le service marketing du PSG emmené par « Sportitude ».

Quand au match aller, les Ultras marseillais avaient faire preuve de cohérence en boycottant l'ambiance de ce match, assurez vous que les nouveaux pensionnaires du Parc n'en ont que faire, et n'auront pas la liberté d'esprit de faire une telle chose...une chose pourtant qui s'imposerait dans le contexte actuel...


Quoiqu’il en soit, ce soir, à part vibrer sur un but ou sur une passe de Pastore, il n’y aura vraiment pas de quoi s’émoustiller en tribune, puisqu’il n’y aura personne à chambrer…sauf mardi matin au boulot, comme habituellement ! Voilà à quoi en est réduit le Classico, des « chambrages » SMS ou professionnels…quelle tristesse…

 

Que ceux qui veulent vibrer d’un soi-disant tel match le fasse, nous, nous avons décidé, nous vibrerons en hommage de matches passés, des matches historiques, avec ambiance, tifos, électricité, tensions, souffre, passion et ferveur…

 

Comme pour tout, il ne nous reste que notre honneur pour continuer d’exister. Mais cet honneur n’a pas de limite, et il ne reculera devant rien….En tuant le Parc des Princes, en tuant ce « Classico », vous n’atteindrez jamais notre honneur, l’honneur d’avoir un jour contribué à faire de ces matches, une part entière de l’histoire du football français…

 

« Et il est mort, et il est mort, et il est mort votre classico… »

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:02

1862730005_small_1.jpgDepuis trop longtemps déjà, les supporters de football et plus particulièrement ce qu’on appelle les « Ultras » sont devenus une cible facile censée rassurer l’opinion publique sur la maitrise de l’Etat à gérer les stades de football français.

Après enquête, une journaliste du très connu « Envoyé Spéciale » avait constaté qu’en termes de communication, le « hooliganisme » intervenait juste après le terrorisme…je vous laisse faire le rapport très improbable entre ces deux problèmes.

La question est donc de savoir, comment en France, peut-on oser mettre un sujet tel que les supporters de football et leur soi-disant violence, derrière un fléau tel que le terrorisme qui chaque année tue des milliers de personnes, quand dans le football cela ne concerne que quelques cas isolés très rares ?

 

Certains vont surement se dire, attendez vous parlez d’Ultras et de Hooligans, sans réellement faire de distinguo, détrompez-vous, nous faisons la différence, sauf que les chiffres que vous communiquent l’Etat et les pouvoirs publics, eux, les confondent.

En effet, est considéré aujourd’hui comme acte de hooliganisme tout un panel de faits qui au final n’ont aucun rapport…En effet, rentrer en possession d’un fumigène, fumer des substances illicites au stade, ou bien participer à des faits de violences tels que bagarre est aujourd’hui considéré comme « acte de hooliganisme ». Ne serait-ce que de comprendre cela, c’est comprendre le malaise du football français et l’incapacité des autorités à régler un problème autrement que par une répression aveugle et illégale…

Comment peut-on considérer qu’une bagarre se situe au même niveau que fumer un « joint » au stade ? Alors oui, la loi interdit les deux, mais devrait-on pour autant punir leurs auteurs des mêmes sanctions ? Et tout le problème est là, il n’y a pas de demi mesure. Aujourd’hui, être reconnu coupable ou même présumé coupable, suffit pour vous interdire de stade pendant 6 mois, avec pointage obligatoire au commissariat deux fois par match, détruisant ainsi toute vie sociale possible.

Certains répondent aveuglement que c’est mérité, mais s’il vous plait, à ceux qui pensent cela, avant de dire qu’untel mérite ou non une sanction, comprenez les conséquences d’un pointage obligatoire au commissariat. Jaugez ensuite, en fonction de la gravité des faits, si cela mérite un tel traitement…

 

On vous abreuve de chiffres et d’un nombre d’interdictions de stade en hausse, censé vous faire croire que l’Etat agit efficacement contre les violences dans les stades. Comprenez que les ¾ de ces interdictions de stade sont en réalité des Interdiction Administratives de Stade, qui ne demandent aucun jugement juridique, et qui se base uniquement sur la loi du « présumé-coupable ». De plus, les ¾ de ces IAS, le sont pas pour des faits de violences, mais pour des actes de soi-disant « hooliganisme » mineur, en particulier les fumigènes. Débat fait et re-fait ici, mais les fumigènes sont un faux problème…L’Etat, la LFP, ont refusé de se montrer conciliant envers les groupes de supporters qui ne demandaient qu’à encadrer tous les craquages, avec des personnes formées au risque mineur de l’allumage d’un tel engin. Aujourd’hui ils ne font que récolter le fruit d’une répression aveugle et injuste, dépourvue de dialogue et de bon sens.

Enfin, 80% des IAS sont finalement annulées des mois après, car elles ne présentent aucune preuve de culpabilité.

 

Dans ce contexte ultra-répressif, il est désormais devenu impossible de vivre sa passion de supporters librement en France.

Dans quelques jours, le cabinet du Ministère de l’Intérieur, renseigné par la « Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme » dirigée par Antoine Boutonnet, va recevoir 6 Présidents de club pour discuter de faits soi-disant graves de leurs supporters. Dans le viseur, Nice, Saint-Etienne, Lyon, Montpellier, Bordeaux et le PSG, en résumé rapidement, les 5 plus gros stades et ambiance de France. (PSG, cas particulier)

En jeu, répression et répression pour des personnes qui ne connaissent absolument rien au mouvement Ultras. Leur volonté ? Trouver les motifs suffisants pour prononcer des dissolutions, des arrêtés préfectoraux, ou autre interdictions de tifos ou déplacements, qui touchent depuis quelques semaines l’ensemble du mouvement-ultra français, de Bordeaux à Saint-Etienne en passant par Montpellier. Mais aussi, obtenir l’aide et la validation de la part des dirigeants de club pour pouvoir s’immiscer dans leur politique de sécurité et ainsi mettre en place un vaste projet de nettoyage en vue de l’Euro 2016.

Ce qui a été fait à Paris et au Parc des Princes était un test grandeur nature, qui risque de se multiplier dans les mois à venir. Combien de fois l’avons-nous répété ici même. Et tous, en étions conscient, malheureusement comment lutter contre de telles décisions absurdes ?

Il est surement trop tard, car c’est un sujet sous-jacent qui pend au nez des groupes Ultras depuis déjà longtemps. Jusqu’à maintenant, ils avaient su résister, mais aujourd’hui la donne semble changer.

Généralisation des interdictions de déplacement (aller en Corse aujourd’hui est quasiment devenu impossible), prononciation d’IAS en pagaille sans faits graves constatés, arrêtés préfectoraux liberticides (pas de marseillais entre les Bouches du Rhône et l’Ile de France le dimanche 8 avril), abus de pouvoir et de force des autorités présentes au stade (CRS, SIR, stadiers), la machine est en route, et bienveillants seront ceux qui sauront s’extirper de ce contexte malsain.

 

Face à ça, il ne reste que deux solutions, se plier à toutes les contraintes et accepter une mort lente du mouvement-ultras français, pour devenir des spectateurs consommateurs sans ferveur, ou bien continuer de vivre pour un idéal, pour une histoire, basés sur des valeurs solides, et mourir debout, la tête haute.

Si pour nous, parisiens, cela fait deux ans que la situation dure, nous sommes attristés de voir ce sombre avenir se dessiner pour les stades français. Et même si nous étions certains, que nous n’étions que les premiers, de voir cette réalité exister est encore plus dur à accepter.

Si nous, nous ne pouvons évidemment plus rien faire, nous n’en sommes pas moins motivés et déterminés pour continuer de lutter pour cet idéal qui nous a été enlevé en mai 2010, et si cela peut suffire à donner du fil à retordre à des autorités qui nous ont « assassinés », cela suffira à notre bonheur.

Quant aux autres, il s’agit, en plus de profiter de probables derniers instants en tribune, d’essayer de tenter quelque chose, surement inefficace, mais qui montrera à la France entière, que JAMAIS la mentalité Ultras ne disparaitra…

 

Jetons un pavé dans la marre, une marre probablement asséchée, mais sait-on jamais….

Tout le monde sait et souhaiterait en silence qu’une manifestation géante soit une solution et une action crédible et motivante. Le succès de la seule et unique qui a vu le jour en mai 2008 nous rappelle tous au bon souvenir d’une telle démarche. Evidemment, la logistique, les autorisations et les éventuelles rivalités sont des freins à une telle organisation, mais s’il existe un ou plusieurs groupes capables de le faire, c’est maintenant ou jamais.

Les récentes menaces de dissolutions doivent être le dernier abus avant de cesser totalement et involontairement nos activités. 

Choisissez une journée de boycott total et montrons leur ce qu’ils redoutent le plus, à savoir l’unité…

 

Face à cette unité, ils ne peuvent et ne pourront rien….

 

Ces dernières lignes sont évidemment utopiques, mais quand on défend un tel idéal qu’est le mouvement Ultras, nous pouvons nous permettre d’être idéaliste, car finalement, c’est tout ce qui nous reste…

Ce genre d’action est une sorte de rêve, quasiment inaccessible, mais c’est en faisant de ses rêves une réalité, que nous rentrerons dans l’histoire…

 

LIBERTE POUR LES ULTRAS ! 

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 11:34

512856380.jpgQue ceux qui y voient tout de suite un lien avec un groupe ultras marseillais s’arrêtent tout de suite, ce n’est pas le but d’un tel titre.

Indépendance : « Qualité d'un groupe, d'un pouvoir, etc., qui n'est pas soumis à un autre, qui est libre de toute sujétion »…Voilà une définition parmi tant d’autre, qui illustre l’importance d’un tel mot, un mot qui colle parfaitement à la situation des tribunes du Paris Saint Germain Football Club….

 

Depuis longtemps déjà, les anciens abonnés du Parc se sont fait une raison, ils ne reviendront surement jamais au Parc des Princes de façon pérenne. La raison ? Un état actuel qui ne peut coller avec une forme de supportérisme connue pendant des années dans le plus beau stade de France.

Système aléatoire, ambiance superficielle contrôlée par des dirigeants et des autorités ultra-répressifs, le tout bercé dans un contexte de football business qui ne peut être acceptable…bref vous connaissez la chanson, nous n’allons pas refaire le couplet.

 

En parlant de chanson, on pourrait croire que le service marketing, sous l’égide de la direction est allé au bout de son imagination, mais à chaque fois, il ne manque pas de nous surprendre. Après l’introduction politisée au sein des tribunes du Parc avec des animations hollywoodiennes, nous avons désormais le droit à ce qu’ils appellent désormais « L’hymne du PSG »…Une hymne chantée par les joueurs en studio en une après-midi, et diffusée lors de la mi-temps du match PSG/LYON de cette semaine…Nous ne ferons pas ici l’affront d’oser mettre une telle honte à l’histoire du Paris-SG…car vous vous en doutez bien, et comme depuis le début, le service marketing et le service communication, se servent d’un passé, d’une histoire, d’un patrimoine, pour le customiser à leur façon, détruisant ainsi toute légitimité possible. Le pire c’est qu’ils en sont fiers ! Messieurs, comprenez bien, qu’en utilisant des slogans significatifs, créés par des supporters que vous rejetez ne peut qu’attiser notre haine envers vous, une haine qui n’est pas prête de s’estomper… 

« Ici c’est Paris », « Fiers de nos couleurs » et maintenant le « Allez Paris Saint Germain » chanté par des joueurs clairement pas motivés et sans ferveur, c’est être indigne de l’histoire du Parc des Princes !

Mais bon, nous sommes rassurés, votre coup marketing est loin d’avoir fait mouche, et fort heureusement, il reste un tant soit peu de bon sens à une opinion publique pourtant manipulée par vos soins…

Vous voulez contrôler la pensée des supporters parisiens, vous savez très bien que nous ne sommes pas tous dupes, et aveuglés par les millions, et que vos artifices ne sont que poussière face à notre détermination.

 

Mais nous ne pouvons nous permettre de ne parler que de vous et de votre « hymne », quand nous avons le devoir de rendre hommage aux membres de l’association « Liberté pour les Abonnés » et plus particulièrement de son bureau.

On aura beau dire, et refaire le débat du bon et du moins bon, à l’heure de leur autodissolution logique, il est temps de saluer leur engouement pour une cause qui semblait perdue depuis le début.

Là n’est pas la question de savoir si telle action était pertinente ou non, l’important est de souligner la motivation qu’ils ont mis dans un projet compliqué, et qui s’est retourné contre eux depuis quelques mois, avec une répression aveugle et illégale, touchant les leaders de l’association, la dernière qui jouissait d’un titre officiel en préfecture.

Cette autodissolution, bien qu’elle puisse surprendre dans un premier abord, est selon nous une décision juste et cohérente, dans un contexte de pression énorme de la part des autorités, qui auraient finit par déboucher par une nouvelle dissolution d’association, avec toutes les conséquences négatives qui en découlent. C’était en quelque sorte le rêve des autorités, un rêve désormais inaccessible. Lire le communiqué

 

Certains se demandent peut être comment faire, maintenant que plus aucune communication officielle n’aura lieu de la part des ex-abonnés du Parc…A vrai dire, ce n’est pas l’important, bien au contraire, il suffit juste de faire le bon constat et de rester fidèle à une histoire aujourd’hui bafouée.

 

Partir du principe, que le Parc des Princes, nous ne le retrouverons pas avant 2016, qu’à ce moment là alors, les choses seront définitivement différentes, et que la plupart ne seront d’ailleurs plus là.

Que nous reste-il aujourd’hui ? Pas grand-chose c’est vrai. Certains ont logiquement lâché l’affaire, et ne peuvent plus s’associer à quelque mouvement contestataire que ce soit, de façons morales ou même juridique…

Mais que les bien-pensants n’oublient pas une chose, une chose primordiale. Ils peuvent nous retirer nos abonnements, pondre des arrêtés liberticides, interdire de stade abusivement, notre passion pour le Paris Saint Germain Football Club, le vrai, l’unique, ne peut être atteinte. Et même si, depuis deux ans, nous ne vibrons plus pareil, nous ne vivons plus pareil, nous resterons à jamais supporters de notre club, et de la vision que nous avons de lui. Une vision, qui commence il y a des dizaines d’années, et qui s’est en parti arrêté en 2010…

Le PSG c’est quelque part ce qui nous définit, de part notre identité parisienne, et ça personne ne pourra nous l’enlever, ni même nous le dicter !


Aujourd’hui, accepter les conditions actuelles du Parc des Princes, ou la politique répressive de l’Etat, c’est perdre toute authenticité, d’une forme de supportérisme qui se base sur l’Indépendance de ses actes. Etre contrôlé, manipulé, aveuglé, n’est pas dans notre façon de voir les choses, et ne le sera jamais…que les concernés en prennent note.


Nous ne baisserons jamais les bras, ne serait-ce que par honneur et fierté d’avoir un jour connu le vrai, l’unique, l’historique, le mythique Parc des Princes.

Aujourd’hui, supporter librement le Paris Saint Germain Football Club n’est plus que ce qui nous reste, et ce qui nous restera dans les années à venir.

Libre, surement pas physiquement, face à l’armada répressive de l’Etat, mais libre, mentalement et moralement en ne se soumettant pas à un système de corruption et superficiel, qui empêche toute liberté d’esprit.

Supporter ne veut pas forcément dire applaudir des nouveaux dribbles de Pastore, mais aussi représenter une identité parisienne, partout, toujours, envers et contre tous, pour une ville, un club, un stade et des couleurs…

 

L’Indépendance est la base de tout mouvement supporter authentique, et c’est bien cette indépendance qu’ils veulent bannir du stade…

Cette Indépendance vous ne pourrez jamais l’atteindre, car elle s’est forgée dans l’adversité ! Une Indépendance de pensée authentique qui ne sera jamais soumise à votre pensée unique de la conception d’un stade de football.

 

Merci au membre du bureau de « Liberté pour les Abonnés » d’avoir autant donné de leur temps et de leur motivation. Certains peuvent leur reprocher certaines choses, mais surement pas celle de n’avoir jamais rien lâché, et d’avoir continuer malgré les critiques.

 

Comme leur communiqué conclut, la lutte continue et continuera…

 

NEVER DIE !!!

 

Rejoignez la Page Facebook

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de supporter.over-blog.com
  • Le blog de supporter.over-blog.com
  • : Vision différente du monde des tribunes françaises, qui font l'objet de nombreuses remarques autour des violences autour des stades de football. Volonté d'apporter une vérité, en apportant des éléments précis.
  • Contact