Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 21:26

2999203815 1 3 6BTFldUN

 

La joie, la folie, le bonheur, le bruit, la satisfaction, la fierté, voilà les sentiments que les supporters parisiens ont pu ressentir au sortir du très bon match PSG/LYON, qui a vu les joueurs de la Capitale l’emporter et ainsi prendre seul la tête du championnat. Tout le monde est « foufou », simplement, dans tous les sentiments cités en introduction, il en manque, et pas des moindres, à savoir respect, dignité et mémoire…

Certains vont partir sur leur grand chevaux, et vont penser que nous allons (encore) parler des anciens abonnés historiques, dont tout le monde se fout aujourd’hui, détrompez-vous, cette fois il s’agit de quelque chose bien loin de la lutte de la Résistance Parisienne, puisqu’il s’agit là de rendre hommage, au plus Grand Président de l’Histoire du Paris Saint Germain Football Club, nous appelons, Francis Borelli.

Certains, enfin beaucoup, vont se demander, mais qu’est ce qu’ils nous racontent ceux là encore ?

 

Rafraichissons la mémoire des néophytes, et qui sait, combien il y en a depuis que les Qataris sont à Paris !

 

Le 2 octobre 2007 est une date sombre dans l’histoire du Paris-SG FC ! Son Président, s’est éteint, dans la plus grande tristesse de tous les fans parisiens de l’époque, qui savent ce que ce Monsieur a pu apporter à leur club fétiche, et combien ils lui doivent…

Alors, quand 4 ans après, jour pour jour, le Parc des Princes reçoit l’Olympique Lyonnais à l’occasion du match phare de la journée, et même du début de championnat, les dirigeants actuels du club et les supporters qui composent désormais le Parc des Princes, passent l’ensemble du match, sans avoir une quelconque pensée envers cette personne historique, nous ne pouvons que nous indigner !

Qui mieux que ce Président peut oser prétendre avoir le PSG dans ce cœur à ce point ? Personne, car il était, et restera à jamais, le plus grand Président que le club de la Capitale ait connu. Alors, certes, c’était une autre époque, mais l’amour n’a pas d’âge, l’amour n’a pas de prix, et l’amour qu’il portait aux couleurs Rouge & Bleu et au blason dépassait l’entendement ! Il est à la base de l’identité PSG qui compose les plus anciens supporters, qui nous ont transmis cette mentalité à part !

En 1982, il est le 1er Président de l’histoire à remporter un titre, titre qu’il fêtera par un baiser historique sur la pelouse du Parc, il enchainera avec d’autres moments magiques, et quittera le PSG un peu plus tard, ou plutôt s’en éloignera, car quoiqu’il fasse, à des milliers de kilomètres de Paris, ce passionné restera fidèle au PSG, et ces nombreuses déclarations en atteste.

 

« C'est mon amour, c'est ma passion. Tout ce qui vient du Paris Saint-Germain m'enchante. J'ai presque envie de vous dire que je suis souvent triste. J'ai connu des moments merveilleux, extraordinaires, mais c'est vrai que là je me sens un peu mal à l'aise parce que je sais que plus jamais je pourrai travailler, m'amuser, vivre avec le PSG » (Francis Borelli, en 1999)

 

Sentiment en adéquation avec le début d’une époque en déclin pour son club…il avait sentit le coup venir. Mais malgré son absence, tous les supporters démontraient un respect sans faille à cette personne, ne serait-ce que pour l’amour qu’il portait au PSG.

Alors, quand il nous a quitté ce 2 octobre 2007, impossible pour les fidèles du Parc de l’époque de ne pas lui rendre hommage. Qui plus est, quand aux commandes du club, figure Alain Cayzac, lui aussi, amoureux du vrai Paris-SG.

 

Pour cette occasion, un certain PSG/RENNES, les deux virages historiques s’étaient teints de noir pour rendre un émouvant hommage à Leur Président. La preuve en photo :

 

1257263062 small

 


Hommage-a-Monsieur-Francis-Borelli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux hommages précédaient de quelques minutes, les 2 minutes de silence alors prévu pour l’occasion. Jamais quelqu’un aura bénéficié d’un tel hommage au Parc des Princes, doubler ainsi la traditionnelle minute de silence, n’était que le minimum de la personne que l’on avait à célébrer ce soir là. Le Parc, pourtant très digne dans ces moments là, observera deux minutes de pure silence, comme rarement il a pu le faire, et cela prouve à quel point l’Homme était respecté.

De ce match, on ne pourra retenir que cette batterie d’hommages, tant les joueurs avaient encore faillit à leur devoir, à savoir, gagner, ou plutôt se mettre minable, ne serait-ce que pour l’occasion…Il en fut autrement, et le PSG s’inclinera, dans un de ses jours les plus sombre de son histoire.

 

Alors, quand 4 ans après, jour pour jour, notre Cher Président Borelli passe aux oubliettes du côté de Son stade, à l’occasion d’un tel match, cela ne peut que nous rendre triste, triste pour lui, triste pour sa famille, triste pour son œuvre. Car, si le PSG en est là aujourd’hui, il en est forcément en parti responsable, et de ne pas avoir pensé à lui prouve bien dans quel état d’esprit berce ce PSG nouvelle version. Aucunes banderoles commémoratives, de pensées annoncées, ou autre chants en sa gloire, non ce que les gens retiennent de cette soirée, c’est la magnifique prestation de l’équipe, qui il est vrai n’est pas à occulter, mais tout de même, un minimum de dignité ne serait pas trop demander…

Le Parc d’un temps, a célébré le départ de Son Président, à chaque anniversaire, à sa façon, par tifo, par des banderoles, par des chants, par des gerbes sur sa tombe…Il était même un temps et même encore aujourd’hui, où le fameux « Paris est Magique » laissait place à l’émouvant « Borelli est Magique ». Désormais on se rapproche plus du « Pastore est Magique », et c’est tout simplement triste…(Bien qu’il le soit réellement sur le terrain…)

 

Alors, si le Parc des Princes actuel l’a oublié, si les dirigeants indignes du club l’ont oublié, NOUS, supporters, appelés nous comme vous le souhaitez, n’avons, et n’oublierons JAMAIS Notre Cher Président, et jamais nous ne cesserons de chanter pour lui, pour ce qu’il incarne, à savoir « l’amour indéfectible » du Paris-Saint-Germain Football Club.

 

Hier le PSG se séparait volontairement d’une partie de son public, aujourd’hui il oublie ses fondations, et les Hommes qui l’ont construit (Cayzac en l’occurrence), que va-t-il devenir demain ?

 

Pour terminer, voici un dernier hommage pour Le Président Francis Borelli, que ça en instruise certains, que ça en touche d’autres, que personne ne puisse passer sous silence ce qu’il a été, ce qu’il représente…


 


 
Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 12:36

879116880_small.jpg« Il y a quelques années, un soir, pourtant abonné en tribune G, j’ai eu l’opportunité, à l’occasion d’un match de coupe, assisté à un match en plein Virage Auteuil. Après l’avoir vu, après l’avoir admiré, après l’avoir écouté, après l’avoir envié, on m’offre la possibilité d’y aller, et pour rien au monde, je ne pourrai oublier cette soirée. Retour en arrière sentimental…

 

Le match est acté depuis déjà plusieurs semaines. Ne disposant pas de l’abonnement intégral, un ami me propose de prendre des places pour ce match de coupe, puisque c’est le seul moment, où le Virage Auteuil concède quelques places, laissées libres par des non abonnés intégral. J’en profite donc, qui plus est quand le match est un certain PSG/BORDEAUX.

Le contexte de ce match, est simple, le Parc est en grève, est en lutte, contre la direction du PSG, alors dirigée par Francis Graille subordonné par Jean-Pierre Larrue. Le climat est tendu depuis plusieurs mois, et très peu de porte de sortie s’offre aux associations de supporters. Mais une lueur d’espoir vient de naitre…Laurent Fournier, joueur historique du Paris Saint Germain Football Club, vient de remplacer coach Vahid, et une motivation renait…

 

Dans ce contexte, c’est avec appréhension que je vis la semaine précédent le match. Se dire, que ce week-end, je vais avoir l’occasion de rentrer au sein de cette tribune historique et mythique, m’impressionne, et je ne sais comment l’appréhender. Je me dis, qu’il ne faudra pas faire n’importe quoi, faire attention à ne pas faire de vagues, surtout dans ce climat contestataire.

Le jour du match arrive, et cette appréhension devient de plus en plus pressante, passe limite pour de la « peur », mais une bonne « peur », une peur empreinte de respect !

On arrive donc assez tôt et on prend place à Auteuil Rouge, et tout de suite, à peine arrivé dans la tribune, quelque chose diverge de d’habitude, il se passe quelque chose en moi, un sentiment difficile à expliquer, mais en rentrant, on sent le poids de l’histoire sur ses épaules. L’atmosphère est grandiose, alors que rien n’est prévu pour ce match, vu que la grève est prononcée depuis plusieurs matches déjà. Mais je sais pas, c’est comme si on remettait pour la 1ère fois les pieds au Parc, alors que nous sommes d’ores et déjà habitué à voire la pelouse verte fluo, au sortir des escaliers qui me menaient à ma tribune. Sentiment étrange, que jamais je ne pourrai oublier.

La suite, se passe calmement, en attendant le début du match. Celui-ci arrive, et le temps de déployer une banderole immense entre les deux niveaux, offre un imposant « Libérez le Parc, virez Larrue », qui te prend aux tripes quand tu descends en bas du niveau rouge pour admirer la banderole. A côté, juste à côté, les supporters bordelais laissent un clin d’œil sympathique « Rivaux dans les tribunes, Unis contre la répression », agrémenté de fumigènes et autres animations classiques. Dommage, alors de ne pas pouvoir répondre, mais le contexte ne s’y prête pas…

En parlant de cette grève, évidemment que j’aurais aimé faire cette première au sein d’un virage en ébullition, mais depuis le début de la grève, j’ai déjà compris ce qu’il se passait, et sans même suivre assidument le milieu ultras, je prends tout de suite position pour les supporters au début de cette lutte. Dès lors, je me plie avec respect à la décision des deux tribunes historiques, et je visionne le match avec mes amis, calmement sans s’improviser quoique ce soit, malgré le bon match du Paris-SG sur le terrain, qui ira chercher la victoire, après prolongation…histoire de savourer encore un peu plus ce match en Virage Auteuil. Quelques soubresauts, qui laisseront imaginer un potentiel que j’avais à maintes reprises déjà décortiqués, je me dis alors, « il faut que je revienne, en temps normal ». Le match se termine, et c’est plein d’idées dans la tête que je sors du stade, avec une seule et unique envie, revenir ici, et prendre place dans cette tribune qui vient d’illuminer un match dans un contexte morose !

De ce match, une histoire est née, et cette histoire s’est terminée le 15 mai 2010 à 2h du matin, au sortir d’un PSG/MONTPELLIER inoubliable…qui sait, peut être qu’un jour…. »

 

Ce récit d’une première est loin d’être anodin, et ceux qui n’auront pas fait le rapprochement entre ce 1er match et la période actuelle, ont le droit à un 2ème essai.

Avant tout, le message que l’on souhaite faire passer ici, c’est démontrer tout le respect, toute la dignité que l’on doit avoir lorsque l’on franchit les grilles, aussi bien du Virage Auteuil, que du Kop de Boulogne, lorsque l’on vient au Parc des Princes. Venir dans ces tribunes aujourd’hui, sans avoir une simple pensée pour ce qu’elles ont fait pour le Parc et le PSG, c’est se montrer irrespectueux envers leurs histoires, mais aussi, envers ceux qui ont les ont construites. Y venir parce que les tarifs y sont abordables est une raison plus que valable, et nous ne le critiquons pas, mais y venir, comme ça, sans se dire que cette tribune à une histoire en elle, c’est se montrer indigne d’une situation catastrophique.

Cette situation catastrophique se rapporte au contexte de notre 1er match au Virage Auteuil, au sein d’un Parc des Princes unis, dans un seul but, le retour aux libertés fondamentales de tout supporter. De cette lutte, une réputation encore plus grande en est sortie, et le clin d’œil avec celle d’aujourd’hui, bien plus compliquée, mérite d’être soulignée, et nous mettre à l’esprit, que JAMAIS nous nous devons d’abandonner !

 

De ce constat, nous estimons, qu’une attitude un tant soit peu digne soit affiché au sein de ces deux tribunes, une attitude en adéquation avec le passé, mais aussi avec une lutte qui se déroule bien loin du Parc des Princes.  

Aujourd’hui, ne nous cachons pas, mais de voir que certains s’approprient un passé, une histoire, une légende même, sans montrer une once de respect envers ceux qui étaient là pendant des décennies, ne peuvent pas mériter notre gratitude. Quand nous disons, s’approprier un passé, c’est comme le dit l’article précédent, c’est usurpé une identité forgée dans le malheur ou dans la gloire…En gros, ce que font les dirigeants du PSG depuis plus d’un an, et ce que font certains depuis qu’ils sont abonnés cette saison. Se prendre pour ce qu’ils ne sont pas, travestir une histoire, dénaturer des chants, en réduire leur impact sur le jeu, être devenu la risée nationale et internationale, voilà ce que nous dénonçons ici même. Et ces personnes ne sont pas forcément nombreuses, loin de nous l’idée de mettre tout le monde dans le même sac, comme cela peut se faire sur la Résistance Parisienne. Ces personnes, quelques dizaines, n’ont pas eu le réflexe, la pensée, que l’on a pu avoir par le passé lorsque nous sommes rentrés pour la 1ère fois dans ces tribunes, et pire encore, aujourd’hui, ils se servent de ça pour essayer de lancer quelque chose…

 

NON, le Virage Auteuil, NON le Kop de Boulogne, ne sont pas de simples tribunes, et en y rentrant, aujourd’hui, vous devez avoir à l’esprit que dans ces murs, une légende est écrite, et que ceux qui ont pris place entre ces murs, ont tout vécu avec le Paris-SG, depuis plus de 30 ans.

Quand vous chantez, quand vous criez « Auteuil/Boulogne est magique », j’espère que vous le faites, en pensant que ces tribunes l’ont réellement été et qu’aujourd’hui, ce qui s’y passe n’est qu’une très pâle copie de ce qu’elles ont pu être. C'est-à-dire, deux tribunes historiques, dont la réputation ont fait du Parc une place forte en Europe.

 

Demain soir aura lieu PSG/LYON, un match de gala au sommet, que nous nous forcerons de vivre entre potes, ailleurs, bien loin d’un stade qui ne nous ressemble plus.

Pour ceux qui iront, ayez simplement à l’idée que quand vous franchirez les grilles du stade, vous rentrerez dans le sanctuaire d’un temple historique, au sein duquel des âmes remplies de ferveur prennent place et veillent à jamais sur ces tribunes légendaires…

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 12:18

le-parc-des-princes-complet-kombouare-adore-iconsport_noe_1.jpgMercredi soir, PSG/NICE au Parc des Princes, comme un nouvel affront pour les anciens abonnés du Parc des Princes. Non pas en termes de déclarations fracassantes, car un an après, ce genre de procédé n’est plus la marque de fabrique de la maison, place, désormais aux procédés du type « on fait comme si… » ! Explications !

 

Après les bâches préfabriquées par le club, en l’occurrence les « Paris Saint Germain Football Club » sur la tribune Auteuil, et le « Fiers de nos couleurs » en tribune Boulogne, les animations « tifos » organisées par ses soins, les mégaphones donnés à certaines personnes pour mettre l’ambiance, place désormais à l’installation d’une sono dans chaque tribune…Ceux titulaires du mégaphone ont donc eu une promotion, ils ont maintenant à disposition un micro et donc une portée bien plus grande.

Et soyons honnête, cela s’est clairement ressenti dans l’ambiance. Une nette amélioration, en termes d’impact sonore.

Mais ce qui nous chagrine, ce n’est pas tant ceux qui osent prendre le micro dans une telle situation, bien qu’un peu quand même, et nous serions curieux qu’ils viennent s’exprimer ici.

Non, ce qui nous dérange au plus haut point, c’est que le club, utilise une organisation, une méthode, tout compte fait un style de supportérisme qu’ils souhaitent en réalité bannir du Parc des Princes, et à grande échelle, des stades français, à savoir le modèle « Ultras ».

Les dirigeants du PSG ont pourtant essayé pendant près d’un an, pouvoir créer une ambiance dite « à l’anglaise », c'est-à-dire, sans réels leaders d’ambiance, mais par passion. Seulement, nous l’avons à maintes reprises répéter ici, mais ce modèle n’est pas « calcable » en France, tant la passion pour le football en Angleterre domine le léger intérêt français.  

Vexé de l’attitude des anciens abonnés lors du dernier PSG/BREST, et de leur démonstration, le club a voulu marquer le coup, à peine deux semaines plus tard !

Alors, face à ce constat d’échec, le club a procédé par étapes, les bâches, les tifos, les mégaphones, et aujourd’hui les micros…En quelque sorte, un modèle américanisé de l’ambiance, 100% instrumentalisé par le club qui est à des années lumières de ce que nous prônons ici même.

 

Le souci, c’est que ce modèle, en résumant, il se calque quand même beaucoup sur le modèle « Ultras » et le club pense pouvoir faire passer la chose, pour faire en sorte, face à l’opinion publique, que la situation est redevenue « normale » et que le tout est un succès encore plus beau.
Quelle hypocrisie ! « On ne veut plus de vous, par contre, on copie votre ancienne organisation, car ça nous arrange », voilà la mentalité du club ! Ils se servent du passé, utilisent les procédés d’une mentalité bien définie, mais ils ne veulent surtout pas que celle-ci remette les pieds au Parc, en mettant en place un système aléatoire, qui casse une autre de ses bases, à savoir, le regroupement…

Le but, tout contrôler, afin d’obtenir un public aseptisé et « polissé » par leurs soins, de façon à ne jamais être embêté… C’est ce qu’ils croient, mais quelque chose nous dit qu’ils ont pris un risque, mais c’est un autre débat….

 

Ils peuvent essayer de se rapprocher de l’ambiance passée, avec toutes les méthodes qu’ils veulent, une chose est sûre, ils ne pourront pas tout avoir ! Car, si par le passé, le Parc des Princes est devenu ce qu’il est devenu, c’est que toute cette organisation, toutes ces façons de s’exprimer, étaient basées sur une mentalité authentique, régit de codes et de valeurs qui ne s’achète pas…  « ...L’authenticité Ultras ne s’achète pas ! », et le club aura beau tout faire pour « faire comme si », jamais, JAMAIS, il ne pourra inculquer cette mentalité de fidélité et de loyauté sans failles à son nouveau public, plus fan des dribbles de Pastore que du reste.

Sur cette lancée, une nouvelle identité va se créer, mais quelle identité ? Dans le milieu, le Parc est d’ores et déjà classé au rang du « football business » et son ambiance instrumentalisée ne fait pas envie !

 

Alors, même si aux yeux du grand public, ces subtilités ne sont pas perçues, nous savons pertinemment quelles sont les réelles intentions des dirigeants du PSG. Et quand bien même, cette situation nous fait encore plus mal, car mine de rien, nous faisons face à un remplacement pur et dur, la Résistance Parisienne n’abandonnera jamais ! Les opportunités se réduisent au jour le jour, mais il restera toujours des moyens de vivre sa passion et d’exprimer son mécontentement, à commencer par les déplacements !

La situation est surement compromise depuis déjà des mois, soyons en conscient, et tâchons de profiter différemment, et de ne jamais rien lâcher, ne serait-ce que par honneur et fierté…

 

La suite c’est qui vivra verra, mais que ceux qui constatent actuellement, comprennent bien que le club et ses dirigeants sont en train de se servir d’une méthode passée, sans la moindre dignité ni même respect….mais ils ne font qu’être à leur image depuis un an et demi…


Mais un jour ou l’autre….

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 18:34

1112etgfcpsg16.jpgA défaut de boycotter volontairement le Parc des Princes et son placement aléatoire, l’ensemble de la Résistance Parisienne prouve une présence sans faille en déplacement depuis le début de la saison. Un état d’esprit que l’on avait quelque peu oublié depuis plusieurs mois…

A vrai dire, ce n’est pas une question de mentalité, mais tout simplement une question pratique…

 

Pour ceux qui auraient déjà oublié, la saison passée, déplacement rimait avec arrêtés préfectoraux, restrictions des conditions d’accès au stade...pour résumer, atteintes à la liberté de déplacement. Face à cela, il a fallu quelques mois d’adaptation, avant de connaitre l’apparition de ce que les fans parisiens ont appelé les « contre-parcage », qui consistaient à faire un pied de nez aux autorités et aux dirigeants du PSG, en investissant les tribunes locales. Ces actions, plus que dérangeantes, ont été la cause d’une réouverture plus libre des parcages officiels, mais aussi un net assouplissement des mesures prises par les autorités publiques autour des matches du PSG à l’extérieur. Alors, ne crions pas victoire trop vite, car le vent tourne vite et il n’est pas dit de retrouver à un moment ces fameux arrêtés préfectoraux…

 

Alors, le but de cet article n’est pas de débattre de la logique ou non, d’une présence en parcage ou en « contre-parcage », mais tout simplement de rappeler à tous, que quoiqu’il arrive, quand bien même la Résistance Parisienne ne revient pas au Parc des Princes, elle sera présente quasiment si ce n’est partout à l’extérieur.

Car quand on lit une brève RMC qui annonce que 300 supporters parisiens prendront place dans le cadre du déplacement « officiel » du PSG, c’est à se demander le manque d’investissement dont ils font preuve, pour interpréter la situation comme telle.

Effectivement, le nombre de 300 est le bon, mais ce n’est pas 300 parisiens via le déplacement PSG qui se sont rendus à Annecy, mais tout bonnement 300 billets qui ont été vendus. M’enfin ce n’est pas si grave. Ce qu’il y a, à retenir, c’est bel et bien le retour de centaines de parisiens en déplacement, une constante depuis le début de la saison. Comparée aux dizaines de la saison passée, il y a de quoi noter la différence!


Contraste évident avec le Parc des Princes ! Les joueurs doivent en être quelque peu déboussolé, (partant du principe qu’ils s’y intéressent – utopie), tant la différence de ferveur est marquante. Alors le bruit n’est pas le même c’est évident, mais la façon de supporter l’est clairement, qui plus est quand plusieurs messages sont passés, afin de rappeler, que oui, le retour des fans en parcage a lieu, mais pas à n’importe quel prix. Et tôt ou tard, ces messages finiront par payer, car il est impossible pour les dirigeants parisiens de là aussi, faire passer inaperçu cette si grande différence.

Alors, ceux qui croient que ceux qui composent les tribunes à l’extérieur sont les mêmes que ceux qui composent désormais le Parc des Princes, se trompent, car ce nouveau public en très grande majorité, n’a pas cette mentalité « away », cela ne fait pas partit de son état d’esprit.

Pour le moment certains diront, probable, néanmoins, cela ne s’acquière pas comme ça. Et l’on doute fortement, que ceux qui peuplent aujourd’hui les virages du Parc et qui osent s’approprier des chants et donc une histoire, oseraient venir comme si de rien n’était en déplacement. Attention, ceux-ci ne sont pas si nombreux que ça, et notre volonté n’est pas de mettre tout le monde dans le même sac, seulement certains opportunistes identifiés.

 

Ce nouveau public n’est pas encore prêt à se sacrifier, ce qu’il l’intéresse, ce sont le beau-jeu et le Parc des Princes. La culture du déplacement, et de représenter les couleurs Rouge & Bleu en terre hostile n’est pas dans leurs priorités, contrairement à une Résistance, qui vit de tels moments, tant les déplacements, sont quelque chose de différents, d’à part…

 

Et c’est là toute la différence, entre ce « nouveau » public et les anciens. Représenter sa ville, son club, ses couleurs en déplacement n’est pas donné à tous, car cela demande un investissement non négligeable que tout le monde n’est pas prêt de faire. C’est un état d’esprit, une mentalité, qui font passer un cap dans sa façon de supporter une équipe. C’est ce qui façonne une identité, une histoire, une réputation.

Grâce à ces déplacements, et l’année compliquée de la saison passée, les fans parisiens survivent encore grâce cette bouffée d’oxygène, et quelque chose nous dit qu’on n’est pas prêt d’en voir la fin, surtout si la situation du Parc ne s’améliore pas.

Alors, que chacun comprennent bien que lorsqu’il voit des photos ou entend les supporters parisiens à l’extérieur, qu’il s’agit en très grande majorité de la Résistance Parisienne, qui en plus de supporter le Paris-Saint-Germain Football Club, prouve qu’elle est toujours présente, partout, toujours !

 

Et dire que l'Europe arrive...:D

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 22:30

Psg_Brest4.jpgDepuis dimanche soir, et le match PSG/BREST, un procès d'intetions est fait aux anciens abonnés du Parc des Princes, revenus le temps d’un soir dans leur seconde maison.

Un procès d’intentions, du fait de leur attitude envers le nouveau public du stade de l’équipe de la Capitale.

Il est possible alors de critiquer ce comportement, mais nous estimons que la critique doit être justifiée et surtout objective. Ne retenir que cette partie est subjectif, et n’est pas logique et juste au vu d’un contexte bien particulier.

 

La Résistance Parisienne, l’admet et l’assume, ce n’était pas la meilleure idée qu’elle ait eu, car pour beaucoup, et même pour certains de ces membres, cette réaction était quelque peu imprévue. Nous l’avons expliqué sur notre dernier article, et nous le répétons ici, mais cette attitude résulte d’un tout, un tout qui pèse sur l’âme de ces supporters Rouge & Bleu. Non pas notre volonté d’excuser ce geste, simple volonté d’y apporter un regard différent, comme cela a toujours été le cas ici.

 

Retenir de ce match uniquement les quelques accrochages entre les anciens abonnés et la tribune auteuil, c’est quelque peu exagéré. Car dans le fond, si cela reste une nouvelle querelle entre supporters, sur la forme, c’était loin d’être la guerre…En termes d’insultes, à ce sujet, le nouveau public du Parc n’a pas à donner de leçons, tant il est expert en la matière, et oser le nier et se placer en vierge effarouchée à ce sujet serait être hypocrite. La seule chose qui change, c’est que cette fois-ci, ils n’ont pas lancé les hostilités, ils les ont subies. Alors, ceux qui défendent, avec volonté, ce nouveau public, ferait bien de repenser l’ensemble du problème.

Car de ce match, il n’y a pas eu que ça, loin de là, et forte heureusement. Car de là, nous n’aurions pas eu le même constat.

Malheureusement, beaucoup trop semblent oublier les choses positives et intéressantes de ce match, en termes de tribune. Un mode de supportérisme venu rafraichir un Parc des Princes aseptisé, avec des chants variés, continus et gestuellement bien réalisé. Des banderoles pertinentes et cohérentes, des chants festifs, des encouragements quel que soit le score, et des échanges entre différentes entités du stade, à savoir ex-Auteuil et ex-Boulogne, signe qu’il y a des choses positives à en tirer.

Alors, le but n’est pas de comparer ce qui s’est fait entre dimanche soir et les 3 premiers matches de la saison, car ce serait manquer de respect à 30 ans d’histoire du Parc. Sur ce point, tout le monde semble d’accord, avec ou sans les anciens abonnés, la différence en termes d’ambiance pure et dure est sans équivoque.


De ce constat, il faut pouvoir tirer un bilan cohérent d’une situation globale. On ne peut, soutenir cette forme de supportérisme, et ensuite la critiquer pour un de ces agissements, car c'est un tout. Par contre, ce qui est possible, plutôt que de prendre d’un côté le bon, et de rejeter de l’autre le moins bon, on peut prendre chaque chose à part sans juger le reste. Malheureusement, trop nombreux sont ceux, qui d’un côté profitent de l’ambiance procuré par les anciens, mais critiquent un de leur comportement.

C’est comme les médias, ils sont les premiers à critiquer et juger toutes dérives, par contre dès qu’il s’agit de mettre en avant quelque chose de positif, il faut se lever très tôt. Ce comportement, on le retrouve depuis toujours au Parc des Princes, et en général dans les stades français. L’ambiance vient des supporters, les dérives viennent des ultras. Evidemment, on ne parlera que des dérives, car le sujet fait polémique, et fait parler, nouveaux intérêts de notre société moderne.

 

Tout le monde est libre de penser et dire ce qu’il veut, néanmoins nous ne cessons de dénoncer ici, l’hypocrisie et l’opportunisme. Quand l’after de RMC donne la parole à un des ses auditeurs qui ne se gêne pas pour cracher sur les anciens abonnés, les chroniqueurs acquiescent et ne cherchent pas à contre balancer la parole de ce dernier avec un autre, pour équilibrer le débat.

Quand, certaines personnes présentes au Parc, prétendent soutenir la cause des anciens abonnés, pour le retour d’un Parc fervent, et critiquent derrière l’attitude de fin de match, comment le comprendre ? Un soutien ? La Résistance de Parisienne, ne jouit d’aucun soutien depuis le début, tant elle a été roulée dans la boue sans réaction extérieure. Les présents réguliers du Parc l’attestent, permettez-nous de le contester, mais quel soutien a vu le jour au Parc ? Est-ce que sur les 4 fois, où les anciens abonnés sont revenus au Parc, ils ont ou compter sur le soutien et la collaboration du stade pour les aider dans leur lutte, comme certains le prétendent ? En dehors de quelques cas isolés, nous pouvons assurer qu’aucun soutien n’a vu le jour au stade de la part de ceux qui n’étaient pas concernés par les mesures du plan « TousPSG ».

« Non, le cas des anciens abonnés n’intéresse pas, nous tout ce que l’on veut, c’est revoir l’ambiance, mais les revendications on s’en fout ». Voilà un type de réflexion classique d’un spectateur/supporter du plus beau stade de France, et cela ne date pas d’aujourd’hui. Il suffit pour ça de se rappeler en temps de grève, l’attitude des tribunes latérales. Le Parc n’en a toujours fait qu’à sa tête, alors vouloir aujourd’hui prétendre le rallier à sa cause serait maladroit tant cela est utopique. La Résistance Parisienne, n’a jamais eu, et n’aura jamais le soutien du reste de son stade, surtout aujourd’hui, avec l’arrivée d’un public bercé à coups de millions. Depuis le début, elle a été mise à l’écart, sans que quelqu’un lui vienne en aide, alors à quoi bon ?

 

Nous le répétons encore une fois, nous étions les premiers à vouloir que quelque chose soit fait suite au drame de février 2010, mais pas n’importe quoi, et surtout pas n’importe comment. Par conséquent, nous vous demandons de prendre en compte l'histoire de notre lutte, et d’en comprendre l’ensemble des aboutissants.

 

Quant aux remarques ou critiques, ce que nous souhaitons, ce n’est pas être jugé sur tel ou tel fait, mais être jugé sur l’ensemble, avec le bon et le moins bon, afin de tracer un plan général de la situation. Juger sur une action, sur quelques minutes, c’est fausser la réalité et obtenir des mensonges…le travail des médias d’aujourd’hui. La critique est possible, nous l’utilisons bien souvent, nous admettons donc que l’inverse soit fait, mais au travers d’un argumentaire censé et respectueux.

Dans ce combat, il y a beaucoup de paramètres à prendre en ligne de compte, il y a une histoire, un contexte, différents évènements, mais aussi des perspectives et bien d’autres points encore.

Nous demandons donc juste à être jugé sur tout ce qui compose cette Résistance, à commencer par le soutien indéfectible à des couleurs, une ville, une région, et ce, quel que soit le lieu où joue le Paris Saint Germain Football Club !

 

Alors, l’attitude d’un soir doit elle remettre en cause une lutte commencée depuis plus d’un an ? Nous vous laissons la parole…

 

Mais n’oubliez pas que dès dimanche soir à Evian, la Résistance Parisienne sera présente, prête à pousser les joueurs vers la victoire, prête à honorer sa réputation, prête à continuer sa lutte…

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 14:20

Psg Brest9Un mur d’écharpes, Rouge & Bleu, vision passée d’un Parc fervent…Réveillé le temps d’un soir, par ses plus fidèles soldats, illuminé par leur fidélité !

Avant de commencer, car nous le voyons gros comme une maison, tâchons de rectifier certaines choses. Oui, les insultes et autres provocations envers la « tribune auteuil » dimanche ne sont guères très malignes, mais il faut les relativiser. Certains y arriveront sans doute mieux que d’autres, laissez nous vous présenter rapidement quelques éléments, car de cette soirée, il y a bien d’autres choses bien plus intéressantes à retenir !  

Cette attitude envers le nouveau public n’était pas prévue. En effet, le but était de ne pas s’en occuper et de se concentrer uniquement sur ce que la Résistance Parisienne avait à faire. Néanmoins, pour la résumer, il s’agit là d’un tout, un tout, spontané et non calculé, qui s’est exprimé au travers d’une rage et d’une haine résultant d’une situation devenue insupportable, pour des supporters qui depuis un an se rongent les ongles en voyant ce qu’est devenue leur seconde maison. Hier encore, cette colère vécue habituellement au travers de la télé, a explosé en pleine face de ces historiques ! « Qu’est devenu le Parc des Princes ? ». Cette situation n’est pas, et ne sera jamais acceptable, quand on a connu la gloire passée du plus beau stade de France. Non pas directement visé envers telle ou telle personne, car il y a des supporters du PSG dans ces nouvelles tribunes derrière le but, mais simplement, la stigmatisation d’un plan en plein échec…ou en pleine réussite, quand on en connait les réels aboutissants (à savoir le remplacement d’un type de public par un autre).

Alors, certains diront que nous cherchons ici des excuses, c’est probablement vrai. Nous leur répondrons juste d’essayer de se mettre à la place (utopie) de ce que la Résistance Parisienne vit depuis un an et demi. Certains diront que cela ne sert à rien, c’est surement vrai aussi, mais difficile d’expliquer cette attitude, nous le voyons plus comme une haine et une rage générale, qui s’exprime tel un défouloir…c’est la victime « facile », bien qu’à l’intérieur de ces tribunes, certains se sentent poussés des ailes et essayent de s’approprier une histoire…

 

Voilà pour la « mise au point », qui risque de faire débat.

Mais ce qu’il y a, à retenir de cette soirée, c’est autre chose, des choses bien plus importantes et pertinentes dans la lutte de la Résistance Parisienne.

 

Tout d’abord, l’appréhension des autorités autour de ce match. A y annoncer le retour des anciens, c’est le branle-bas de combat ! Des CRS en coursives, des stadiers qui essayent d’être stricts, enfin un dispositif différent de d’habitude, preuve d’un malaise et d’une crainte.

Première victoire.

Derrière, c’est le fait de pouvoir se regrouper, aussi facilement en dehors des tribunes « TousPSG », et la preuve que le plan « Leproux » est un échec, ou plutôt qu’il vise uniquement un certains type de public. A 15€, interdiction de se rassembler, à 55€, on a le droit…Qui a dit sélection par l’argent ? Dimanche soir, environ 3 groupes, respectivement de 150 (E), 600 (H bleu) et 700 (H rouge) se sont crées facilement, afin de montrer qu’on peut le faire, quand on veut le faire, et où on veut le faire.

Deuxième victoire.

Ensuite, ce sont des messages, plein de messages, sous forme de banderoles toutes autant pertinentes les unes que les autres, mention spéciale à : « En mémoire de l’ancien Parc : Silence », et « QSI, Léo : Un seul transfert n’a pas de prix : Le 12ème Homme ! », fortes de sens, et tellement vraies.

Le Parc, sa corbeille y compris auront pu apprécier la lecture, car impossible pour elle d’occulter ces messages. Au passage, notons, l’intervention systématique des stewards du PSG, pour retirer chaque banderole…Qui a dit liberté d’expression ? Impression de déranger…  « y a que la vérité qui blesse ? »…

Troisième victoire.

Enfin, la ferveur, la fidélité, la loyauté, le tout pour une mentalité intacte et une forme de supportérisme cohérente et réputée. La différence, fut nette, sans appels possibles, tant le changement à partir de la 15ème minute, et le réveil des anciens abonnés après des minutes de silence volontaire, a été marquant ! Personne dans le stade, personne même à la télé, ne peut le nier, le Parc a respiré le temps d’un soir…Chants constants, variés, qui tiennent bien plus longtemps que ceux du nouveau Parc, la démonstration est parfaite, le Parc ne peut que contempler le spectacle, il ne peut y répondre…Par moment, il le suivra tant il ne peut faire autre chose. Face à la majorité de spectateurs, ce sont un millier d’historiques, qui donnent une leçon, un récital de ferveur et de fidélité. Le tout, en précisant bien, que nous ne sommes pas là que pour faire la fête, mais que notre présence à un but, un but précis ! Bref, le Parc ne peut que contempler et admirer…

Quatrième victoire.

 

Alors, tout n’a pas été parfait, mais au vu des conditions et du contexte, la satisfaction prédomine un jour après. Nous l’avons souvent remarqué, il ne suffit pas de grand choses pour marquer les esprits, dans un sens comme dans l’autre. Certains ne retiendront que les insultes, d’autres la ferveur, d’autres les banderoles, d’autres le rassemblement, etc. Mais quoiqu’il en soit, le message est passé, et bien passé. Les dirigeants du PSG n’ont maintenant qu’à bien réfléchir, car lors de la réorganisation prévue, il faudra penser à deux fois avant de présenter un nom devant le poste de responsable des supporters.

Voilà le réel but de cette présence de la Résistance Parisienne au stade dimanche soir. Forcer les dirigeants à réfléchir quant à celui qui devra gérer ce dossier, condition primordiale pour espérer des avancées !

 

Ce fut donc une belle soirée, une bonne soirée, et une soirée réussie, objectifs atteints. Tout n’aura pas été parfait, mais si nous devions en retenir un moment particulier, lequel choisirons-nous ?

Forcément l’échange tribune H et tribune E, entre respectivement, anciens d’Auteuil et anciens de Boulogne. Déjà, l’année dernière, ce genre d’échanges avait eu lieu lors d’une même action, mais dimanche soir, il s’est accentué. Car il montre tellement de choses, et prouve tellement à tous les détracteurs des abonnés historiques, qu’il est important pour nous d’en parler, tant il est encore frissonnant de le raconter. Nul doute, que ce chant, est surement l’un des plus forts et des plus historiques des tribunes parisiennes, et que celui de la 85ème minute restera dans un coin de chaque tête présente ce dimanche.

 

Les dirigeants du PSG, et les autorités, le savent, il faudra, quoiqu’il arrive compter sur cette Résistance Parisienne…Si ils pensaient en avoir terminé ou même diminué l’impact, ils se sont mis le doigt dans l’œil, dimanche soir ce fut la preuve qu’il restait encore du monde, prêt à ne jamais rien lâcher, et qu’il faudra compter encore et toujours avec eux !

 

Et même si le Parc ne sera pas repris d’assaut comme ça, ils savent qu’à l’extérieur, en déplacement, l’armée Rouge & Bleu sera là, prête à en découdre !

 

Car, on ne s’improvise pas supporters...on le devient! 

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 23:12

f3phk7q1.jpgDimanche soir 21h, en direct sur Canal+, PSG/BREST, et l’occasion de voir en direct le « retour » des abonnés historiques du Parc des Princes. Retour, le temps d’un soir, histoire de faire honneur à la banderole : « Avec ou sans nous, appréciez la différence… ».

Après avoir subi et critiqué les sifflets du Parc des Princes, en ce début de saison 2011/2012 et l’arrivée des actionnaires Quataris, il est temps de rappeler à tous, ce qu’est, ou plutôt ce qu’était LE Parc des Princes. L’appeler aujourd’hui comme tel est manquer de respect à ceux qui ont fait de ce stade, une place forte du football européen pendant des décennies ! Citadelle imprenable de la plus belle ville du monde, celle-ci à sombré dans le dégout et l’indignité, il y a plus d’un an.


Alors, le temps d’un soir, en cette rentrée, il est essentiel, primordial, vital, pour les anciens abonnés de marquer le coup, et de faire parler d’eux ! Les mauvaises langues, diront, qu’ils vont faire parler d’eux en mauvais termes, au travers de la violence ou autre…Cette désinformation a déjà commencée et avait déjà été entreprise la saison dernière sur le même type d’action au mois de décembre. Reparlons-en rapidement, mais à l’époque, la Résistance Parisienne, avait subit, très lourdement les critiques et les appréhensions des collaborateurs de la direction du PSG, au point d’en faire ressortir un élément clair : « ils ne sont plus la bienvenue au stade ». Le message était clair, et entendu, et pourtant, lors de cette soirée enneigée, ce fut le seul moment où le Parc des Princes a pu respirer de la saison.

Un peu moins d’un an plus tard, et une saison aseptisée, le Parc des Princes pensait renaitre de ses foudres avec l’équipe recrutée sur le terrain. Malheureusement, pire encore que les derniers mois, il a basculé dans un monde sans âme, sans ferveur, sans fidélité, sans loyauté, sans cohérence….sans mentalité supportrice. Bienvenue au pays des consommateurs !

 

Chose que nous dénonçons fermement ici depuis le début ! Alors dimanche, il n’y a pas de raisons, il n’y a plus de raisons…c’est en quelque sorte « ce soir ou jamais » !

On avait surement fait le même genre de texte, à l’occasion de PSG/MONACO de décembre 2010, et l’annonce de la même action, sauf qu’à époque différente, mœurs différents !

 

Car dimanche, c’est la rentrée, et tout le monde sait, dans l’histoire du Parc, l’importance du 1er match de Septembre, là où le Parc ne compte plus les touristes estivales, mais bel et bien les fidèles d’une saison de plus ! Alors, comme clin d’œil, dans une période de renouveau, tâchons déjà de faire honneur à ce passé glorieux !

Ensuite, en direct sur Canal+ à 21h, pour le « grand » match, du propriétaire majoritaire des droits tvs de la L1. Quelle fenêtre médiatique inespérée, limite incompréhensible ! Qui aurait pensé, voir un PSG/BREST en top match d’une journée de Ligue 1 ? Curieux, étrange, l’explication de Cyrille Linette (directeur des sports de C+) peut paraitre suffisante, méfions-nous tout de même ! Néanmoins, C+ ne doit surement pas raisonner comme tel, et nous nous devons de profiter d’une telle opportunité.

L’occasion de montrer à la France entière, de quoi nous sommes capables, et surtout montrer à la nouvelle direction, qu’avec ou sans la Résistance Historique Parisienne, le Parc n’est plus le même.

Question de fidélité, de loyauté et de mentalité, pour sur, dimanche soir, le Parc reprendra son souffle le temps d’un match, ce souffle devra être un appel de détresse, un appel à l’aide pour qu’on vienne le soulager d’un fardeau porté depuis trop longtemps.

Car, s’il lui reste son nom et son architecture, ce temple du football a perdu son âme, sa raison de vivre…depuis il végète dans un état second…dans un coma prolongé…

 

Il est donc temps de le réanimer, de le ramener à la réalité, et pour cela il n’y a pas mille raisons pour y arriver ! Se dépouiller, se mettre minable, être à 250%, mais pas n’importe comment ! Ce qu’il fait la différence entre les anciens et les nouveaux, c’est une mentalité, c’est un idéal, et ça quoiqu’il arrive, il faudra le respecter ! Cette mentalité, qui permet à des milliers d’anciens abonnés de se tenir éloigné de leur seconde maison, doit rester intacte, quitte à mourir avec…Question de cohérence, question de respect d’un passé et d’une histoire.

Dès lors, une fois cette démonstration effectuée, car il est impensable de penser à une autre issue en tribune, car la Résistance Parisienne y est attendue, et elle se doit de répondre de ce statut, les dirigeants du PSG, quand ils établiront le nouvel organigramme du club, devront obligatoirement prendre en compte ce paramètre et mettre en place une personne intelligente et censée au poste de responsable du département supporter.

Voilà un des objectifs de cette lutte, et de dimanche soir en particulier ! Forcer le club à réfléchir à deux fois, avant de décider de l’homme de la situation, car de lui en découlera une amélioration…ou non…

 

Pour toutes ces raisons, pour toute son histoire, pour sa mentalité, pour sa réputation, la Résistance Parisienne, ou plutôt, les Historiques du Parc des Princes présents dimanche soir, doivent et devront faire honneur à ce stade, à ces couleurs, à ces 3 initiales capitales ! Il n’en est possible autrement…

 

Alors, il reste à peine deux jours…deux jours pour se motiver…deux jours pour se préparer…deux jours pour retrouver l’appréhension de retourner à la maison. Retrouver son rituel, celui qui nous a bercé pendant des années, celui qui nous a fait vivre Rouge & Bleu toutes les deux semaines, celui qui nous a fait partager des moments inoubliables, celui qui nous a fait rencontrer des personnes devenues amis…celui qui a créé notre identité…


Dimanche, ce n’est pas le Brésil sur le terrain, faisons en sorte que ce soit l’Argentine dans les tribunes ! Car, plus que jamais, ce match, si peu séduisant qu’il s’annonce, doit être un tournant historique de la lutte parisienne ! Il y a des dates, des moments, qu’on ne peut oublier…

 

Faisons en sorte, que le 11 septembre 2011, date sombre de l’Histoire moderne, soit aussi LA date du déclic pour un retour des historiques du Parc des Princes….

 

Un slogan disait un jour….  « Notre Histoire deviendra Légende »….tâchons qu’un autre dise bientôt…. « Notre Résistance est devenue Légende »….avec le même succès !

 

1244.jpg

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 12:04

robin_leproux.jpg« Mais il est où, mais il est où, mais il est où Robin Leproux ? », voilà un chant narquois qui résumerait bien la situation de l’ex Président du Paris-Saint-Germain Football Club.

En effet, depuis son éviction à la tête du club de la Capitale, c’est le silence radio complet, plus aucune nouvelle de cette personne, hormis sa présence au Parc des Princes, pour PSG/Differdange. Et à vrai dire, il ne faut pas se le cacher, mais quel plaisir de voir cette situation !


Cette personne, malhonnête et omniprésente depuis l’annonce du plan « TousPSG » a disparu dans les fosses du football français, égayant encore plus notre théorie, sur sa réelle participation à cette révolution des tribunes parisiennes. Rappelons-le, au fil des mois et des déclarations, nous sentions qu’il était loin d’être le seul maitre à bord, et la situation d’aujourd’hui le prouve.

Face à un PSG uniquement tourné vers l’aspect sportif pendant ces deux mois d’été, la politique Leprouiste a volé en éclat et est clairement passé aux oubliettes, au point de l’en faire oublier des supporters historiques dans leurs chants contestataires, désormais attachés à faire passer un sale quart d’heure à Bruno Skropeta, qui au passage le mérite bien !

 

Nan mais, cette situation amène pourtant des questions.

Comment le dirigeant de l’année 2010 (élu), a-t-il pu disparaitre aussi vite du football français ? Certains diront qu’il avait besoin de repos après une année éprouvante, nous pouvons le croire car il en a subi des vertes et pas mûres, à juste titre ! Certains diront plus subjectivement, mais tout autant de façon cohérente, que cette personne était insignifiante, et que son poids dans toute cette mascarade n’était que très léger. Surement vrai, quand on peut lire les déclarations du Directeur de la Préfecture de Police de Paris, Jean-Louis Fiamenghi, qui sous entend clairement que c’est lui qui dirige l’avenir des tribunes parisiennes, et que ce fut toujours le cas, même lorsque l’ex Président du PSG était en poste.

Autre question, pourquoi Robin Leproux n’a-t-il pas été sollicité par d’autres clubs, voire d’autres instances ? Pas tout de suite certains diront, et là encore nous voulons bien les croire, car nous avions annoncé ici, suite à son éviction, qu’un jour nous le retrouverons face à nous, au niveau de la LFP ou de la FFF. En parlant de la FFF, voilà encore un échec de notre cher « ami » Robin ! Ah, vous aussi, vous avez oublié ? Bah oui voyons, rappelez vous qu’il figurait sur la liste d’élection de Fernand Duchaussoy à la tête de l’instance nationale. En y repensant, merci à ceux qui ont voté pour Noël le Graet, ne serait-ce que pour éviter de voir Robin Leproux entrer dans un tel rôle. Ah, parce que vous l’avez oublié aussi peut être. Mais les ¾ des Présidents des clubs français, n’appréciaient pas Robin Leproux, au point de les faire changer d’avis en le voyant sur la liste d’un candidat !

Décidemment, ça fait beaucoup de personnes qui, au final, n’appréciaient guère le chouchou de notre Ministre des Sports, ou de notre Ministère de l’Intérieur. Même les nouveaux actionnaires du PSG ont joué de notre cher ami Robin, qui au sortir d’une confirmation sur le tas, de la part des nouveaux actionnaires à la DNCG, s’était emballé dans les médias, affirmant avec autorité qu’il serait le patron quoiqu’il arrive, et que Léonardo serait sous sa responsabilité. Son égo était surdimensionné, il doit encore le regretter aujourd’hui. Et ce n’est pas le lobbying tenté par les politiques qui réussiront à faire pencher la balance en sa faveur !

 

Finalement, l’éviction de Robin Leproux et son anonymat actuel prouve plusieurs choses. Qu’il est finalement aujourd’hui insignifiant, en dehors de n’être qu’un communicant public. Pour la radio c’est peut être suffisant…pour le football surement moins.

Il pourrait finalement écrire un livre, « Comment passer de la « gloire » à l’anonymat dans le monde du football ? »…

Méfions-nous tout de même, il ne serait pas étonnant de le voir venir assister notre cher « ami » Frédéric Thiriez à la LFP, et de se voir confier un rôle sur les supporters…mais bon à ce rythme là, à la LFP, nous ne sommes plus à un incompétent près !

 

Allez terminons notre texte agressif envers Robin Leproux, mais cela nous fait tellement plaisir de parler de lui de la sorte, de le voir à des années lumières de la nouvelle ère du PSG, que nous ne pouvons nous retenir.

Rappelons juste, que nous gardons et nous garderons le souvenir de lui, comme étant celui qui a définitivement tué le Parc des Princes, et celui qui a craché et manqué de respect à des fidèles qui supportent le Paris-Saint-Germain Football Club depuis des décennies, en reniant leur histoire, en  soutenant un plan qui les écartaient de leur seconde maison, sans dire « Merci » ou ne serait-ce que se mettre à leur place 2 minutes.


Rien que pour ce souvenir, rien que pour cette trahison, rien que pour ce manque de respect, indignes de l’histoire du Parc des Princes, nous nous devons de ne pas l’oublier, et de lui rappeler que jamais ce ne sera le cas.

 

Alors, oui, militons, pour que dimanche prochain, et sur tous les matches du Paris-Saint-Germain Football Club, une « dédicace lui soit faite »….

 

Mais il est où, Mais il est où……

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 15:41

Toulouse Psg9Contraste évident avec l’article précédent, puisque nous allons passer des sifflets du Parc des Princes, à la ferveur énorme qui a pris place dimanche à Toulouse, où le Paris-Saint-Germain Football Club se déplaçait !

Les joueurs comprendront surement pas pourquoi il y a eu une telle différence, et chercheront surement pas à en comprendre les raisons ! Mais force est de constater qu’il était impossible pour eux de ne pas apprécier la différence entre les deux derniers matches au Parc, et ce déplacement compliqué dans la ville rose !

 

Car, effectivement, ce dimanche, le PSG a pu compter sur l’apport d’un renfort de choix ! Ce genre de renfort qui ne se fait pas à coup de millions, mais à coup de ferveur et de passion !

Et pourtant, les effectifs n’étaient pas phénoménaux. En dehors des quelques 400 fans venus de la Capitale, le Stadium de Toulouse pouvait compter un ou deux millers de fans occasionnels du Paris-SG, surtout venus voir la nouvelle attraction du championnat ! Mais au fil du match, au fil du scénario, ces fans occasionnels, ont pris part au spectacle des tribunes et ont suivi les 400 irréductibles pour un rendu assez surprenant, mais surtout plaisant.

Une sorte de configuration que l’on pouvait voir par le passé au Parc, quand les tribunes latérales, dans l’union générale, se mettait à suivre les virages !

 

Alors, quelle différence pouvez t’on noter, entre ce qui se fait depuis le début de la saison au Parc, et ce 1er déplacement très loin des bases Rouge & Bleu ?

Tout simplement, une ferveur continue, quel que soit le résultat sur le terrain, et notamment à 0-0, ou mieux quand le PSG était mené sur le terrain, après une première mi temps catastrophique ! Alors, après, certes, le résultat et le scénario du match, apporte un grain de folie et rameute du monde, mais dans l’ensemble, la copie des PSG Fans a été plus que correcte ! En tout cas, la meilleure cette saison, et surement la plus belle depuis un an en déplacement, si ce n’est un an tout court, matches au Parc confondus !


Car lors de match, le PSG s’est retrouvé mené pendant une bonne vingtaine de minutes, et pourtant, contrairement aux sifflets du Parc, les fans de la « Résistance Parisienne » ont continué d’apporter leur soutien au onze de la Capitale, comme ils l’ont toujours fait par le passé dans de telles conditions ! Et comme souvent, ils ont mis un point d’orgue à être bon dans ces moments difficiles ! Et ils l’ont été ! Chants puissants, chants appropriés, chants variés, voilà ce qui a permis de passer ces minutes difficiles plus facilement ! La suite, reste liée à ce qu’il se passe sur le terrain, et c’est ce qui a offert une fin de match folle dans une tribune en liesse.

Néanmoins, pour obtenir une ambiance digne de ce nom, il faut une constante, il faut un noyau, et ce noyau était bel et bien présent au Stadium ce dimanche. Ce noyau qui fait défaut au Parc en raison du plan « TousPSG » se sert des déplacements pour montrer la différence que cela peut faire, avec ou sans eux ! Finis les chants « beaufs » du Parc, ou les insultes et sifflets inutiles, le but est de montrer ferveur et encouragement tout en rappelant aux concernés que la situation du Parc ne leur ait toujours pas satisfaisante ! Pour se faire, un répertoire large et varié voir même innové entre en piste, et on peut dire que la playlist est bonne, très bonne même, avec des chants, que les ¾ du Parc des Princes actuel, ne connait même pas l’existence !

Le but est avant tout de se faire plaisir, dans un délire, une passion particulière, mais aussi de faire passer un message ! Le message qu’avec ou sans eux, il y a une différence évidente, et qu’il va falloir à un moment ou un autre devoir composer avec ces amoureux du club. Alors, diffusion et efficacité de ce message sont surement le plus compliqué à faire passer, car très peu sont au fait de la situation (comme souvent), mais personne ne peut nier l’état de la situation actuelle…

 

Car ceux qui oseraient dire qu’il n’y a pas eu de différences, c’est qu’ils sont soit, sourds et aveugles, soit qu’ils sont de mauvaises fois…


Ce dimanche, à Toulouse, le PSG était mené et ne jouait pas bien, et pourtant il a pu compter sur son 12ème homme, ce 12ème homme qui depuis un an ne peut plus officier au Parc des Princes, car tout regroupement lui est interdit. Et quand on répète, que le regroupement est la base du supportérisme, on comprend mieux pourquoi ces derniers sont entrés en guerre avec les autorités, pour récupérer cette possibilité, et a posteriori, leur passion !

En attendant, de dire ça est un peu flatteur et surement subjectif, mais disons le quand même. Quel aurait-été le scénario du match, sans ce moteur, sans ce noyau, de fans présents en tribune ? Certains diront que cela n’aurait rien changé, d’autres diront que si ! Il sera de toute façon impossible de le prouver ou non, mais quoiqu’il en soit, ce dimanche à Toulouse il s’est passé quelque chose, et dire qu’avec ou sans eux, cela n’aurait pas été si différent, serait surement se tromper ! Car même si le lien avec le terrain est complexe, le lien avec la passion et la ferveur ne l’est pas, et ça nous avons tous les moyens de le décrire et de le comparer !

 

Alors, entre le Parc et ce genre de déplacement que choisir ? Que préférer ? La réponse est évidente… Et même si, certains trouveront que la part contestatrice n’est pas assez présente (surement à juste titre), un message est tout de même passer ce dimanche. Celui de l’amour d’un club de la part de fidèles malheureusement trop souvent trainés dans la boue médiatique, et qu’il faudra TOUJOURS composer avec eux, qu’on le veule ou non. 

 

Pour terminer, saluons le message Toulousain (qui illustre cet article), sorti au retour des vestiaires!

 

« Répression aveugle, Mercato bling-bling, Public de consommateurs...ce n'est pas le foot qu'on aime »

 

NOUS NON PLUS

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 22:37

siffler-nos-joueurs-cracher-sur-nos-couleurs-94ac6-da8bcInsupportable, Exaspérant, Honteux, Indigne…voilà comment résumer l’ambiance du Parc des Princes depuis le début de la saison ! Bienvenue dans une nouvelle ère, l’ère du caprice, l’air de l’insatisfaction, l’ère de l’impatience !

Aux antipodes d’une mentalité pourtant ancrée depuis des dizaines d’années au Parc des Princes, ce nouveau public n’a pas fière allure, et tout le monde commence à s’en apercevoir !


Car oui, nous sommes face à nouveau public, objectif caché et désormais réussi du plan « TousPSG ». Robin Leproux, venu assister à la rencontre d’Europa League a pu apprécier le spectacle dont il est en parti responsable ! Un spectacle, qui est le même depuis le début de la saison. En 3 matches au Parc des Princes, on ne retiendra de l’ambiance, que des insultes et des sifflets. Alors, arrêtons tout de suite, ceux qui viendraient dire, « oui mais cela existait déjà avant, etc », oui les sifflets et les insultes ont toujours existé au Parc des Princes, mais dans des circonstances bien précises, ou bien particulières. Là, nous sommes encore au mois d’aout, et on a l’impression d’être au mois de mai, face à une équipe qui joue la 2ème partie de tableau. Là, les sifflets seraient mérités, car la 2ème partie de tableau est indigne du statut de la Capitale, mais pas au mois d’aout, restons sérieux !

Evidemment, par le passé, il y a eu pire, bien pire même. Repensons aux années 2007 et 2008, où le PSG jouait le maintien ! Là, la situation était inacceptable, et il fallait le signifier aux joueurs, car ils étaient en train de tuer le Paris-Saint-Germain Football Club ! Mais aujourd’hui, comment peut-on se permettre d’adopter une telle attitude au stade, et pas n’importe lequel, au Parc des Princes ?

 

Nous sommes définitivement entrés dans une nouvelle ère, mais pas sur, que cette nouvelle ère, soit celle qu’espéraient les autorités et les dirigeants du football français. Sur leur modèle fétiche anglais, ils pensaient pouvoir obtenir calme et ferveur dans un stade français. Combien de fois l’avons-nous répété ici, le modèle « british » n’est pas « calcable » en France ! Dans le laboratoire géant qu’est devenu le Parc des Princes, il faut désormais faire face à l’impatience d’un public capricieux, venu voir un spectacle, qu’il estime devoir être à la hauteur de ce qu’il attend. Un public consommateur, comme au théâtre, qui se permet de critiquer à tout va, sans pour autant encourager les joueurs à la victoire. Et quand ça leur plait pas, ils le font savoir, et peu importe à quel moment du match nous sommes. Si ils estiment devoir signifier leur mécontentement d’une passe ratée, ou d’un tir échoué, ils ne se gênent pas pour le faire comprendre. Tout ça parce que le PSG version « Qatar », a déboursé des millions, et qu’ils attendent des joueurs, des buts, des beaux gestes et du beau jeu. Sauf, que vouloir ça, tout de suite, est ambitieux, et surtout, une marque de méconnaissance totale de ce qu’est une équipe de football. Nous ne sommes pas là pour en faire le débat, mais il faut du temps, et ce n’est pas en sifflant dès le début que la situation progressera.

 Tout est question d’être juste, et là, nous sommes loin d’une justice équitable ! Oui un joueur peut ne pas être bon, mais à quoi bon le siffler, alors qu’il rentre à peine sur la pelouse ? Le summum de la bêtise, aura été atteint, jeudi soir, lors d’un match quasiment amical, où le public réclamait des joueurs, alors que la qualification était acquise ? A quoi pouvaient ils penser ? Pas au match de championnat à venir en tout cas. Non, leur idée, c’était de rentabiliser la place qu’ils avaient acheté. Peu importe du contexte, peu importe les matches à venir, ce qu’ils voulaient, c’était profiter de la soirée, car ils étaient là, présents au stade, et ils estimaient devoir et avoir ce qu’ils attendaient de ce match. Quel égoïsme, quelle impatience !

 

Voilà à quoi ressemble ce nouveau public que nous cessons de dénoncer depuis plus d’un an, et qui commence à apparaitre au grand jour dans les médias ! Comment peut-on se satisfaire de cela ? Comment Antoine Kombouaré, peut il excuser ces sifflets ? Lui qui fut le premier à soutenir le plan « TousPSG », et à critiquer, les supporters qui sont venus à maintes reprises signifier leur mécontentement quand le PSG faisait rire la France entière à finir 13ème du championnat national ! Le coach parisien, fait là, preuve d’hypocrisie, et nous ne pouvons que le dénoncer !

Nan ce stade n’est plus digne de s’appeler Parc des Princes et comme l’a dit et le disent maintenant plusieurs médias, ce public est « digne du Stade de France, les insultes en plus… ». Un public capricieux, égoïste qui ne pense qu’à son plaisir personnel, et non pas aux intérêts de l’équipe.

 

Ce stade est donc devenu une honte inqualifiable, qui ne fait que crédibiliser ce que nous dénonçons depuis des mois, à savoir la réelle politique du plan « TousPSG ».

A une époque, lorsqu’à 0-0 à la mi temps, des sifflets tombaient des tribunes, combien de fois, les capos, n’ont cessé de répéter, qu’un match durait 90 minutes, et qu’il fallait, plutôt que de siffler, encourager les joueurs jusqu’aux arrêts de jeu de la 2ème période ? Bien trop souvent malheureusement.

Mais à cette époque, cette impatience était canalisée, maitrisée, aujourd’hui, elle est laissée libre à ce nouveau public qui ne comprend rien au football, et qui est devenu majoritaire. Et quand bien même, dans les années difficiles, compliquées, voire catastrophiques, il restait un crédo, un crédo d’honneur ! Celui de chanter pour les couleurs ! « Seulement pour nos couleurs » pouvait on lire en 2008, mais ces couleurs sont celles que portent les joueurs, et indirectement c’était pour les encourager !

Mais cette époque, où l’Honneur et la Fierté étaient les maîtres mots, est révolue ! Place désormais, à l’ère de l’impatience, du caprice et de l’égoïsme…

 

Mais, il restera toujours une poignée d’incorruptibles, qui jamais ne reniera cette mentalité de supporter, et tant qu’ils seront là, dedans ou en dehors du stade, cette mentalité perdurera….A commencer, dimanche à Toulouse!

Repost 0
Published by Supporter
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de supporter.over-blog.com
  • Le blog de supporter.over-blog.com
  • : Vision différente du monde des tribunes françaises, qui font l'objet de nombreuses remarques autour des violences autour des stades de football. Volonté d'apporter une vérité, en apportant des éléments précis.
  • Contact